Étude de la non-crucifixion de Jésus (as) dans le Coran

Forum Chrétien / Musulman / Judaisme Bible -Thora face au Coran. Lire la charte du forum religion.

Règles du forum
Le dialogue interreligieux est une forme organisée de dialogue entre des religions ou spiritualités différentes. Ultérieurement, la religion a considéré l'autre comme n'étant pas la vérité révélée. C'est ainsi que les premiers contacts entre l'islam et le christianisme furent souvent difficiles, et donnèrent lieu à des guerres impitoyables comme les croisades.
Répondre
Citizenkan

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 917
Enregistré le : 26 mars 2017, 17:58

Étude de la non-crucifixion de Jésus (as) dans le Coran

Ecrit le 20 mai 2020, 00:55

Message par Citizenkan »

ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN 1/4

(Article de Nordine Bennecer)

http://mizab.over-blog.com/2020/05/etud ... n-1/4.html

Avant-propos :
Nous avons ces dernières années un phénomène intéressant chez les chrétiens qui tentent de convertir des musulmans en se posant comme référents pour leur expliquer l’Islam et leurs textes de référence. En consultant des sites internet chrétiens évangéliques américains, j’ai pu constater qu’ils ont pour objectif d’amener des musulmans à leur religion (voir les phrases telles que « how to lead muslims to christianity). La France apparaît alors comme un marché et leurs tentatives, souvent désespérées sont caractérisées par un amateurisme méthodologique, une ignorance de la langue arabe et surtout une ignorance de leurs propres textes sacrés.
Leur position est de faire accepter la religion chrétienne comme une religion sémite ainsi que les interdits alimentaires comme le porc et l’alcool. Vient ensuite la question de l’enfant sacrifié en la personne d’Ishaq (AS) selon eux dans le Coran. Puis celle du messie crucifié, cloué sur la croix, mort et élevé à la droite de Dieu. Enfin, une fois cela accepté, c’est la croyance en la mort expiatoire de Jésus pour le rachat des pêchés de l’humanité. De nombreux chrétiens s’y sont frottés sans succès, et le seul mérite que l’on pourrait leur attribuer est l’hilarité qu’ils suscitent parmi les musulmans par leurs manœuvres maladroites et gauches.
Nous avons le cas de Romain Sirugues, alias Karim el hanifi, jeune converti à l’Islam, d’origine juive sépharade qui a tenté de berner ses followers sur internet en usant de mensonges et en surfant sur leur méconnaissance de la langue arabe. Il a « expliqué » que les chrétiens pouvaient à juste titre manger du porc et boire de l’alcool, que l’enfant sacrifié dans le Coran est Ishaq (AS) et que jésus (AS) a été tué, crucifié et élevé à la droite de Dieu. Il manque la dernière étape qui consiste au rachat des pêchés de l’humanité et la boucle est bouclée.
Son « explication » de la crucifixion est totalement déconnectée des réalités grammaticales et syntaxiques. Il n’a aucune connaissance de la langue arabe sauf peut-être el hamdoulillah, coucous, merguez…
Son explication selon lui, d’après le texte coranique est mensongère car d’un point de vue grammatical, le Coran rejette pleinement et avec force la crucifixion.
Si elle était contenue dans les versets, alors les compagnons du prophète (SAWS) auraient posé la question comme ils ont pu le faire sur de nombreux sujets (cf. la taille de la moustache).
Mais elle ne s’est jamais posée car le texte est clair : nous avons donc deux niveaux de lecture, l’un littéral et le second grammatical.
Notre objectif est d’expliquer d’un point de vue grammatical ce que dit le Coran sur l’épisode de la crucifixion et de le relier à la Bible qui explique clairement cette théorie du faux-semblant, à propos de laquelle nous allons jeter un œil critique.

