[Protestant] DANIEL, verset par verset. (Adventistes)

Le point commun des diverses Églises adventistes ; la doctrine prémillénariste du second retour du Christ, visible et universelle.
Répondre
Philippe Septième

* [ Aucun rang ] *

Messages : 596
Enregistré le : 16 déc. 2003, 10:33
Localisation : Alsace

[Protestant] DANIEL, verset par verset. (Adventistes)

Ecrit le 18 déc. 2003, 04:48

Message par Philippe Septième

Bonjour,

Cet essai d'interprétation prophétique s'appuie sur un séminaire biblique (DAN et APO) de mon pasteur qui a suscité l'enthousiasme de dizaines de personnes chaque semaine depuis plus de 2 ans. Provenant de différentes confessions religieuses (catholiques, protestants, évangéliques et autres..), elles y ont participé suite à des conférences "bible et archéologie" présentées par ce même pasteur. Je vous recommande vivement de commencer par Daniel, avant d'aborder l'Apocalypse que je partagerais avec vous un peu plus tard.

Daniel, le prophète, "un livre biblique hors du commun".

INTRODUCTION:

LE CADRE HISTORIQUE DE L'EPOQUE DE DANIEL.

623 av-JC, Naissance de Daniel (?)

626 av-JC, Nabopolassar (626-605) se révolte contre l'Assyrie et se proclame roi de Babylone. Les Babyloniens et les Mèdes s'allient contre l'Assyrie. Le prince héritier de Babylone, Nebucadnetsar, épouse la princesse Mède pour sceller l'alliance.

612 av-JC, Les armées Babyloniennes et Mèdes s'emparent de Nivive et la détruisent.

609 av-JC, Josias, roi de Juda (640-609) s'oppose aux Egyptiens. Josias est tué à la bataille de Méguido.

605 av-JC, Nébucadnetsar (605-562) chasse les Egyptiens de Syrie et de Palestine. Jojakim (609-598), est soumis au roi de Babylone. Nébucadnetsar ramène des otages à Babylone. Parmi eux, Daniel qui a 18 ans environ et ses trois amis.

597 av-JC, Nébucadnetsar prend Jérusalem pour la deuxième fois, Jojakin (598-597) régna trois mois. Le jeune roi est déporté à Babylone avec sa famille et avec dix mille captifs. Nébucadnetsar place Sédécias, fils de Josias et oncle de Jojakin sur le trône, c'est le dernier roi de Juda (597-587).

586 av-JC, Nébucadnetsar incendie Jérusalem en juillet. (lire 2 Rois 25)

652 av-JC, Nébucadnetsar meurt après un règne de 43 ans. En six ans, trois rois montent sur le trône. Nabonide, le quatrième roi vit en dehors de Babylone et donne la régence à son fils aîné Belschatsar.

553 av-JC, Cyrus, roi de perse se révolte contre son suzerain, le Mède Astyage, et il devient le roi de l'empire médo-persan.

547 av-JC, Cyrus est vainqueur de Crésus, roi de Lydie, qu'il ajoute à son empire.

539 av-JC, Cyrus prend Babylone, en détournant le fleuve de l'Euphrate.

535 av-JC, Daniel meurt à 88 ans environ.

DATE DE LA COMPOSITION DU LIVRE:

Même la critique reconnaît l'unité de composition (Nous croyons, avec la tradition, que le livre date du 6ème siècle avant J.C). D'après Joseph, le canon était clos au 5ème siècle avant J-C. Le livre de Daniel est placé alors parmi les "écrits" et non parmi les "prophètes", parce que Daniel a eu la fonction et non la position d'un prophète. C'était un "laïque", un homme d'état dont Dieu s'est servi pour éclairer le roi, il n'était pas prophète de vocation.

AUTHENTICITE DU LIVRE DE DANIEL:

Ce fut le philosophe néoplatonicien Porphyre, né à Tyr en 233 et mort à Rome en 303, qui avait essayé de démontrer la composition tardive du livre de Daniel et que la plupart des critiques ont repris par la suite. L'auteur serait donc un inconnu du 2ème siècle, sous Antiochus Epiphane. Il aurait transformé l'histoire en prophétie... Depuis 200 ans, le livre de Daniel est malmené par la haute critique qui n'admet ni les miracles ni les prophéties.

Pourtant, l'authenticité prophétique est confirmée. PAR JESUS en Matthieu 24:15 (lorsque vous verrez l'abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel...). PAR FLAVIUS JOSEPH, historien Juif du 1er siècle, qui parle de Daniel comme le plus grand des prophètes (Antiquités Juives X. 11,7). PAR LA COMMUNAUTE DE QUMRAN, plusieurs manuscrits recouvrants pratiquement tous les chapitres du livre de Daniel ont été retrouvés. Cela prouve que le livre de Daniel fut probablement un des livres favoris de la secte de Qumran. PAR LE TALMUD qui tient le livre de Daniel en haute estime. Daniel est admiré "comme le sage le plus puissant de tous les peuples".

PAR L'EGLISE ANCIENNE, au travers des siècles: Hippolyte, Jérôme, Thomas d'Aquin...PAR LES REFORMATEURS, Luther, Calvin...Selon Luther qui traduisait les écritures, Daniel est le livre qui mérite d'être publié le premier. Calvin lui consacra ses plus belles conférences. PAR LES PROTESTANTS comme K.A Auberlin, L. Gaussen. PAR LES COMMENTATEURS CATHOLIQUES, P. Manuel Lacunza, l'abbé Fabre d'Envieu, l'abbé F. Vigouroux, le Père Lagrange. Parlant de la critique libérale, l'abbé A. Crampon écrit: "Cette théorie arbitraire, due aux préjugés, est contredite par le témoignage de la tradition juive et chrétienne et par le témoignage que le livre se rend à lui-même (la Sainte Bible, vol.V, 1901, p646).

PAR LES HOMMES DE NOTRE EPOQUE: Franz Rosenzweig, philosophe, établi un rapport entre l'histoire du monde et la prophétie de Daniel. André Néher qualifie Daniel comme le prophète de la prière. Pour Elie Wiesel, le livre de Daniel contient le secret de l'espérance. Pour l'islam, le livre de Daniel est tout particulièrement apprécié, le Coran s'y réfère.

GENRE LITTERAIRE:

Ce livre appartient au genre apocalyptique. L'auteur inspiré s'adresse principalement à des générations futures, dans un langage chiffré. Les idées comme les faits sont présentés sous forme de symboles plus ou moins transparents, que le lecteur doit traduire à l'aide d'une clef fournie par la bible elle-même. Ce style offre l'avantage de dire beaucoup de choses en peu de mots. Il permet aussi de voiler des vérités qu'il serait inopportun de publier avant le temps choisi par Dieu.

UN LIVRE UNIVERSEL:

Le livre de Daniel véhicule un message universel qui nous concerne tous, parce que sa vérité concerne le destin de l'humanité toute entière et du monde. Par son contenu (un livre religieux, d'histoire, de prières, de poésie, de sagesse et d'énigmes). Par son langage et par sa forme, c'est un livre ouvert à tous. Par son message et sa vérité, il concerne l'humanité toute entière. Par sa prophétie, il pointe vers la fin, décrite comme un événement cosmique.

Le livre de Daniel a été écrit pour la période de l'histoire qu'on appelle la fin. C'est de toute la bible le livre le plus préoccupé par la fin cosmique du monde (Dan 12: 4,6,8,9,13). Sur les 42 emplois de l'hébreu (qetz-fin), 5 se trouvent dans Daniel. on y découvre les pensées les plus profondes sur Dieu, sur l'histoire, sur l'homme, sur l'existence... La révélation de Daniel se situe comme une vérité qu'on doit rechercher pour la comprendre.

Daniel montre les conséquences du péché, non seulement au niveau des individus, mais encore au niveau des nations et de l'Eglise. Il décrit le sort du peuple d'Israël, de l'Eglise chrétienne et des nations jusqu'à la fin. Ce livre est resté longtemps fermé (Dan 12:4). L'Apocalypse annonce son ouverture au temps de la fin (Ap 10:8). Au 19ème siècle, un grand réveil eut lieu suite à une étude toute particulière du livre. Depuis le 19ème siècle, le livre n'est plus scellé et il mérite toute notre attention.

Jules Fabre d'Envieu n'hésite pas à appeler Daniel "le plus grand des prophètes qu'ait eu le peuple hébreu" (le livre du prophète Daniel,I, p.53). Isaac Newton considérait les prophéties de Daniel comme la clef de toutes les autres.

LES PRINCIPALES ECOLES D'INTERPRETATION:

1) Prétériste: tout se réduit à un accomplissement immédiat. Le message est situé avec son auteur, dans son temps.

2) Futuriste: tout est à venir !. Il prend au sérieux le caractère eschatologique, mais oublie que ce qui est à venir a souvent été réalisé dans le passé.

3) Spiritualiste: tout et interprété symboliquement. Or, on ne peut nier tout rapport avec l'histoire.

4) Historico-prophétique: prend au sérieux l'élément prédictif et cherche sa réalisation dans le cours de l'histoire. C'est une véritable théologie de l'histoire. Non pas un oracle pour satisfaire la curiosité, mais un guide à travers les ténèbres.

LE PLAN DU LIVRE DE DANIEL:

La première partie (chapitres 1 à 6) est essentiellement historique, donnant des renseignements précieux sur l'exil d'Israël à Babylone, même s'il y a des prophéties.

La deuxième partie (chapitres 7 à 12) est essentiellement prophétique, offrant la clef de la théologie de l'histoire, depuis Daniel et jusqu'à la fin.

Son objet est de montrer que Dieu déploie son pouvoir souverain sur les individus, les peuples et les rois de manière à conduire l'histoire vers une fin glorieuse, un royaume éternel de paix. Néanmoins, Dieu laisse toutes les nations suivre leurs propres voies (Actes 14:16).