Contexte
Avant de rentrer dans le vif du sujet, il est nécessaire de connaître le contexte de la crucifixion. Cela permettra d’en comprendre les versets, de les lier et de démontrer la remarquable qualité linguistique du Coran.
Allons au verset 157 de la sourate 4 : « wa qawlihim inna qatalna almasih Aïssa bnou Maryam » ; il commence par la conjonction de coordination « wa » ;
- Le « wa » rattache à ce qui précède (ici au verset précédent) et crée un lien, c’est-à-dire, à wa qawlihim. C’est par la parole qu’ils (les juifs) prétendent l’avoir tué. Cela signifie que le verset 157 est lié au verset précédent (156) et qu’il ne doit pas être pris isolément. Ce dernier commence aussi par « wa » ce qui le rattache au verset précédent (verset 155) qui commence par « fa ». Cela signifie qu’il y a un lien de cause à effet avec le verset précédent (verset 154). Celui-ci rattache donc au verset précédent (verset 153) débute par « yas alouka ahlou kitab » … ce verset constitue le point de départ du la position islamique sur la crucifixion.
Il s’agit en conséquence du rattachement de l’épisode de crucifixion au verset 153.
C’est un contexte particulier qui est une série de reproches, comme une litanie ou un comportement sans cesse mauvais des juifs concernant leur attitude envers les prophètes et les commandements divins :
- Ils demandent au prophète Mouhammed (SAWS) de faire descendre du ciel un livre ; Réponse : ils ont demandé beaucoup plus grand que cela : voir Allah de manière manifeste. Or, ils savent que c’est impossible et ils furent frappés par la foudre.
- Ils ont adoré le veau d’or après avoir reçu les signes manifestes, c’est-à-dire les preuves.
- Allah rappelle qu’il les a sauvés d’un anéantissement en redressant le mont Tor qui allait les écraser. Ils se sont engagés à respecter le pacte conclu.
- Puis, ils ont rejeté le pacte, niant les signes, tuant les prophètes.
- Ils ont dit sur Maryam une parole monstrueuse, un mensonge énorme.
- Ils affirment avec certitude (Inna) avoir tué Aïssa bnou Maryam, rassoulou Allah. En arabe, le verset commence par la particule « wa ».
La prétention de l’avoir tué est donc un reproche, contenu dans une série de reproches faites aux juifs de cette époque.
Le reproche en question porte sur une conjecture, une allégation mensongère, et si les faits avaient donnés raison à cette conjecture, le reproche n’aurait plus lieu d’être. Il n’y a aucune cohérence dans cette approche. Imaginons que l’injure proférée contre Maryam soit, non une calomnie, mais conforme à la réalité, auquel cas, le reproche n’aurait pas non plus lieu d’être ; est-ce audible intellectuellement ?

Figure de style utilisée
Dans toute étude textuelle, on remarque généralement la présence d’une ou de plusieurs figures de styles pour appuyer les propos et susciter l’adhésion tout en donnant de la consistance, de la force et de la persuasion au texte.
C’est le cas ici où nous remarquons la présence au début de chaque séquence discursive d’une conjonction de coordination. Pour les versets qui nous concernent, nous en recensons 9 :
Wa ma qatalouhou, wa ma salabouhou, wa + lakin, wa inna ladhina khtalafou, illa tibaâ addhan, wa ma qatalouhou yaqinan, bel, wa kana.
Le texte est très court et tient sur 2 versets ; nous avons 9 conjonctions de coordination qui démontrent la présence d’une figure de style appelée polysyndète.
J’attire l’attention du lecteur sur celle-ci car elle n’existe pas en langue arabe et le Coran reçu il y a 14 siècles contient une figure de style occidentale. La langue française n’existait pas à cette époque et pourtant le Coran contenait déjà des éléments de preuve qui trouveraient dans le futur une explication, une traduction ou un mode de preuves existant dans une langue qui n’existait pas à l’époque de sa révélation… n’est-ce pas un miracle ?
Le polysyndète est caractérisé par une redondance de conjonctions de coordination qui indiquent une démonstration grammaticale de type argumentatif et dont on peut retenir les fonctions suivantes :
a) Il alerte le lecteur que face au texte court, il doit ralentir le rythme de sa lecture pour se concentrer attentivement sur le contenu.
b) Il indique une réponse. Elle concerne directement la prétention des juifs d’avoir tué Aïssa (AS) et l’orientation de cette figure de style, la nature de la réponse est contenue dès le début du polysyndète = Ma qatalouhou. Il s’agit ainsi de la direction donnée au polysyndète en réponse à la prétention de l’avoir tué. Ma qatalouhou est la réponse à inna qatalna Al masih.
c) Chaque phrase après la conjonction est un argument en faveur de la thèse de départ = Ma qatalouhou.
d) Chaque argument est mis en relief par la conjonction et il s’accumule au suivant. On a donc 9 arguments dans le cadre de ce polysyndète dont l’objectif grammatical est de démontrer que Aïssa (AS) n’a pas été tué. C’est à la lecture de cette figure de style que l’on démontre la thèse coranique, qui s’inscrit dans la mécanique « reproche fait aux juifs – réponse apportée par Allah ».
La particularité de cette figure de style est le fait qu’il s’agit d’une démonstration grammaticale orientée vers la défense d’une thèse en recourant à des arguments de type cumulatifs. En l’espèce, nous avons 9 arguments en faveur de la non-crucifixion de Aïssa (AS) contenus dans 2 versets, ce qui est très court. C’est dire l’importance que revêt chaque argument considéré comme un moyen de défense sans équivoque (dans le sens de l’affirmation d’une thèse que les gens refusent).
Modifié en dernier par Eliaqim le 24 mai 2020, 12:18, modifié 2 fois.
Raison : Titre modifié : Évitez d’écrire un titre de sujet en MAJUSCULES

l_leo

* [ Aucun rang ] *

Messages : 688
Enregistré le : 12 avr. 2018, 12:08

Re: ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN

Ecrit le 20 mai 2020, 05:50

Message par l_leo »

Une crucifixion n’est pas forcément physique, d’ailleurs le fils de la genèse, n’était pas de chair.

Athanase

Christianisme [Catholique]
Avatar du membre

Messages : 4279
Enregistré le : 12 févr. 2015, 08:45
Localisation : Nord de Paris

Re: ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN

Ecrit le 20 mai 2020, 07:05

Message par Athanase »

a écrit :non-crucifixion de Aïssa
qui concerne uniquement ledit "aissa" qui est une construction coranique.. replaçons si vous le voulez bien l'église au milieu du village. :hi:
11 Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s'embrassent ; Psaume 84

Saint Glinglin

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 18810
Enregistré le : 12 févr. 2013, 05:07

Contact :

Re: ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN

Ecrit le 20 mai 2020, 07:33

Message par Saint Glinglin »

Je n'ai pas compris où voulait en venir le premier message.

l_leo

* [ Aucun rang ] *

Messages : 688
Enregistré le : 12 avr. 2018, 12:08

Re: ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN

Ecrit le 20 mai 2020, 07:51

Message par l_leo »

Athanase a écrit :
20 mai 2020, 07:05
qui concerne uniquement ledit "aissa" qui est une construction coranique.. replaçons si vous le voulez bien l'église au milieu du village. :hi:
AS: ce qui constitue la base, le fondement ?

'mazalée'

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 676
Enregistré le : 06 mars 2019, 15:15

Re: ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN

Ecrit le 20 mai 2020, 08:07

Message par 'mazalée' »

Citizenkan a écrit :
20 mai 2020, 00:55

La prétention de l’avoir tué est donc un reproche, contenu dans une série de reproches faites aux juifs de cette époque.
Le reproche en question porte sur une conjecture, une allégation mensongère, et si les faits avaient donnés raison à cette conjecture, le reproche n’aurait plus lieu d’être. Il n’y a aucune cohérence dans cette approche. Imaginons que l’injure proférée contre Maryam soit, non une calomnie, mais conforme à la réalité, auquel cas, le reproche n’aurait pas non plus lieu d’être ; est-ce audible intellectuellement ?
Ce qui n'est pas audible intellectuellement parlant c'est que des juifs disent que Jésus était "un prophète d'Allah". Même pour prétendre l'avoir tué. Du coup l'idée de reproche tombe à l'eau.
Figure de style utilisée
Dans toute étude textuelle, on remarque généralement la présence d’une ou de plusieurs figures de styles pour appuyer les propos et susciter l’adhésion tout en donnant de la consistance, de la force et de la persuasion au texte.
C’est le cas ici où nous remarquons la présence au début de chaque séquence discursive d’une conjonction de coordination. Pour les versets qui nous concernent, nous en recensons 9 :
Wa ma qatalouhou, wa ma salabouhou, wa + lakin, wa inna ladhina khtalafou, illa tibaâ addhan, wa ma qatalouhou yaqinan, bel, wa kana.
Le texte est très court et tient sur 2 versets ; nous avons 9 conjonctions de coordination qui démontrent la présence d’une figure de style appelée polysyndète.
J’attire l’attention du lecteur sur celle-ci car elle n’existe pas en langue arabe et le Coran reçu il y a 14 siècles contient une figure de style occidentale. La langue française n’existait pas à cette époque et pourtant le Coran contenait déjà des éléments de preuve qui trouveraient dans le futur une explication, une traduction ou un mode de preuves existant dans une langue qui n’existait pas à l’époque de sa révélation… n’est-ce pas un miracle ?
Qu'est-ce qui n'existe pas en langue arabe ? Le mot polysyndète ? Je veux bien le croire. Par contre en quoi est-ce occidental de répéter une conjonction de coordination et en quoi est-il physiquement impossible dans la langue arabe de répéter cette conjonction plusieurs fois dans un texte ? On peut le faire en chinois. A partir d'une répétition de la moindre conjonction de coordination le locuteur arabe devient fou ou muet ? Et puis si le sens d'une phrase est maintenu à l'utilisation des mots dans une langue comment veux-tu nous faire croire que cela ne pouvait existait avant le français si ça existait bel et bien sans aucun miracle avant le français. Il est où le miracle ?