Le livre de Daniel est aussi une petite merveille de composition littéraire, parce que dans sa structure interne on découvre plusieurs parallélismes (concentriques ou chiastiques) de type A-A1, B-B1. Mais le plus important, et nous le verrons tout au long de ce livre, c'est que Jésus-Christ est au coeur de ces messages et de ces prophéties. Prochaine étape, chapitre 1.

Merci de me lire, de me corriger si nécessaire.
Philippe.

Philippe Septième

* [ Aucun rang ] *

Messages : 596
Enregistré le : 16 déc. 2003, 10:33
Localisation : Alsace

Daniel, suite 01

Ecrit le 18 déc. 2003, 04:52

Message par Philippe Septième

Bonjour, je vous propose la suite 01

Je vous propose de commencer par le chapitre 1 du livre de Daniel.

DANIEL CHAPITRE 1, versets 1 à 4

1 La troisième année du règne de Jojakim, roi de Juda, Nebucadnetsar, roi de Babylone, marcha contre Jérusalem et l'assiégea. (la troisième année du règne de Jojakim, roi de Juda, correspond à 605 av-JC. Jojakim régna de 609-598).
2 Le Seigneur livra entre ses mains Jojakim, roi de Juda, et une partie des ustensiles de la maison de Dieu. Nebucadnetsar emporta les ustensiles au pays de Schinear, dans la maison de son dieu, il les mit dans la maison du trésor de son dieu.
3 Le roi donna l'ordre à Aschpenaz, chef de ses eunuques, d'amener quelques-uns des enfants d'Israël de race royale ou de famille noble,
4 de jeunes garçons sans défaut corporel, beaux de figure, doués de sagesse, d'intelligence et d'instruction, capables de servir dans le palais du roi, et à qui l'on enseignerait les lettres et la langue des Chaldéens.

COMMENTAIRE DU CHAPITRE 1 DE DANIEL:

L'introduction s'ouvre sur un choc: Babylone contre Jérusalem. Ici c'est la victoire de Babylone sur Jérusalem et le peuple de Dieu. Dans l'Apocalypse, à la fin des temps, c'est Jérusalem et le peuple de Dieu qui l'emportent sur Babylone. (Ap 18:21-22)

Au-delà du conflit local qui oppose les deux royaumes historiques, il nous faut voir un conflit cosmique, entre le bien et le mal. Dès les temps les plus anciens, Babylone a représenté dans la bible la puissance du mal qui s'oppose à Dieu. L'histoire de la tour de Babel, qui n'est autre que le nom hébreu de Babylone, a été conservé dans la mémoire biblique comme le symbole du mouvement d'en bas pour usurper la puissance d'en haut (Gen 11: 1-9). Le pays de Schinear est l'ancien nom mythique de Babylone (Dan 1:2).

Derrière l'affrontement entre les forces de Babylone et celles de Jérusalem, le prophète laisse donc entendre une bataille d'une autre dimension et d'un autre ordre. Dès le départ le ton est ainsi donné et tout le livre de Daniel devra se lire selon cette clé.

LA DEPORTATION: DAN 1:2

Le peuple de Dieu et les ustensiles sacrés du temple deviennent la propriété de Nebucadnetsar et de Babylone. Jojakim, avec le royaume de Juda, Benjamin et Lévi, au sud, représente le dernier Etat survivant de l'ancien grand royaume de David. En 722, le royaume du Nord, avec les 10 tribus sous le nom d'Israël, a subi le même sort par les Assyriens (2Rois 17:4-23). La majorité du peuple hébreu a donc disparu dans la tourmente. Dix tribus sur les treize se fondent à la masse assyrienne.

Le royaume de Juda avec ses trois tribus restantes survit encore quelques temps, pour connaître le même sort en 586, quand pour la troisième fois Nebucadnetsar monte contre Jérusalem et l'incendie. En 605 à Karkémish les Egyptiens sont battus par Nebucadnetsar, qui a déjà traversé Juda et assujetti le roi Jojakim. Il s'apprête à les poursuivre lorsqu'il apprend la mort de son père. Il décide de rentrer au plus vite à Babylone pour réclamer le trône. Avec quelques soldats, il s'engage à travers les pistes du désert.

Au passage, il emmène quelques jeunes captifs parmi l'élite de Juda. Daniel et ses compagnons sont du voyage. Les prisonniers suivront avec le gros de la troupe, par le nord, la route des caravanes. La route est longue, environ mille cinq cents kilomètres. Abraham lui-même l'avait empruntée quelque 1500 ans auparavant. Cette fois-ci on suit le chemin inverse, destination Babylone.

Déracinés, enchaînés, les prisonniers de Juda savent qu'ils ont tout perdu. Leur passé, leur espoir, leur identité, leurs valeurs, tout est désormais compromis. En exil, ils apprendront très vite à oublier ce qu'ils étaient. L'oppresseur déportait les habitants pour mieux les assujettir.

La fin de Juda n'est pas simplement d'ordre politique, elle concerne le peuple élu et comporte de ce fait une dimension spirituelle et cosmique. Avec la disparition du dernier témoin de Dieu, c'est dans la perspective biblique la survie du monde qui est menacée. Babylone a remplacé Jérusalem. Les dieux de Babylone vont remplacer le vrai Dieu du peuple élu. Nebucadnetsar a remplacé le Dieu de Juda. Les ustensiles du temple sont déplacés. Cela est précisé par trois fois. Le pire, c'est que l'événement est vécu comme jugement de Dieu (Le Seigneur livra entre ses mains..) (v2).

C'est ici l'accomplissement des prophéties qu'avaient prononcées les anciens prophètes, en avertissement, mais aussi comme un appel à la repentance. (Esaïe 39:5-7-Voici, les temps viendront où l'on emportera à Babylone tout ce qui est dans ta maison et ce que tes pères ont amassé jusqu'à ce jour, il n'en restera rien, dit l'Eternel. Et l'on prendra de tes fils, qui seront sorti de toi, pour en faire des eunuques dans le palais du roi de Babylone.) et (Jérémie 20:5-Je livrerai toutes les richesses de cette ville, tout le produit de son travail, tout ce qu'elle a de précieux, je livrerai tous les trésors des rois de Juda entre les mains de leurs ennemis, qui les pilleront, les enlèveront et les transporteront à Babylone.)

DANIEL CHAPITRE 1, versets 5 à 7

5 Le roi leur assigna pour chaque jour une portion des mets de sa table et du vin dont il buvait, voulant les élever pendant trois années, au bout desquelles ils seraient au service du roi.
6 Il y avait parmi eux, d'entre les enfants de Juda, Daniel, Hanania, Mischaël et Azaria.
7 Le chef des eunuques leur donna des noms, à Daniel celui de Beltschatsar, à Hanania celui de Schadrac, à Mischaël celui de Méschac, et à Azaria celui d'Abed-Nego.

L'ALIENATION, COMMENTAIRE:

Arrivés à Babylone, les hébreux sont pris en main par les fonctionnaires du roi. Ces études de trois ans, impliquaient beaucoup plus qu'une initiation à l'écriture et à la littérature babyloniennes. Un minimum de trois langues était requis au programme du scribe. Le sumérien, la langue sacrée traditionnelle aux signes cunéiforme, le babylonien (ou l'akkadien), la langue nationale du pays, l'araméen, la langue internationale du commerce et de la diplomatie écrite dans l'alphabet carré que nous connaissons par nos bibles hébraïques actuelles.

Mais surtout, il fallait apprendre les techniques magiques des Chaldéens. Le mot 'chaldéen", dérivé de la racine babylonienne kaldu (ou kashdu), il signifie "construire des cartes astronomiques". Les Babyloniens étaient devenus des spécialistes en astronomie. Les documents anciens témoignent que depuis 747 av-JC ils avaient observé et même prédit les éclipses avec une précision remarquable.

Mais leur science avait un autre but. L'observation du ciel leur permettait, croyaient-il, de prévoir l'avenir. L'astronome chaldéen était avant tout un astrologue. La tradition de nos horoscopes date de cette époque. Les Babyloniens d'alors, comme beaucoup de nos contemporains, croyaient que le mouvement des astres déterminait la destinée de l'homme et même l'histoire universelle.

Le programme était donc essentiellement religieux, et était aménagé de façon à faire de nos amis hébreux de véritables prêtres Chaldéens rompus à toutes les méthodes secrètes de divination. Daniel et ses amis connaissaient les enseignements de Dieu à cet égard, où Dieu interdit ces pratiques (Deut 18:9-14).

Le roi "détermina" donc lui-même la composition du menu. Le verbe utilisé ici sous sa forme wayeman (détermina) n'a dans la bible hébraïque que Dieu pour sujet et n'apparaît que dans le contexte de la création (Jonas 2:1 ; 4:6-8). Nebucadnetsar, en "déterminant" le menu, prend la place du créateur. L'association "viande et vin" apparaît généralement dans la bible pour caractériser le repas rituel du culte d'adoration (Deut 32:38).

Participer à un tel repas revenait à se soumettre au culte babylonien, et à reconnaître Nebucadnetsar comme son dieu. Car, selon la religion, le roi était considéré comme Dieu sur la terre. La consommation rituelle et quotidienne de la viande et du vin n'était donc pas seulement destinée à nourrir les captifs hébreux, elle visait à faire d'eux des adorateurs du roi. L'expression hébraïque du verset 5, qui se traduit littéralement: "ils se tiendraient devant le roi", est une expression consacrée au service religieux, pour caractériser la fonction du lévite au service de Dieu (2Chr 29:11)

Pour bien marquer ce transfert d'autorité, on va même jusqu'à changer leur nom. Tout ce qui dans le nom pourrait rappeler l'ancien dieu doit être effacé et remplacé par une référence aux nouveaux dieux babyloniens. Daniel qui signifie en hébreu "Dieu est mon juge" devient Beltschatsar qui signifie "Que Bel (titre de Marduk, le principal dieu babylonien) protège sa vie". Hanania, qui signifie en hébreu "grâce de YHWH", devient Schadrac qui signifie "ordre d'Aku" (dieu sumérien de la lune). Mischaël, qui signifie en hébreu "qui est-ce que Dieu est", devient Meschac qui signifie "qui est ce qu'Aku est". Azaria, qui signifie "YHWH a aidé" devient Abed-Nego qui signifie "serviteur de Nego" (nom déformé du dieu Nabu, dieu de la sagesse).