Tu arranges les choses à ta manière de façon presque aussi hilarante que les évangélistes américains qui veulent convertir les musulmans.
Le polysyndète est caractérisé par une redondance de conjonctions de coordination
Le fameux miracle pour les arabes ? lol
qui indiquent une démonstration grammaticale de type argumentatif et dont on peut retenir les fonctions suivantes :
a) Il alerte le lecteur que face au texte court, il doit ralentir le rythme de sa lecture pour se concentrer attentivement sur le contenu.
b) Il indique une réponse. Elle concerne directement la prétention des juifs d’avoir tué Aïssa (AS) et l’orientation de cette figure de style, la nature de la réponse est contenue dès le début du polysyndète = Ma qatalouhou. Il s’agit ainsi de la direction donnée au polysyndète en réponse à la prétention de l’avoir tué. Ma qatalouhou est la réponse à inna qatalna Al masih.
c) Chaque phrase après la conjonction est un argument en faveur de la thèse de départ = Ma qatalouhou.
d) Chaque argument est mis en relief par la conjonction et il s’accumule au suivant. On a donc 9 arguments dans le cadre de ce polysyndète dont l’objectif grammatical est de démontrer que Aïssa (AS) n’a pas été tué. C’est à la lecture de cette figure de style que l’on démontre la thèse coranique, qui s’inscrit dans la mécanique « reproche fait aux juifs – réponse apportée par Allah ».
La particularité de cette figure de style est le fait qu’il s’agit d’une démonstration grammaticale orientée vers la défense d’une thèse en recourant à des arguments de type cumulatifs. En l’espèce, nous avons 9 arguments en faveur de la non-crucifixion de Aïssa (AS) contenus dans 2 versets, ce qui est très court. C’est dire l’importance que revêt chaque argument considéré comme un moyen de défense sans équivoque (dans le sens de l’affirmation d’une thèse que les gens refusent).
Sauf que la démonstration tombe à l'eau quand dans l'accumulation Allah énumère une chose totalement impossible intellectuellement et historiquement parlant : que des juifs disent de Jésus qu'il était le Messie et un prophète de Dieu.

C'est physiquement im-po-ssi-ble !.

Et si tu me dis que la parole des juifs est une figure de style ironique car alors cela ne colle pas avec ton idée intellectuellement audible que Allah leur reproche ce qu'ils disent, car tu ne peux reprocher à quelqu'un à la fois de dire ce qu'il pense et d'être ironique.

:hi:
Modifié en dernier par 'mazalée' le 21 mai 2020, 01:51, modifié 1 fois.

Seleucide

[Modérateur]
[Modérateur]
Avatar du membre

Messages : 3226
Enregistré le : 03 déc. 2014, 14:59

Re: ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN

Ecrit le 20 mai 2020, 08:19

Message par Seleucide »

Saint Glinglin a écrit :
20 mai 2020, 07:33
Je n'ai pas compris où voulait en venir le premier message.
Il y a quelques mois, un apologète musulman a affirmé que le Coran ne niait pas réellement que Jésus ait été crucifié et mort. Evidemment, cela a suscité une controverse, d'une part parce que ledit apologète s'était basé sur les travaux des orientalistes pour arriver à cette conclusion, d'autre part parce que cela remettait en cause l'exégèse islamique depuis 14 siècles. L'intérêt de ce topic est de justifier et légitimer l'exégèse traditionnelle. J'attends de voir ce que ça va donner.
Il faut d'abord avoir raison. Une idée fausse est une idée fausse.

prisca

Croyance [Chrétien/Judaisme]
Avatar du membre

Messages : 15087
Enregistré le : 25 oct. 2016, 13:41

Re: ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN

Ecrit le 20 mai 2020, 08:24

Message par prisca »

Aujourd'hui, on peut dire avec certitude que tous les Musulmans auront du fil à retordre avec Allah.

Pourquoi ?

Parce qu'ils sont ignominieusement injurieux envers Jésus.