à suivre la résistance et la libération, versets 8 à 21 du chapitre 1.

Philippe Septième

* [ Aucun rang ] *

Messages : 596
Enregistré le : 16 déc. 2003, 10:33
Localisation : Alsace

Daniel, suite 02

Ecrit le 18 déc. 2003, 04:56

Message par Philippe Septième

Bonjour, je vous propose la suite 02

DANIEL 1, versets 8 à 16

8 Daniel résolut de ne pas se souiller par les mets du roi et par le vin dont de roi buvait, et il pria le chef des eunuques de ne pas l'obliger à se souiller.
9 Dieu fit trouver à Daniel faveur et grâce devant le chef des eunuques.
10.Le chef des eunuques dit à Daniel: Je crains mon Seigneur le roi, qui a fixé ce que vous devez manger et boire; car pourquoi verrait-il votre visage plus abattu que celui des jeunes gens de votre âge ? Vous exposeriez ma tête auprès du roi.
11 Alors Daniel dit à l'intendant à qui le chef des eunuques avait remis la surveillance de Daniel, de Hanania, de Mischaël et d'Azaria:
12 Eprouve tes serviteurs pendant dix jours, et qu'on nous donne des légumes manger et de l'eau à boire;
13 tu regarderas ensuite notre visage et celui des jeunes gens qui mangent les mets du roi, et tu agiras avec tes serviteurs d'après ce que tu auras vu.
14 Il leur accorda ce qu'ils demandaient, et les éprouva pendant dix jours.
15 Au bout de dix jours, il avaient meilleur visage et plus d'embonpoint que tous les jeunes gens qui mangeaient les mets du roi.
16 L'intendant emportait les mets et le vin qui leur étaient destinés, et il leur donnait des légumes.

LA RESISTANCE (commentaire versets 8-16):

Daniel et les trois Hébreux réagissent. Réaction dans les noms changés. L'élément divin qui les compose a été systématiquement déformé. Au lieu de Belschatsar, Daniel porte le nom de Beltschatsar (avec un t), le nom du dieu Bel est devenu Belt. Au lieu de Shada Aku, Hananiah porte le nom de Shadrak, le nom du dieu Aku a été réduit à la lettre "k". Au lieu de Mushallim-Marduk, Mischaël porte le nom de Meshak, le nom du dieu Marduk a été lui aussi réduit à la lettre "k". Au lieu de Ardi-Nabu, Azaria porte le nom de AbedNego, Abed est la traduction hébraïque du mot babylonien Ardi, qui signifie serviteur. Quant au nom du dieu Nabu, il a été déformé en Nego (le beth a été remplacé par le gimmel, lettre suivante dans l'alphabet hébreu).

Mais leur détermination va plus loin que la surface des mots, elle s'étend curieusement jusque sur le plan de l'alimentation. Pour sauvegarder son identité, Daniel choisit de manger et de boire différemment. Il demande des légumes et de l'eau. La motivation de Daniel dépasse la simple préoccupation d'ordre diététique, elle est d'ordre essentiellement religieux. Daniel a le souci, nous dit le texte, "de ne pas se souiller" (v8). C'est un langage qui appartient au domaine religieux, qu'on retrouve dans le contexte lévitique de l'alimentation prohibée (Lév 11:29-40).

Le menu qu'il souhaite est une reprise littérale du texte de la création dans une association qui est propre seulement aux 2 passages. Les mêmes mots hébreux apparaissent ensemble: "légumes, donnés, pour manger" (Genèse 1:29). Daniel veut ainsi se re-situer par rapport à Dieu et au roi. Son Dieu n'est pas le roi mais le créateur. La religion de Daniel n'est pas seulement faite de croyances de l'esprit ou d'idées abstraites, elle implique également un engagement concret de son existence.

Daniel nous apprend que la foi ne concerne pas seulement l'esprit ou l'âme, mais qu'elle touche aussi bien la vie du corps. Que la religion soit aussi une question d'ordre alimentaire, voilà qui peut surprendre nos esprits nourris au dualisme platonicien. Il s'agit là pourtant d'un principe souligné tout au long de la bible. Le premier test auquel l'homme est soumis se présente comme un test alimentaire. Adam et Eve déterminent leur propre destin, et par voie de conséquence le destin de l'humanité tout entière, à partir d'un simple choix alimentaire ! (Gen 3)

Plus tard, les lois lévitiques des aliments purs et impurs rendent compte du même principe d'un rapport entre l'alimentation et ce que le lévitique appelle la "sainteté" (Lév 11:44,45). L'idéal des prêtres vise plus loin en justifiant leur abstinence de boisson alcoolisée sur une base religieuse, pour pouvoir discerner ce qui est sacré de ce qui ne l'est pas (Lév 10:8-11).

Notons cependant que Daniel n'en demeure pas moins "humain". Les jeunes Hébreux sont beaux et resplendissants de santé. Leur visage n'est pas abattu comme l'avait craint l'intendant du roi. En dix jours, ils font la preuve de la valeur de ce régime. En même temps ils démontrent qu'on peut très bien s'abstenir de viande et de vin et jouir pleinement de la vie. Remarquons comment Daniel se conduit vis-à-vis du fonctionnaire du roi. Ses convictions religieuses et son souci de sainteté ne le rendent pas pour autant arrogant, mal poli et sinistre. Au contraire, Daniel s'approche de son supérieur avec humilité, "et le prie de ne pas l'obliger à se souiller" (v8), il entretient même avec lui des relations d'estime et d'amitié (v9).

Cette attitude comporte une grande leçon pour des candidats à la sainteté. La sainteté n'exclut pas l'humanité, elle l'implique. Etre saint en signifie pas sortir du clan des hommes et se draper dans une justice sévère et accusatrice. Etre saint ne signifie pas non plus se détacher, esprit désincarné, de toute réalité et de toute joie de vivre. Daniel est un humain sympathique et bien en chair, mais il est aussi un saint qui ne fait aucun compromis et reste fidèle jusqu'au bout.

DANIEL 1, versets 17 à 21

17 Dieu accorda à ces quatre jeunes gens de la science, de l'intelligence dans toutes les lettres, et de la sagesse; et Daniel expliquait toutes les visions et tous les songes.
18 Au terme fixé par le roi pour qu'on les lui amenât, le chef des eunuques les présenta à Nebucadnesar;
19 Le roi s'entretint avec eux; et parmi tous ces jeunes gens, il ne s'en trouva aucun comme Daniel, Hanania, Mischaël et Azaria. Ils furent donc admis au service du roi.
20 Sur tous les objets qui réclamaient de la sagesse et de l'intelligence, et sur lesquels le roi les interrogeait, il les trouvait dix fois supérieurs à tous les magiciens et astrologues qui étaient dans tout son royaume.
21 Ainsi fut Daniel jusqu'à la première année du roi Cyrus.

LA LIBERATION (commentaire des versets 17 à 21)

Enfin, Dieu intervient. Jusque-là, il semblait absent. La dernière fois que Dieu était évoqué, c'était dans l'introduction, en rapport avec la captivité. En écho, la conclusion reprend la mention de Dieu, mais cette fois-ci dans une perspective positive. Dans l'introduction Dieu avait "donné" le roi de Juda et les ustensiles du temple à Nebucadnetsar. Dans la conclusion Dieu "donne" aux quatre jeunes gens science, intelligence et sagesse (v17). C'est le même mot (ntn) qui est utilisé pour faire ressortir la symétrie des deux situations, et en même temps souligner l'existence de Dieu.

Dieu est présent à tout moment, et c'est lui qui détermine le cours des événements. C'est lui qui "donne". Si Daniel et ses amis sont devenus ce qu'ils sont, ce n'est pas du mécaniquement à la valeur de leur entraînement intensif, mais c'est le résultat d'une grâce d'en haut. Le nombre 10 est répété comme si le degré de sagesse qui leur est imparti avait quelque chose à voir avec leur "oeuvre" des 10 jours. Ce n'est pas leur effort diététique qui a produit un tel résultat. Daniel n'a pas pris ces aliments comme une potion magique ou comme un régime idéal destiné à le rendre supérieur aux autres, mais plutôt par souci de fidélité à son Dieu.

Cette épreuve est un acte de foi et non une oeuvre juste. Daniel est ses compagnons ont couru un risque, le risque de la foi, et c'est ce qui les a sauvés. Daniel nous apprend que la foi, l'intelligence et la vigueur physique vont bien ensemble et ne sont pas incompatibles. La conclusion du chapitre 1 fait allusion au retour de l'exil et au salut d'Israël, à travers Cyrus (2Chr 36:21-23) et donne la réponse Divine aux prières et aux prédictions des prophètes (Esaïe 45:1-13).

Le chapitre 1 nous parle donc de deux saluts de nature différente. Un salut dans l'existence présente, Dieu est proche de nous jusque dans l'exil, dans nos peines et nos humiliations de tous les jours. Mais l'expérience religieuse ne se limite pas au bonheur du présent, la présence immédiate de Dieu se conjugue avec une attente passionnée de son intervention historique et cosmique. C'est pourquoi le salut est aussi et surtout un événement "historique" du futur, une promesse non encore accomplie, une prophétie.

C'est la dernière leçon de tout le chapitre, un message qui justement a trait à la promesse d'un salut historique et cosmique, la promesse du royaume de Dieu. A suivre....chapitre 2 de Daniel, le colosse et la montagne.

Philippe Septième

* [ Aucun rang ] *

Messages : 596
Enregistré le : 16 déc. 2003, 10:33
Localisation : Alsace

Daniel, suite 03

Ecrit le 18 déc. 2003, 04:58

Message par Philippe Septième

Bonjour, je vous propose la suite 03

TEXTE BIBLIQUE, DANIEL 2 versets 1 à 13 :

1 La seconde année du règne de Nebucadnetsar, Nebucadnetsar eut des songes. Il avait l'esprit agité, et ne pouvait dormir.
2 Le roi fit appeler les magiciens, les astrologues, les enchanteurs et les Chaldéens, pour qu'ils lui disent ses songes. Ils vinrent, et se présentèrent devant le roi.
3 Le roi leur dit, j'ai eu un songe; mon esprit est agité, et je voudrais connaître ce songe.
4 Les Chaldéens répondirent au roi en langue araméenne: O roi, vis éternellement! dis le songe à tes serviteurs, et nous en donnerons l'explication.
5 Le roi reprit la parole et dit aux Chaldéens: La chose m'a échappé; si vous ne me faites connaître le songe et son explication, vous serez mis en pièces, et vos maisons seront réduites en un tas d'immondices.
6 Mais si vous me dites le songe et son explication, vous recevrez de moi des dons et des présents, et de grands honneurs. C'est pourquoi dites-moi le songe et son explication.
7 Ils répondirent pour la seconde fois: Que le roi dise le songe à ses serviteurs, et nous en donnerons l'explication.
8 Le roi reprit la parole et dit: Je m'aperçois, en vérité, que vous voulez gagner du temps, parce que vous voyez que la chose m'a échappé.
9 Si donc vous ne me faites pas connaître le songe, la même sentence vous enveloppera tous; vous voulez vous préparer à me dire des mensonges et des faussetés, en attendant que les temps soient changés. C'est pourquoi dites-moi le songe, et je saurai si vous êtes capables de m'en donner l'explication.
10 Les Chaldéens répondirent au roi: Il n'est personne sur la terre qui puisse dire ce que demande le roi; aussi jamais roi, quelque grand et puissant qu'il ait été, n'a exigé une pareille chose d'aucun magicien, astrologue ou Chaldéen.
11 Ce que le roi demande est difficile; il n'y a personne qui puisse le dire au roi, excepté les dieux, dont la demeure n'est pas parmi les hommes.
12 Là-dessus le roi se mit en colère, et s'irrita violemment. Il ordonna qu'on fasse périr tous les sages de Babylone.
13 La sentence fut publiée, les sages étaient mis à mort, et l'on cherchait Daniel et ses compagnons pour les faire périr.

COMMENTAIRE Chapitre 2, versets 1 à 13

Nous sommes en 603, trois ans après. Daniel et ses amis viennent de terminer leurs études et de passer avec succès l'examen du roi. Désormais ils sont membres à part entière de la classe des Chaldéens. C'est alors que le roi a un songe qui va mettre tout le royaume en émoi. A l'époque, les rêves étaient reçus comme des messages des dieux. Les rois étaient convaincus de la valeur de ce moyen de communication entre les dieux et les hommes. L'agitation du roi est normale dans ce contexte. Le roi ne veut pas seulement connaître l'explication de son rêve, il veut aussi savoir ce qu'il a rêvé.

LE RÊVE OUBLIE:

Nebucadnetsar se souvient qu'il a rêvé, il sent que ce rêve est important, mais il a oublié son rêve. Il y a là un paradoxe, s'il a oublié le rêve, comment sait-il qu'il est important ? Nebucadnetsar sait que son rêve est important parce qu'il l'a eu plusieurs fois. Le mot "rêves" est en effet utilisé au pluriel dans le texte (v1). Une répétition du même rêve en quelque sorte, qu'il aurait oublié!! Le roi a oublié le rêve parce qu'il en a été bouleversé (v3). Le roi a compris le message des dieux, mais cette révélation l'a tellement effrayé qu'il fuit dans l'oubli. Le roi refuse la réalité de ce rêve qui lui est donné pour mieux se connaître et connaître ses limites (v30).

C'est Dieu qui est à l'origine de cette amnésie. Ne pas se souvenir d'un rêve était un signe qu'il provenait des dieux, et que son dieu est en colère contre lui. ("Il n'est personne qui puisse le dire" -v10- , "excepté les dieux qui ne demeurent pas parmi les hommes" -v11- , Daniel lui-même dit: "ce que le roi demande", la révélation et l'explication d'un rêve oublié, "est un secret que les sages, les magiciens et les devins ne sont pas capables de découvrir au roi... Mais il y a dans les cieux un Dieu qui révèle les secrets" -v27à28-). Cet oubli devait fournir au roi et aux autres la preuve même que son rêve était bien une révélation d'en haut, et que son rêve est certainement un message des dieux.

Cet oubli du roi sera utilisé comme un critère d'objectivité, un test pour lui permettre de juger l'interprétation. "Dites-moi le songe, et je saurai si vous êtes capables de m'en donner l'explication" (v9). Nebucadnetsar ne veut pas d'une simple explication d'astrologue professionnel. Il veut connaître l'explication du songe, la seule qui soit juste. Il n'y a pas de place ici pour la diversité des opinions. La vérité est unique et toutes les autres vérités ne sont que "mensonges et faussetés" (v9), "un moyen de gagner du temps" (v8). Nebucadnetsar prend soudain conscience qu'il a été trompé. De l'angoisse, le roi passe naturellement à la fureur meurtrière puisque tous les Chaldéens sont des charlatans et des menteurs, ils seront tous exécutés. Tous, y compris Daniel: "et l'on cherchait Daniel et ses compagnons pour les faire périr" (v13).

DANIEL 2, versets 14 à 23

14 Alors Daniel s'adressa d'une manière prudente et sensée à Arjoc, chef des gardes du roi, qui était sorti pour mettre à mort les sages de Babylone.
15 Il prit la parole et dit à Arjoc, commandant du roi: Pourquoi la sentence du roi est-elle si sévère? Arjoc exposa la chose à Daniel.
16 Et Daniel se rendit vers le roi, et le pria de lui accorder du temps pour donner au roi l'explication.
17 Ensuite Daniel alla dans sa maison, et il instruisit de cette affaire Hanania, Mischaël et Azaria, ses compagnons,
18 les engageant à implorer la miséricorde du Dieu des cieux, afin qu'on ne fît pas périr Daniel et ses compagnons avec le reste des sages de Babylone.
19 Alors le secret fut révélé à Daniel dans une vision pendant la nuit. Et Daniel bénit le Dieu des cieux.
20 Daniel prit la parole et dit: Béni soit le nom de Dieu, d'éternité en éternité! A lui appartiennent la sagesse et la force.
21 C'est lui qui change les temps et les circonstances, qui renverse et qui établit les rois, qui donne la sagesse aux sages et la science à ceux qui ont de l'intelligence.
22 Il révèle ce qui est profond et caché, il connaît ce qui est dans les ténèbres, et la lumière demeure avec lui.
23 Dieu de mes pères, je te glorifie et je te loue de ce que tu m'as donné la sagesse et la force, et de ce que tu m'as fait connaître ce que nous t'avons demandé, de ce que tu nous as révélé le secret du roi.

COMMENTAIRE CHAPITRE 2, versets 14-23, PRIERE POUR UN SECRET:

A la violence des cris de fureur du roi, répond le calme de la parole "prudente et sensée" de Daniel (v14). A l'angoisse de Nebucadnetsar répondent le recueillement et la prière de Daniel. C'est la première prière du livre de Daniel, c'est tout d'abord une vraie prière. Elle n'est pas mécanique, par l'habitude, par l'automatisme rituel. Elle n'est pas théâtrale, par désir de plaire aux autres. Elle n'est pas superstitieuse, avec de belles paroles, c'est un cri de supplication d'un menacé à mort. Elle vise la communication avec le Dieu du ciel, pour que Dieu parle. Daniel ne prie pas pour prier, mais pour recevoir des réponses, et effectivement le Dieu du ciel répond: "le secret de roi lui est révélé dans une vision pendant la nuit" (v19).

Le prophète n'a pas accès au secret par le moyen de techniques particulières, grâce à la supériorité de sa sagesse ou à la valeur de sa prière (v30). Daniel a compris que l'exaucement de la prière ne dépend pas de la valeur de celui qui l'offre. Le processus se réalise de haut en bas, de Dieu vers l'homme, et non de bas en haut, comme pour la tour de Babel.

C'est ici que réside la différence essentielle entre la prière de Daniel et la conception magique des Chaldéens. Pour les Chaldéens tout se passe en bas, au niveau de la technique. Pour eux il est impossible d'avoir accès aux dieux d'en haut,lointains,inaccessibles,"dont la demeure n'est pas parmi les hommes" (v11). Pour Daniel, il n'a pas besoin de connaître le rêve pour en fournir la clé, pour Daniel,"le Dieu du ciel est le Dieu qui révèle les secrets" (v28), pour Daniel, le Dieu du ciel c'est le Dieu qui conduit l'histoire, le Dieu qui descend et communique avec l'homme.