Le verset faux semblant de la sourate 4 verset 157

Si nous mettons le verset 4 - 157 dans son contexte, nous lisons.

L'important c'est le repentir (verset 149)

Il faut croire en Dieu et croire en tous les envoyés de Dieu, pas en certains oui et d'autres pas (verset 150)

Les mécréants sont ceux qui croient en certains Messagers et pas en d'autres (verset 151)

Mais les vrais croyants en Dieu sont ceux qui croient en tous les Messagers de Dieu (verset 152)

Les Juifs demandent une preuve évidente de l'existence de Dieu car ils étaient incrédules et Dieu les a punis. Ensuite ils sont retournés à l'adoration d'idole même après avoir reçu toutes les preuves de l'existence de Dieu. Ils furent cependant pardonnés de leur infidélité et Moise devint leur Grand Prêtre (verset 153)

Et pour qu'ils soient des Juifs dignes de ce nom, un Temple fut érigé et ils durent y entrer avec dévotion et respect (verset 154)

Mais ils se détournèrent encore une fois de Dieu en reniant la parole des Prophètes et à cause de leur dureté de cœur mais c'est Dieu qui ne leur a pas donné un cœur ouvert puisqu'ils ont montré leur infidélité à Dieu en reniant les Prophètes (verset 155)

Une fois qu'ils sont devenus des mauvais croyants (mécréants) et après avoir diffamé sur Marie qu'ils traitèrent de mauvais noms (verset 156)

Et à cause de la parole disant "nous sommes les bourreaux de JESUS le fils de Marie le Christ le Messager de Dieu ….. or (dit Allah) ils n'ont ni tué ni crucifié de Messager de Dieu mais quelqu'un qui ressemblait à un Messager de Dieu d'après leurs dires conjecturaux, (verset 157)

Mais Dieu a élevé son âme vers Lui car Dieu est Puissant et sage (verset 158)

Tous croiront en JESUS avant sa mort, et JESUS témoignera contre eux à son Avènement. (verset 159)


Les versets :
  • 149. Que vous fassiez du bien, ouvertement ou en cachette, ou bien que vous pardonniez un mal... Alors Allah est Pardonneur et Omnipotent.150. Ceux qui ne croient pas en Allah et en Ses messagers, et qui veulent faire distinction entre Allah et Ses messagers et qui disent : " Nous croyons en certains d'entre eux mais ne croyons pas en d'autres", et qui veulent prendre un chemin intermédiaire (entre la foi et la mécréance),151. les voilà les vrais mécréants! Et Nous avons préparé pour les mécréants un châtiment avilissant.152. Et ceux qui croient en Allah et en Ses messagers et qui ne font de différence entre ces derniers, voilà ceux à qui Il donnera leurs récompenses. Et Allah est Pardonneur et Miséricordieux.153. Les gens du Livre te demandent de leur faire descendre du ciel un Livre. Ils ont déjà demandé à Moïse quelque chose de bien plus grave quand ils dirent : "Fais-nous voir Allah à découvert! " Alors la foudre les frappa pour leur tort. Puis ils adoptèrent le Veau (comme idole) même après que les preuves leur furent venues. Nous leur pardonnâmes cela et donnâmes à Moïse une autorité déclarée.154. Et pour (obtenir) leur engagement, Nous avons brandi au-dessus d'eux le Mont Tor , Nous leur avons dit : "Entrez par la porte en vous prosternant"; Nous leur avons dit : "Ne transgressez pas le Sabbat"; et Nous avons pris d'eux un engagement ferme.155. (Nous les avons maudits) à cause de leur rupture de l'engagement, leur mécréance aux révélations d'Allah, leur meurtre injustifié des prophètes, et leur parole : "Nos coeurs sont (enveloppés) et imperméables". Et réalité, c'est Allah qui a scellé leurs coeurs à cause de leur mécréance, car ils ne croyaient que très peu .156. Et à cause de leur mécréance et de l'énorme calomnie qu'ils prononcent contre Marie.157. et à cause leur parole : "Nous avons vraiment tué le Christ, JESUS, fils de Marie, le Messager d'Allah"... Or, ils ne l'ont ni tué ni crucifié; mais ce n'était qu'un faux semblant! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l'incertitude : ils n'en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l'ont certainement pas tué .158. mais Allah l'a élevé vers Lui. Et Allah est Puissant et Sage159. Il n'y aura personne, parmi les gens du Livre, qui n'aura pas foi en lui avant sa mort . Et au Jour de la Résurrection, il sera témoin contre eux.
23 "Quiconque nie le Fils n'a pas non plus le Père; quiconque confesse le Fils a aussi le Père".
Dieu nous a créés à son Image, l'Image de Dieu par Jésus. Donc nous ressemblons à Jésus puisque Jésus est l'image de Dieu, l'Image de Dieu ne fait pas de Jésus un homme, mais laisse Jésus être qui Il est à savoir Dieu.