Après avoir demandé et reçu, Daniel bénit le Dieu des cieux: à qui "appartiennent la sagesse et la force" (v20), qui est descendu et lui a donné "la sagesse et la force et lui a révélé le secret du roi" (v21-23). A travers cette reconnaissance, Daniel sais qu'il possède le secret du roi, Daniel reconnaît qu'il s'agit là d'un don de Dieu, d'une grâce (v23). Daniel sait que cette grâce est imméritée, et il découvre que cette faveur ne lui est pas destinée à lui seul. La réponse de Dieu à Daniel concerne en fait "le destin du monde", "ce qui arrivera dans la suite des temps" (v28). Ce rêve est aussi le salut du roi: "afin que tu connaisses les pensées de ton coeur" (v30)

Philippe Septième

* [ Aucun rang ] *

Messages : 596
Enregistré le : 16 déc. 2003, 10:33
Localisation : Alsace

Daniel, suite 04

Ecrit le 18 déc. 2003, 05:03

Message par Philippe Septième

Bonjour, je vous propose la suite 04

TEXTE BIBLIQUE DANIEL 2: 24-45

24 Après cela, Daniel se rendit auprès d'Arjoc, à qui le roi avait ordonné de faire périr les sages de Babylone; il alla, et lui parla ainsi: Ne fais pas périr les sages de Babylone! Conduis-moi devant le roi, et je donnerai au roi l'explication.
25 Arjoc conduisit promptement Daniel devant le roi, et lui parla ainsi: J'ai trouvé parmi les captifs de Juda un homme qui donnera l'explication au roi.
26 Le roi prit la parole et dit à Daniel, qu'on nommait Beltschatsar: Es-tu capable de me faire connaître le songe que j'ai eu et son explication?
27 Daniel répondit en présence du roi et dit: Ce que le roi demande est un secret que les sages, les astrologues, les magiciens et les devins, ne sont pas capables de découvrir au roi.
28 Mais il y a dans les cieux un Dieu qui révèle les secrets, et qui a fait connaître au roi Nebucadnetsar ce qui arrivera dans la suite des temps. Voici ton songe et les visions que tu as eues sur ta couche.
29 Sur ta couche, ô roi, il t'est monté des pensées touchant ce qui sera après ce temps-ci; et celui qui révèle les secrets t'a fait connaître ce qui arrivera.
30 Si ce secret m'a été révélé, ce n'est point qu'il y ait en moi une sagesse supérieure à celle de tous les vivants; mais c'est afin que l'explication soit donnée au roi, et que tu connaisses les pensées de ton coeur.
31 O roi, tu regardais, et tu voyais une grande statue; cette statue était immense, et d'une splendeur extraordinaire; elle était debout devant toi, et son aspect était terrible.
32 La tête de cette statue était d'or pur; sa poitrine et ses bras étaient d'argent; son ventre et ses cuisses étaient d'airain;
33 ses jambes, de fer; ses pieds, en partie de fer et en partie d'argile.
34 Tu regardais, lorsqu'une pierre se détacha sans le secours d'aucune main, frappa les pieds de fer et d'argile de la statue, et les mit en pièces.
35 Alors le fer, l'argile, l'airain, l'argent et l'or, furent brisés ensemble, et devinrent comme la balle qui s'échappe d'une aire en été; le vent les emporta, et nulle trace n'en fut retrouvée. Mais la pierre qui avait frappé la statue devint une grande montagne, et remplit toute la terre.
36 Voilà le songe. Nous en donnerons l'explication devant le roi.
37 O roi, tu es le roi des rois, car le Dieu des cieux t'a donné l'empire, la puissance, la force et la gloire;
38 il a remis entre tes mains, en quelque lieu qu'ils habitent, les enfants des hommes, les bêtes des champs et les oiseaux du ciel, et il t'a fait dominer sur eux tous: c'est toi qui es la tête d'or.
39 Après toi, il s'élèvera un autre royaume, moindre que le tien; puis un troisième royaume, qui sera d'airain, et qui dominera sur toute la terre.
40 Il y aura un quatrième royaume, fort comme du fer; de même que le fer brise et rompt tout, il brisera et rompra tout, comme le fer qui met tout en pièces.
41 Et comme tu as vu les pieds et les orteils en partie d'argile de potier et en partie de fer, ce royaume sera divisé; mais il y aura en lui quelque chose de la force du fer, parce que tu as vu le fer mêlé avec l'argile.
42 Et comme les doigts des pieds étaient en partie de fer et en partie d'argile, ce royaume sera en partie fort et en partie fragile.
43 Tu as vu le fer mêlé avec l'argile, parce qu'ils se mêleront par des alliances humaines; mais ils ne seront point unis l'un à l'autre, de même que le fer ne s'allie point avec l'argile.
44 Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d'un autre peuple; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement.
45 C'est ce qu'indique la pierre que tu as vue se détacher de la montagne sans le secours d'aucune main, et qui a brisé le fer, l'airain, l'argile, l'argent et l'or. Le grand Dieu a fait connaître au roi ce qui doit arriver après cela. Le songe est véritable, et son explication est certaine.

COMMENTAIRE "REVE DE ROYAUME":

Dès le début de l'explication du songe par Daniel, le verbe (regarder, hzh) nous révèle que le rêve du roi est de nature prophétique: "tandis que moi, Daniel, j'avais (je regardais) cette vision" Daniel 8:15. Dans notre texte, ce verbe (regarder) marque les deux étapes du rêve, le premier "tu regardais" (v31) introduit le début de la statue, le deuxième "tu regardais" (v34) introduit la fin de la statue. Le rêve dépasse Nebucadnetsar et le royaume de Babylone, il s'étend au-delà du présent pour embrasser le futur jusqu'à la fin. Aujourd'hui, il est possible de suivre cette prophétie en parallèle avec l'histoire et de vérifier si le prophète a vu juste.

Le nombre de quatre (les 4 royaumes de la statue) est significatif, car il symbolisait la totalité de la dimension terrestre. Daniel 7:2 "les quatre vents des cieux firent irruption sur la grande mer. Daniel 11:4 "son royaume sera divisé vers les 4 vents des cieux. Ezéchiel 37:9 "Esprit, viens des quatre vents, souffle sur ces morts..." Apoc 7:1 "je vis quatre anges debout aux quatre coins de la terre....". Il y a dans ce rêve deux ordres opposés qui sont prédits: l'ordre terrestre, que représente les matériaux qui couvre les versets 31 à 33 en trente-sept mots, et l'ordre de la pierre et de la montagne qui couvre les versets 34 à 35 en quarante-sept mots. Le seul mystère qui demeure concerne la signification de chacun des métaux, et surtout de la pierre dont l'importance est telle que l'espace qui lui est réservé dépasse celui couvert par tous les métaux à la fois.

LA STATUE:

LA TÊTE D'OR:

La tête représente la première étape. Le mot "tête" (resh) signifie "commencement" ou "premier", en hébreu comme en araméen. L'or était le métal favori de Babylone, le prophète Jérémie compare Babylone à une coupe d'or (Jér 51:7). Hérodote, l'historien grec du 4ème siècle avant J-C, de passage à Babylone s'émerveille de l'abondance de l'or dans les constructions du temple et du palais. Les murs, les objets, les statues resplendissaient de ce métal précieux, signe de la splendeur et de la gloire de Babylone (Hérodote I, 181, 183; III, 1-7).

Le titre "roi des rois" est appliqué à Nebucadnetsar dans Ezéchiel 26:7 "Car ainsi parle le Seigneur, l'Eternel: voici, j'amène du septentrion contre Tyr Nebucadnetsar, roi de Babylone, le roi des rois, avec des chevaux, des chars, des cavaliers et une grande multitude de peuples". Les rois babyloniens étaient ainsi désignés pour se différencier de toutes les principautés de la région et à leurs roitelets respectifs, qui étaient soumis à la juridiction de Babylone. Chez Daniel ce titre revêt une signification particulière, il s'applique prophétiquement à la tête, premier élément de la statue, et à l'or le métal le plus précieux qui désigne le roi suprême de l'époque.

De plus (v37-38), l'idée que Dieu confie à Nebucadnetsar la "domination" de tous les animaux rappelle la responsabilité d'Adam, dans Genèse 1:28. Nebucadnetsar est ici assimilé au premier homme, car comme Adam il est le roi de terre, et comme Adam il fait démarrer l'histoire. En soulignant la primauté du roi, Daniel lui rappelle en même temps sa responsabilité et sa dépendance de Dieu (v37-38). Tout lui vient de Dieu: l'empire, la puissance, la gloire, la domination... Ici, la prophétie dépasse la personne de Nebucadnetsar et s'applique au royaume de Babylone en tant que régime dans son ensemble. Le mot "roi" est utilisé comme synonyme de "royaume" (Dan 2:44; 7:17,23)

Après toi s'élèvera un autre royaume (v39). L'interprétation de la prophétie par Daniel nous amène donc à identifier "la tête d'or", le premier royaume, comme le royaume de Babylone à partir du début du règne de Nebucadnetsar en 605 av J-C et jusqu'à la chute de Babylone en 539 av J-C.

LA POITRINE ET LES BRAS D'ARGENT:

Le royaume de Babylone est suivi d'un autre royaume inférieur, comme l'indique implicitement l'argent par rapport à l'or (v39). Il s'agit de celui des Mèdes et des Perses, ainsi appelé à cause de sa double origine à la fois mède et perse, et non des perses seulement. Le royaume perse était contemporain du royaume babylonien. Le royaume des Mèdes était déjà tombé sous le Perse Cyrus, à la suite d'une bataille contre le Mède Astyages, qu'il avait vaincu et détrôné à la tête du royaume perse. Suite à ses victoires, Cyrus prend le pouvoir à la tête des royaumes mède et perse, et il instaure le royaume des "Mèdes et des Perses". Daniel désigne les Mèdes et les Perses pour succéder à Babylone: Daniel 5:28 "ton royaume sera divisé, et donné aux Mèdes et aux Perses". Daniel 8:20 "le bélier que tu as vu....ce sont le rois des Mèdes et des Perses". Le royaume des Mèdes et des Perses était géographiquement plus étendu que le royaume de Babylone. Néanmoins, il lui était inférieur sur le plan de la culture et de la civilisation.

La référence à l'argent: l'argent était considéré comme valeur standard des Perses de l'époque. Les Perses se servirent de l'argent comme unité de taxe. D'après Hérodote (III, 89-95), l'impôt chargé sur les vingt satrapes (gouverneurs) devait se payer en poids d'argent. Seule la Satrapie indienne, qui était la plus riche, devait verser son dû en poids d'or, et même là, l'équivalent devait être mesuré en argent. L'argent caractérise également ce royaume en ce qu'il évoquait, l'idée de richesse. C'est la richesse qui, d'après Daniel lui-même, assura la puissance politique des derniers rois perses (Dan 11:2). Ce royaume médo-perse dura de 539 av J-C, date de la chute de Babylone, à 331 av J-C, date de la chute du dernier roi perse Darius III vaincu à Arbeles par les armées gréco-macédoniennes, avec Alexandre le grand.

Philippe Septième

* [ Aucun rang ] *

Messages : 596
Enregistré le : 16 déc. 2003, 10:33
Localisation : Alsace

Daniel, suite 05

Ecrit le 18 déc. 2003, 05:05

Message par Philippe Septième

Bonjour, je vous propose la suite 05

Daniel 2:39... puis un troisième royaume qui sera d'airain, et qui dominera sur toute la terre.

COMMENTAIRE: Le ventre et les cuisses d'airain.

Le royaume qui suit est représenté par l'airain. L'airain semble avoir été l'une des spécialités des Grecs (Ezéchiel 27:13 "Javan, Tubal et Méschec trafiquaient avec toi; ils donnaient des ustensiles d'airain en échange de tes marchandises). L'airain était surtout utilisé par les soldats grecs, leurs armures, leurs casques, leurs boucliers et même leurs haches de guerre, tout était en airain.

En plus de l'idée de décadence (ce métal vient après l'or et l'argent), l'airain exprime ici l'idée de conquête. "qui dominera toute la terre" (v39). L'histoire encore une fois confirme la prophétie, grâce aux armées d'Alexandre le Grand, la Grèce devint très vite, en une dizaine d'années, le royaume le plus vaste de ce temps, s'étendant jusqu'aux confins de l'Inde et de la Perse, en passant par la Phénicie, la Palestine et l'Egypte.

Alexandre le Grand était devenu le successeur des rois médo-perses, et il s'établit comme le maître du monde de l'époque. Alexandre imposa donc à ses soldats de se mêler à la population et même d'épouser les femmes des pays conquis. Ainsi, la langue et la culture grecques se répandirent partout jusqu'à devenir un fait mondial dont on peut encore mesurer les effets jusqu'à nos jours. L'empire grec devait durer de 331 av J-C, date de la victoire d'Alexandre sur les Perses, jusqu'à 168 av J-C, au moment où la Macédoine passa sous le contrôle romain, puis fut annexée en 142 av J-C.

Daniel 2:40...Il y aura un quatrième royaume, fort comme le fer; De même que le fer brise et rompt tout, il brisera et rompra tout, comme le fer qui met tout en pièces.

COMMENTAIRE: Les jambes de fer

Après l'âge d'airain, la prophétie de la statue prévoit un passage à l'âge de fer. Alors que les Grecs utilisaient l'airain, les Romains, eux, employèrent surtout le fer. Après le bronze apparut l'épée de fer.

A considérer la réalité historique, l'armée romaine était bien une armée de fer, avec ses épées de fer, ses boucliers de fer, son armure de fer, son casque de fer, et en particulier son pilum, sorte de lance de fer pouvant servir de javelot. Mais selon l'explication de Daniel, la référence au fer vise surtout une qualité, la force (v41) et un comportement "briser, rompre et mettre en pièces" (v40). Avec son armée de fer et son administration de fer, Rome est décrite comme une puissance qui brise tout sur son passage. Un autre signe de force: la puissance romaine devait durer cinq cents ans, c'est elle qui a tenu le plus longtemps. Le dernier empereur fut détrôné par Odacre, un chef germain, en 476.

Daniel 2:41...Et comme tu as vu les pieds et les orteils en partie d'argile de potier et en partie de fer, ce royaume sera divisé, mais il y aura en lui quelque chose de la force du fer, parce que tu as vu le fer mêlé avec l'argile.

COMMENTAIRE: les pieds en partie d'argile et de fer

Avec cette partie nous atteignons la dernière étape de l'histoire humaine. Vu sa longueur, plus de la moitié du texte lui est consacré (v41-43), c'est la partie qui retient le plus l'attention du prophète. Le texte ne désigne pas ce régime comme un nouveau royaume distinct du quatrième royaume; il appartient toujours au régime du quatrième royaume. D'ailleurs il contient encore du fer. Un élément nouveau apparaît aux côtés du fer, l'argile. Cette association étrange reçoit dans l'explication du prophète trois sens différents.

1) Ce royaume sera divisé (v41). Le fer et l'argile sont vus ensemble dans un rapport négatif, le fer et l'argile signifient la division. Cette particularité est d'autant plus frappante qu'elle survient après une période d'unité vécue sous le gouvernement romain. L'histoire confirme les données de la prophétie, depuis Rome en effet cette région du monde n'a plus connu d'unité, et si l'on en croit le prophète, cet état est appelé à durer jusqu'à la fin.

Daniel 2:42...Et comme les doigts de pieds étaient en partie de fer et en partie d'argile, ce royaume sera en partie fort et en partie fragile.

2) Ce royaume sera en partie fort et en partie fragile (v42). Le fer et l'argile sont vu séparément, le fer signifie la force et l'argile la faiblesse. Divisé, le royaume est constitué d'éléments forts et d'éléments faibles. On peut reconnaître là les caractéristiques du monde qui a suivi l'ère romaine jusqu'à nos jours. Après l'empire romain uni et fort, on ne trouve plus qu'une multiplicité de nations à valeur inégale.

Mais au-delà de ces qualités "fort et faible", le fer et l'argile ont leur signification respective en fonction de leur matériau. Dans les royaume précédents, nous avons constaté que chacun des métaux représentait un royaume, l'or représentait la gloire et le prestige de babyone, l'argent représentait la puissance financière des Perses, l'airain représentait la puissante armée de la Grèce, le fer représentait la puissance administrative de Rome.

Si les métaux de la statue ont été choisis pour traduire la nature des royaumes respectifs qu'ils représentent, il en est de même pour l'argile. Les métaux représentaient des pouvoirs politiques. L'apparition de l'argile à leur suite et à leur côté indique que le pouvoir ici représenté est d'une nature essentiellement différente des métaux. Daniel spécifie ici qu'il s'agit "d'argile de potier" (v41) qui est généralement utilisé pour exprimer l'idée de création, avec une connotation spirituelle.

Esaïe 64:8...Cependant, Ô Eternel, tu es notre père, nous sommes l'argile, et c'est toi qui nous as formés, nous sommes tous l'ouvrage de tes mains.
Esaïe 45:9...Malheur à qui conteste avec son créateur! l'argile dit-elle à celui qui la façonne: Que fais-tu ?
Romains 9:21...Le potier n'est-il pas maître de l'argile ?, (pour faire ce qu'il veut...).

Nous avons de fortes raisons de penser que l'argile de la statue représente un pouvoir différent par rapport aux pouvoirs précédents qui sont de nature politique; c'est certainement un pouvoir de nature religieuse qui est en association avec le pouvoir politique représenté par le fer, Rome. Sur le plan de l'histoire, ce pouvoir devait apparaître en même temps que Rome au moment de ses divisions, après 476. Il s'agit d'un pouvoir religieux lié au pouvoir politique de Rome. Ce pouvoir politico-religieux devrait être encore présent de nos jours, puisque d'après Daniel il est appelé à durer jusqu'à la fin des temps. Nous développerons cet aspect dans les chapitres 7 à 12.

Daniel 2: 43... Tu as vu le fer mêlé avec l'argile, parce qu'ils se mêleront par des alliances humaines; mais ils ne seront point unis l'un à l'autre, de même que le fer ne s'allie point avec l'argile.

3) "Ils se mêleront par des alliances humaines", ici le fer et l'argile sont à nouveau vus ensemble, mais cette fois-ci selon un rapport positif: le fer "mêlé" à l'argile signifie des tentatives d'alliances. Cette dernière explication revêt une importance particulière, car c'est la seule à être explicitement située chronologiquement dans l'histoire: "dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume" (v44). Elle est aussi la seule à remarquer une action: "ils se mêleront", alors que jusqu'à présent les explications concernaient un état ou une qualité: "divisé" (v41), "fort et fragile" (v42).

En fait, les 2 explications précédentes (points 1 et 2 ) décrivent un état qui dure jusqu'à la fin, tandis que la dernière voit une action qui ne survient qu'à la fin des temps. Pour la première fois le verbe est au pluriel et concerne plusieurs "rois" (v44). Précédemment on ne parlait que d'un seul royaume "divisé" (v41) ou du royaume "en partie fort et en partie fragile" (v42).

Ce dernier symptôme du temps de la fin est donc vu dans cette course effrénée des rois de la terre en quête d'alliances qui n'aboutissent pas. On peut ici penser à l'épisode de la tour de Babel, la descente du Dieu du ciel survient juste au moment où les bâtisseurs, de peur de disparaître, s'unissent pour construire une tour et se faire un nom (Genèse 11:4). De la même manière à la fin des temps, le Dieu du ciel survient juste au moment où les puissances de la terre sont animées du même souci de s'unir "par des alliances humaines".

Or ce portrait du temps de la fin, caractérisé par un engouement pour l'unité, ressemble étrangement à notre temps. Jamais dans l'histoire humaine on a enregistré à l'échelle mondiale, autant de mouvements d'unité que de nos jours. Pour la première fois les puissances de la terre ressentent le besoin de s'unir à tous les niveaux. On peut penser aux alliances politiques comme l'OTAN, l'ONU, ou aux alliances économiques comme: le marché commun, la CEE, l'OPE, ou aux alliances religieuses comme l'oeucuménisme, ou les alliances des grandes compagnies, banques, usines...

Mais depuis peu on ose penser à une alliance encore plus audacieuse, désormais les puissances de ce monde se rencontrent et travaillent à l'unité qui vise pour la première fois à une politique globale embrassant tous les domaines et tous les continents: "le nouvel ordre mondial". Les événements se bousculent à une vitesse extraordinaire sous nos yeux et en harmonie avec la prophétie. La leçon s'impose: l'histoire humaine touche bientôt à sa fin.

Philippe Septième

* [ Aucun rang ] *

Messages : 596
Enregistré le : 16 déc. 2003, 10:33
Localisation : Alsace

Daniel, suite 06

Ecrit le 18 déc. 2003, 05:09

Message par Philippe Septième

Bonjour, je vous propose la suite 06

DANIEL, Chapitre 2, versets 44 et 45:

44 Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera une royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d'un autre peuple; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement.
45 C'est ce qu'indique la pierre que tu as vue se détacher de la montagne sans le secours d'aucune main, et qui a brisé le fer, l'airain, l'argile, l'argent et l'or.