Serviteur d'Allah

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 524
Enregistré le : 13 oct. 2018, 06:22

Re: ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN

Ecrit le 20 mai 2020, 10:18

Message par Serviteur d'Allah »

C'est clair comme de l'eau de roche dans le Coran: Jésus n'a pas été crucifié! Aussi bien le contexte direct (contexte immédiat du verset 4:157) que le contexte général (le Coran) nient toute crucifixion rédemptrice et tout rachat par le transfert des péchés/le châtiment d'une personne à la place d'une autre...

Le contexte direct (le verset 156 qui précède l'allégation mensongère des juifs) reproche à ceux-ci leur calomnie au sujet de Marie (l'accusation de fornication, chose démentie ailleurs dans le Coran). Immédiatement après (verset 157) suit la négation de la crucifixion: d'abord il y a la forme affirmative rapportant les propos/sarcasmes des juifs, ensuite la forme négative démentant leurs dires:

"Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le Messager d’Allah" => "Or, ils ne l’ont ni tué ni crucifié".
Il n'y a pas plus claire que cela.

Le même verset (157) insiste encore davantage sur cette non-crucifixion plus loin: "ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l’ont certes pas tué."

Pour ce qui est du contexte général (le Coran), il suffit de savoir lire pour se rendre compte que Dieu a toujours assisté les prophètes. Il a sauvé un bon nombre d'entre eux, notamment les cinq grands prophètes (Oulou al azm/les doués de détermination), parfois au dernier moment: Noé (sauvé du déluge, 7:64), Abraham (sauvé de son peuple et du feu dans lequel il a été jeté, 21:69), Moise (sauvé plusieurs fois, 28:7, 26:62), Jésus (sauvé du meurtre magouillé par Satan et les pharisiens, 4:158) et Mohamed (sauvé plusieurs fois des tentatives de meurtre des polythéistes, 5:67)... Il y a aussi d'autres qui sont sauvés des peuples rebelles: Hûd, Lot, Salih, etc. Ce n'est donc pas chose nouvelle si Dieu a sauvé Jésus de l'humiliation et de la perversité des hommes.

12:110: "Quand les messagers faillirent perdre espoir (et que leurs adeptes) eurent pensé qu’ils étaient dupés voilà que vint à eux Notre secours. Et furent sauvés ceux que Nous voulûmes."

Et que nous dit le Coran sur Jésus? C'est un messager tout comme Mohammed, paix sur eux (les divinités qui meurent pour les péchés, ça n'existe pas dans la vraie vie, et surtout pas dans le Coran). Ils sont qualifiés pareillement:

3:144: "Muḥammad n’est qu’un messager, des messagers avant lui sont passés"

5:75: "Le Messie, fils de Marie, n’était qu’un messager. Des messagers sont passés avant lui"


Quant au rachat par la crucifixion, personne ne paiera pour les péchés d'autrui, sinon c'est l'échec total, le fiasco... Si Dieu nous a fait don du libre arbitre, de la raison, de l'intelligence et de la responsabilité, ce n'est pas pour les mettre à la poubelle et laisser une personne innocente assumer nos bêtises à notre place:

35:18: "Aucune âme chargée de son propre fardeau ne portera celui d’une autre âme. Et si une âme surchargée de péchés implore de l’aide, même auprès d’un proche parent, sa charge n’en sera pas pour autant allégée. Tes avertissements ne sauraient profiter qu’à ceux qui craignent leur Seigneur dans Son mystère et qui accomplissent régulièrement leur salât. Quiconque se purifie le fait dans son propre intérêt, car c’est vers Dieu que tout doit faire retour."

Dieu pardonne à ceux qui se repentent sincèrement, se corrigent et reviennent vers Lui. Il n'a pas besoin de livrer un innocent en sacrifice/rançon pour nous protéger de sa colère... Pareil plan, c'est du bricolage (désolé pour le terme), indigne de notre Créateur, exalté soit-Il!
Modifié en dernier par Serviteur d'Allah le 20 mai 2020, 11:24, modifié 3 fois.