LA PIERRE: commentaire;

Nous voilà dans la partie la plus importante du rêve, vers laquelle tout converge. Daniel avait commencé son explication par référence au "Dieu des cieux" qui donne les royaumes (temporels) (v37). Daniel introduit cette deuxième partie là aussi par une référence au "Dieu des cieux", qui cette fois-ci suscite un royaume éternel. Dans un premier temps les royaumes sont donnés à l'homme qui en est le maître, dans un deuxième temps le royaume est suscité par le "Dieu des cieux" qui en reste le maître.

Il s'ensuit que le deuxième ordre, ou royaume, s'oppose au premier à tous les niveaux. Au niveau des matériaux (l'unité de la pierre s'oppose à la diversité des matériaux de la statue qui changent tout le temps). Le deuxième système est fait d'un seul royaume, tandis que le premier est composé de plusieurs royaumes. La pierre à l'état brut évoque la dimension divine, et symbolise Dieu et le Messie. (Psaume 118:22 La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l'angle. Esaïe 28:16 Voici, j'ai mis pour fondement en Sion une pierre, une pierre éprouvée, une pierre angulaire de prix, solidement posée; celui qui la prendra pour appui n'aura point hâte de fuir. Actes 4:11 Jésus est la pierre rejetée par vous qui bâtissez, et qui est devenue la principale de l'angle.).

La pierre a servi pour graver les 10 commandements, le contrat d'alliance entre Dieu et l'homme (Ex 24:12). Par contre les métaux sont surtout utilisés pour la fabrication d'idoles et évoquent par conséquent la religion d'inspiration humaine. (Daniel 3:5 Vous vous prosternez et vous adorerez la statue d'or qu'a élevée le roi Nebucadnetsar. Daniel 5:4,23 et ils louèrent les dieux d'or, d'argent, d'airain, de fer...). Dans le contexte de Daniel, la pierre parle du royaume de Dieu, tandis que les métaux parlent des royaumes de l'homme. Quant à l'argile, dont la nature pourrait être apparentée à la pierre, elle est censée évoquer la dimension religieuse, mais liée au fer elle perd sa vocation d'argile pour participer également à l'oeuvre d'idolâtrie.

AU NIVEAU DE L'ORIGINE:

La venue de la pierre qui se détache sans le secours d'aucune main (v34,45) contraste avec l'apparition des matériaux de la statue qui se succèdent mécaniquement. Le royaume de la pierre se distingue des royaumes de la statue en ce qu'il est, lui, "suscité" par le Dieu des cieux (v44). Il est d'en haut et Daniel précise même que la pierre provient "de la montagne" (v45). Pour les babyloniens, la "montagne" signifie le lieu d'habitation des grands dieux et notamment d'Enlil, le dieu des dieux dont la demeure est dans le ciel. Selon les croyances babylonienne, cette montagne est donc claire: en provenance de "la montagne", c'est-à-dire lancée à partir du ciel, la pierre représente un royaume d'origine céleste.

Pour le prophète hébreu, la montagne revêt un sens encore plus spécifique. Il signifie Sion ou Jérusalem et évoque de ce fait également la résidence céleste. Car la montagne de Sion, ou Jérusalem, est aussi vue dans le ciel (Daniel 9:16,20 que ta colère et ta fureur se détournent de ta ville de Jérusalem, de ta montagne sainte...en faveur de la sainte montagne de Dieu. Daniel 11:45 vers la glorieuse et sainte montagne. Psaume 48:3 Belle colline, joie de toute la terre, la montagne de Sion; le côté septentrional, c'est la ville du grand roi. Esaïe 14:13 J'élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu; je m'assiérai sur la montagne de l'assemblée, à l'extrémité du septentrion.). La pierre est issue du rocher et est par conséquent non seulement d'origine divine, mais participe également à son essence. Ces deux motifs "rocher" (sur) et "pierre" (eben) sont d'ailleurs synonymes, pour représenter l'Eternel (Esaïe 8:14).

AU NIVEAU DE LA NATURE:

La pierre s'oppose à la statue en ce qu'elle est lancée contre elle. Le verbe "frapper" (v35) suggère une agression et un choc, car le royaume suscité par Dieu ne se situe pas dans le prolongement naturel des royaumes humains, mais il implique au contraire une cassure absolue. Tous les royaumes humains sont brisés (v35), détruits et complètement anéantis (v44), nulle trace n'en fut retrouvée (v35). (2Pierre 3:10 le jour du Seigneur viendra comme un voleur; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les oeuvres qu'elle renferme sera consumée.). C'est un nouveau royaume qui n'a rien à voir avec les précédents, ce royaume n'a même rien de commun avec l'argile qui elle aussi est détruite, dans le même souffle que le fer (v35,45).

Ce royaume est essentiellement différent parce qu'il est d'ailleurs. Issue de la montagne, la pierre devient ce qu'elle était à l'origine, c'est à dire "montagne". Ce royaume est différent des autres parce qu'il "subsistera éternellement" (v44), il ne passera pas sous la domination d'un autre peuple (v44), et "il ne sera jamais détruit"(v44). Le royaume céleste est partout et pour toujours sur la terre, aucune conception humaine ne saurait le décrire sans se tromper. (1Cor 2:9 ce sont des choses que l'oeil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, et qui ne sont point montées au coeur de l'homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment.).

(DANIEL 2:45 Le grand Dieu a fait connaître au roi ce qui doit arriver après cela. Le songe est véritable et son explication est certaine.). Pour Nebucadnetsar, la preuve que cette "explication est certaine", c'est que le "songe est véritable" (v45). Le roi ne manque pas de saisir la portée de cette leçon, et d'en dégager les implications pour lui-même.

PRIERE PAR TRANSFERT (v46-49):

Texte Biblique: Daniel 2:46-49:

46 Alors le roi Nebucadnetsar tomba sur sa face et se prosterna devant Daniel, et il ordonna qu'on lui offrît des sacrifices et des parfums.
47 Le roi adressa la parole à Daniel et dit: En vérité, votre Dieu est le Dieu des dieux et le Seigneur des rois, et il révèle les secrets, puisque tu as pu découvrir ce secret.
48 Ensuite le roi éleva Daniel, et lui fit de nombreux et riches présents; il lui donna le commandement de toute la province de Babylone, et l'établit chef suprême de tous les sages de Babylone.
49 Daniel pria le roi de remettre l'intendance de la province de Babylone à Schadrac, Méschac et Abed-Nego. Et Daniel était à la cour du roi.

COMMENTAIRE versets 46-49:

La réaction de Nebucadnetsar est la prière, "alors le roi Nebucadnetsar tomba sur sa face et se prosterna" (v46), c'est la deuxième prière du livre de Daniel. Le roi n'ose pas encore s'adresser directement au Dieu du ciel, trop loin, trop étranger, ou peut-être trop gênant pour lui. Le roi porte donc son geste de prière aux pieds de Daniel, Nebucadnetsar ne confond pas Daniel avec son Dieu, Nebucadnetsar place clairement Dieu au-dessus de Daniel: "votre Dieu est le Dieu des dieux" (v47), il va même jusqu'à le reconnaître au-dessus de lui-même: "le Seigneur des rois" (v47).

L'expression ici utilisée peut aussi s'appliquer à Marduk, dieu babylonien qui confère la royauté; et Nabu, dont le roi porte le nom, n'était autre que le fils de Marduk. A travers les mots du roi on devine une confession douteuse. Nebucadnetsar n'a pas encore compris qui était Dieu, Nebucadnetsar n'a donc pas changé, son adoration reste suspecte. Le roi élève Daniel et le comble d'honneurs et de richesses. Le roi remplace la réponse verticale vers le haut par une réponse horizontale vers Daniel. La religion de Nebucadnetsar ne va pas plus loin que la personne humaine de Daniel. Cette prière par transfert est encore toute pétrie de l'orgueil de l'homme qui préfère la religion qu'il s'est fabriqué et choisit l'idole plutôt que Dieu. Il est plus facile de se prosterner devant une statue ou un homme que devant un Dieu invisible dont le royaume se situe dans l'avenir.

Pour le lecteur d'aujourd'hui l'argument ou la preuve joue différemment. A suivre l'histoire telle qu'elle a été annoncée par le rêve du roi babylonien au 4ème siècle av J-C, on peut reconnaître au passage Babylone, les Mèdes et les Perses, la Grèce, Rome, etc... Mais tous ces royaumes ne sont pas importants en eux-mêmes et le prophète ne s'y attarde pas. Ils ne sont là que pour servir d'appui à la dernière prophétie, celle du royaume d'en haut. Ils constituent la preuve que la prophétie de ce royaume n'est pas du domaine de l'utopie, mais s'accomplira tout aussi certainement que les autres prophéties. Ces royaumes sont là aussi comme points de repère, pour pouvoir situer chronologiquement le moment précis de la venue de ce royaume.

Sur la base de ces royaumes, le lecteur d'aujourd'hui peut dégager une double leçon concernant le royaume d'en haut. 1) Le royaume du Dieu du ciel est réel et se manifestera dans l'histoire, tout comme les royaumes humains que nous avons connus. 2) Les données de la prophétie nous permettent de conclure que ce royaume est très proche, autrement dit, le royaume d'en haut est à la fois certain et tout proche.