'mazalée'

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 676
Enregistré le : 06 mars 2019, 15:15

Re: ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN

Ecrit le 20 mai 2020, 11:21

Message par 'mazalée' »

Serviteur d'Allah a écrit :
20 mai 2020, 10:18
Il n'a pas besoin d'orchestrer toute un drame sur la croix, gloire à Lui, pour nous protéger de sa colère... Pareil plan, c'est du bricolage (désolé pour le terme), indigne de notre Créateur, exalté soit-Il!
Par contre il a besoin de mises en scène grandioses qu'il laisse s'orchestrer jusqu'à la dernière minute et escamote à la vue de tous un personnage qu'il a laissé arriver là, humilié, opprimé... on se demande bien pourquoi. Il protège ses prophètes mais il aime bien jouer à leur faire peur. Sans parler du fiasco de cette mise en scène inutile qui a envoyé sur une fausse piste (la crucifixion) la moitié de l'humanité, soit --> direct en enfer. Bravo !

Quant aux explications de Dieu : conjecture, faux semblant... si c'est tout ce qu'il a pour sa défense, devant le tribunal de la logique et de la raison (qu'il nous a donnée), ça ne passe pas. Il n'a qu'à s'en prendre à lui-même. (face)

l_leo

* [ Aucun rang ] *

Messages : 688
Enregistré le : 12 avr. 2018, 12:08

Re: ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN

Ecrit le 20 mai 2020, 11:41

Message par l_leo »

Ce fameux ו , Waw, O, W en caractères latins dont le nom est וו, WOU est dans un sens étendu toute conversion, toute conjonction, et dans un sens restreint, un clou.

AElohim était déjà tri dans la Genèse au chapitre Un, versets 1,2,3. Le fis nommé trois fois dans le titre : Sepher Brashith, puis Brashith bra (ch.1,v.1) nécessitait bien trois clous ?

Ps. BN, un fils de chair, BR, un fils potentiel.

Serviteur d'Allah

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 524
Enregistré le : 13 oct. 2018, 06:22

Re: ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN

Ecrit le 20 mai 2020, 11:56

Message par Serviteur d'Allah »

'mazalée' a écrit : Par contre il a besoin de mises en scène grandioses qu'il laisse s'orchestrer jusqu'à la dernière minute et escamote à la vue de tous un personnage qu'il a laissé arriver là, humilié, opprimé... on se demande bien pourquoi. Il protège ses prophètes mais il aime bien jouer à leur faire peur. Sans parler du fiasco de cette mise en scène inutile qui a envoyé sur une fausse piste (la crucifixion) la moitié de l'humanité, soit --> direct en enfer. Bravo !
Là, c'est à tes fantasmes que tu est en train de répondre. Par "orchestrer un drame", je faisais référence à cette croyance paulienne selon laquelle le seul salut possible c'est que Dieu livre son fils (un homme divin sans péché) à la croix pour racheter les bêtises des hommes. Sans l'effusion de son sang, les péchés ne pourraient être lavés et les hommes pardonnés... Pour le reste, ce n'est pas Dieu qui met en scène ce dont tu parles, mais ce sont les hommes qui humilient ses messagers. Fais donc la différence avant de dire n'importe quoi...
a écrit :Quant aux explications de Dieu : conjecture, faux semblant... si c'est tout ce qu'il a pour sa défense, devant le tribunal de la logique et de la raison (qu'il nous a donnée), ça ne passe pas. Il n'a qu'à s'en prendre à lui-même.
Si pour toi, ce qui passe c'est humilier et torturer un innocent pour les péchés, alors personne ne t'empêche d'y croire. :D
a écrit :Ce qui n'est pas audible intellectuellement parlant c'est que des juifs disent que Jésus était "un prophète d'Allah". Même pour prétendre l'avoir tué. Du coup l'idée de reproche tombe à l'eau.
Si t'avais lu les évangiles, tu aurais su que les foules appelaient Jésus "prophète". Ce sont ces mêmes foules (du moins une partie) qui se sont tourné contre lui avant la soi-disant crucifixion. Quant la "Allah", le terme employé en araméen pour désigner Dieu est quasiment similaire au terme arabe (Alaha). Si pour toi c'est ce n'est pas audible intellectuellement que d'appeler Jésus "prophète d'Allah", c'est toi-même qu'il faut blâmer...
Modifié en dernier par Serviteur d'Allah le 23 mai 2020, 14:40, modifié 2 fois.

Gorgonzola

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2389
Enregistré le : 10 avr. 2017, 11:31

Re: ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN

Ecrit le 20 mai 2020, 12:01

Message par Gorgonzola »

On n'apprend rien de nouveau. Le coran dit que Jésus n'a pas été crucifié. Pas la peine de faire une étude grammaticale ou de style de l'écriture arabe.

L'ancien testament fait référence à la vie de Jésus jusqu'à sa crucifixion :

Ésaïe 7.14 : Voilà pourquoi c’est le Seigneur lui-même qui vous donnera un signe : la vierge sera enceinte, elle mettra au monde un fils et l’appellera Emmanuel.
Ésaïe 9.5 : En effet, un enfant nous est né, un fils nous a été donné, et la souveraineté reposera sur son épaule ;
on l’appellera merveilleux conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.
Michée 5.1 : Et toi, Bethléhem Éphrata, qui es petite parmi les villes de Juda, de toi sortira pour moi celui qui dominera sur Israël
et dont l’origine remonte loin dans le passé, à l’éternité.

Zacharie 9.9 : Réjouis-toi, fille de Sion ! Lance des acclamations, fille de Jérusalem ! Voici ton roi qui vient à toi ;
il est juste et victorieux, il est humble et monté sur un âne, sur un ânon, le petit d’une ânesse.
Psaumes 22.17-19 : Oui, des chiens m’environnent, une bande de scélérats rôdent autour de moi ;
ils ont percé mes mains et mes pieds. Je pourrais compter tous mes os ; eux, ils observent, ils me regardent, ils se partagent mes vêtements, ils tirent au sort mon habit.

Esaïe 50.6 : J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient et j’ai tendu mes joues
à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché mon visage à ceux qui m’insultaient
et qui crachaient sur moi.
Esaïe 53.5 : Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.

Zacharie 12.10 :
Je répandrai alors sur la famille de David et sur ceux qui habitent Jérusalem un Esprit de grâce et de supplication. Alors ils tourneront leurs regards vers moi, celui qu’ils auront transpercé.




Si les chrétiens n'ont pas peur de lire le coran il n'en est pas de même pour les musulmans avec la bible.
Et s'ils pensent que la bible est falsifiée ils n'auraient pas peur de la lire et l'étudier pour le prouver.

prisca

Croyance [Chrétien/Judaisme]
Avatar du membre

Messages : 15087
Enregistré le : 25 oct. 2016, 13:41

Re: ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN

Ecrit le 20 mai 2020, 12:08

Message par prisca »

Serviteur d'Allah a écrit :
20 mai 2020, 10:18
C'est clair comme de l'eau de roche dans le Coran: Jésus n'a pas été crucifié! .....

Non c'est faux et en ces jours de Ramadan le dernier de surcroit puisque la fin vient bientôt, je pense qu'il est tant maintenant de jouer de bonne foi.

A moins que vous n'aimiez ni les dattes ni le miel ni les houris.

Ni le vin.
23 "Quiconque nie le Fils n'a pas non plus le Père; quiconque confesse le Fils a aussi le Père".
Dieu nous a créés à son Image, l'Image de Dieu par Jésus. Donc nous ressemblons à Jésus puisque Jésus est l'image de Dieu, l'Image de Dieu ne fait pas de Jésus un homme, mais laisse Jésus être qui Il est à savoir Dieu.

Serviteur d'Allah

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 524
Enregistré le : 13 oct. 2018, 06:22

Re: ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN

Ecrit le 20 mai 2020, 12:14

Message par Serviteur d'Allah »

prisca a écrit : Non c'est faux et en ces jours de Ramadan le dernier de surcroit puisque la fin vient bientôt, je pense qu'il est tant maintenant de jouer de bonne foi.

A moins que vous n'aimiez ni les dattes ni le miel ni les houris.

Ni le vin.
La bonne foi, c'est à vous d'en faire preuve, au moins une fois. Lorsque le Coran vous dit que Jésus est un messager et a un Dieu au-dessus de lui, de manière rien de plus claire, il vous faut le reconnaître et arrêter avec vos délires. Il vous faut arrêter d'inviter les croyants à l’idolâtrie. Dieu n'est pas un homme: il n'a pas de naissance, de parents, de mort (gloire à Lui), etc. Il n'a pas de forme humaine, de genre, de race, de limite, etc. Il n'est pas conforme à vos conceptions terrestres.

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Dialogue islamo-chrétien »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing, Christabel, dan26, Saint Glinglin, spin et 17 invités