A suivre Daniel, chapitre 3, "Des pas dans la fournaise",

Philippe Septième

* [ Aucun rang ] *

Messages : 596
Enregistré le : 16 déc. 2003, 10:33
Localisation : Alsace

Daniel, suite 007

Ecrit le 01 janv. 2004, 05:01

Message par Philippe Septième

Bonjour, je vous propose la suite 07

Daniel, chapitre 3:

TEXTE BIBLIQUE, Daniel, chapitre 3 versets 1 à 7:

1 Le roi Nebucadnetsar fit une statue d'or, haute de soixante coudées et large de six coudées. Il la dressa dans la vallée de Dura, dans la province de Babylone.
2 Le roi Nebucadnetsar fit convoquer les satrapes, les intendants et les gouverneurs, les grands juges, les trésoriers, les jurisconsultes, les juges, et tous les magistrats des provinces, pour qu'ils se rendissent à la dédicace de la statue qu'avait élevée le roi Nebucadnetsar.
3 Alors les satrapes, les intendants et les gouverneurs, les grands juges, les trésoriers, les jurisconsultes, les juges, et tous les magistrats des provinces, s'assemblèrent pour la dédicace de la statue qu'avait élevée le roi Nebucadnetsar. Ils se placèrent devant la statue qu'avait élevée Nebucadnetsar.
4 Un héraut cria à haute voix: Voici ce qu'on vous ordonne, peuples, nations, hommes de toutes langues!
5 Au moment où vous entendrez le son de la trompette, du chalumeau, de la guitare, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse, et de toutes sortes d'instruments de musique, vous vous prosternerez et vous adorerez la statue d'or qu'a élevée le roi Nebucadnetsar.
6 Quiconque ne se prosternera pas et n'adorera pas sera jeté à l'instant même au milieu d'une fournaise ardente.
7 C'est pourquoi, au moment où tous les peuples entendirent le son de la trompette, du chalumeau, de la guitare, de la sambuque, du psaltérion, et de toutes sortes d'instruments de musique, tous les peuples, les nations, les hommes de toutes langues se prosternèrent et adorèrent la statue d'or qu'avait élevée le roi Nebucadnetsar.

COMMENTAIRE: " Des pas dans la fournaise", Daniel 3:1à7

Nebucadnetsar passe du rêve imposé au rêve caressé, le roi avait compris après le rêve de la statue qu'il n'irait pas plus loin que la tête en or qui représentait son royaume. Nebucadnetsar décide alors de changer l'histoire, il fait dresser la statue du rêve mais cette fois-ci toute en or, comme pour narguer l'oracle. Nebucadnetsar veut un royaume qui touche jusqu'aux pieds, jusqu'à la fin. Il veut même un royaume de la même nature que le royaume suscité par Dieu et représenté par la pierre, un royaume éternel. Le même mot (heqim, chap.2:44, traduit "susciter") pour décrire le royaume de Dieu y apparaît huit fois (chap.3:1,2,3,5,7,12,14,18), pour décrire l'établissement de la statue (traduit "dresser, élevé"). Nebucadnetsar veut remplacer le royaume de Dieu.

BABEL ET BABYLONE, Daniel 3:1-7

La statue mesure soixante coudées (30 mètres de haut environ). Le système suméro-akkadien des nombres était sexagésimal. On le trouve encore dans notre division du temps (60 minutes, 60 secondes...). Le choix du nombre soixante représente dans la symbolique babylonienne l'idée d'unité: un seul royaume, une seule religion. Cette usurpation du roi de Babylone rappelle celle de la Babel antique, dans les deux passages on trouve le même mot plaine (biqah), le même décor (Genèse 11:1 ; Daniel 3:1). La tour comme la statue sont dressées "dans la plaine", l'espace est nécessaire pour contenir la foule en vue de l'adoration.

Les 2 évènements se passent probablement au même endroit, la même région géographique Babylone, et la même plaine. La plaine de Schinéar (Gen 11:2) et la plaine de Dura (Dan 3:1) se situent toutes deux dans la province de Babylone. Cet endroit connu en archéologie se trouve à 5 Km au sud de l'ancienne Babylone, près de la rivière Dura qui se jette dans l'Euphrate. Il s'agit d'une cérémonie religieuse dans les 2 cas, c'est une dédicace, une hanoukah (v2,3). Le mot est utilisé dans la bible pour une dédicace de l'autel ou du temple (Nombres 7:10,84,88 , 2Chroniques 7:9 , Psaume 30:1 ,etc...). Ici Nebucadnetsar prend la place de Dieu pour se faire adorer, c'est le même geste que le roi exprimait pour son adoration de Dieu (Dan 2:46) qui est exigé pour marquer l'adoration de la statue (Dan 3:6).

Babel-Babylone, c'est l'homme d'en bas qui s'élève pour prendre la gloire et les prérogatives d'en haut qui appartiennent à Dieu. Les bâtisseurs de Babel comme à Babylone sont convoqués, à Babel de toute la terre (Gen 11:1), à Babylone Nebucadnetsar rassemble les hommes de toutes langues (v4). A Babel comme à Babylone on ne tolère qu'une seule religion, tous sont assemblés et unis pour un même but, il n'y a pas de place pour être, croire, faire autrement. L'unité et la conformité sont exprimées même dans la statue, un seul métal partout, celui de l'or qui représente Nebucadnetsar. Les autres métaux ne sont pas tolérés: tous dans le même moule !

On sait qu'une telle politique engendre l'intolérance et la persécution. L'histoire a démontré que lorsque l'idéal à atteindre est l'unité, la différence devient suspecte, voire dangereuse et doit être éliminée. Celui qui ne s'aligne pas doit disparaître. La religion ici n'est pas le résultat d'un choix réfléchi, ni de la foi, ici on adore parce qu'on y est forcé. C'est une religion de fonctionnaires, de moutons de panurge, d'automates. On rencontre dans la vallée les fonctionnaires, satrapes, intendants, gouverneurs, juges, trésoriers, magistrats...(v2). Tous ces gens ne savent pas adorer eux-mêmes, ils ont besoin d'un mode d'emploi, d'un signal, tous alignés, bien en ordre "ils se placèrent devant la statue" (v3), tous sont prêts à obéir à l'ordre du maître, comme des automates.

Voici ce qu'on vous ordonne. Au moment du signal, vous vous prosternerez pour adorer la statue d'or qu'a élevée Nebucadnetsar (v5). Tout est bien mesuré et bien en place, cette insistance sur l'organisation trahit le vide spirituel. Le formalisme de la religion de Babel compense son vide spirituel, au moins l'émotion produite par tous ces instruments va créer l'illusion du sentiment religieux. Aujourd'hui encore, on peut saisir l'importance de cette influence, les foules s'assemblent autour des musiciens et chanteurs qui sont devenus les séducteurs et manipulateurs de notre temps. Pour un instant, on ne pense plus, on oublie, pris par la musique. Le phénomène a même envahi les églises, en réaction à la froideur cérébrale des services traditionnels, certains ont introduit du rythme, des instruments de toutes sortes. Les fidèles sont emportés dans les cris et l'enthousiasme parfois délirant, et le message est réduit à sa plus simple expression.

Cet épisode de Daniel nous met en garde de vouloir vivre la religion comme une excitation du moment. Notre être tout entier doit être impliqué dans l'adoration, pour ne pas risquer de se trouver un jour dans la foule prosternée devant une idole. La religion est ici vécue dans l'immédiat, saisi par l'émotion et emporté par le mouvement de la foule, on tombe à genoux par réflexe, sans penser aux conséquences. Le feu est là, juste à côté, lui aussi comme une menace immédiate, les Babyloniens étaient connus pour cette cruauté (Jér 29:21,22). Terrifié par la menace toute proche de la fournaise, on ne pense qu'au moment présent, et par instinct de conservation on obéit.

LA CALOMNIE DES CHALDEENS: Daniel 3:8-12

TEXTE BIBLIQUE, versets 8-12

8 A cette occasion, et dans le même temps, quelques Chaldéens s'approchèrent et accusèrent les Juifs.
9 Ils prirent la parole et dirent au roi Nebucadnetsar: O roi, vis éternellement!
10 Tu as donné un ordre d'après lequel tous ceux qui entendraient le son de la trompette, du chalumeau, de la guitare, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse, et de toutes sortes d'instruments, devraient se prosterner et adorer la statue d'or,
11 et d'après lequel quiconque ne se prosternerait pas et n'adorerait pas serait jeté au milieu d'une fournaise ardente.
12 Or, il y a des Juifs à qui tu as remis l'intendance de la province de Babylone, Schadrac, Méschac et Abed-Nego, hommes qui ne tiennent aucun compte de toi, ô roi; ils ne servent pas tes dieux, et ils n'adorent point la statue d'or que tu as élevée.

COMMENTAIRE Daniel 3:8-12

Les Hébreux se distinguent encore une fois, comme dans le chapitre premier, par leur comportement, on les remarque car ils ne sont pas à genoux comme tout le monde. Ils sont les seuls debout dans la foule. Le chapitre ne révèle que le cas des trois Hébreux. Les Chaldéens sont jaloux de la position des trois Hébreux, ils sont là par ambition personnelle, non pour adorer. Leur démarche est plus politique que religieuse, ce qui les intéresse, ce n'est pas d'adorer mais c'est la place des Hébreux. Ils disent "ils ne tiennent pas compte de toi, Ô roi. Ils ne servent pas tes dieux, et ils n'adorent point la statue d'or que tu as élevée" (v12). Leur dévotion à Nebucadnetsar était certainement réelle, mais ce n'était très probablement pas le déshonneur provoqué au roi par les 3 Hébreux qui les motivaient en premier lieu dans leur démarche plutôt calomnieuse. Daniel était probablement ailleurs au moment de la dédicace.

Philippe Septième

* [ Aucun rang ] *

Messages : 596
Enregistré le : 16 déc. 2003, 10:33
Localisation : Alsace

Daniel, suite 008

Ecrit le 01 janv. 2004, 05:03

Message par Philippe Septième

Bonjour, je vous propose la suite 008

...la fin du chapitre 3 de Daniel,

DANS LE FEU, Daniel 3:13-27

TEXTE BIBLIQUE:

13 Alors Nebucadnetsar, irrité et furieux, donna l'ordre qu'on amenât Schadrac, Méschac et Abed-Nego. Et ces hommes furent amenés devant le roi.
14 Nebucadnetsar prit la parole et leur dit: Est-ce de propos délibéré, Schadrac, Méschac et Abed-Nego, que vous ne servez pas mes dieux, et que vous n'adorez pas la statue d'or que j'ai élevée?
15 Maintenant tenez-vous prêts, et au moment où vous entendrez le son de la trompette, du chalumeau, de la guitare, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse, et de toutes sortes d'instruments, vous vous prosternerez et vous adorerez la statue que j'ai faite; si vous ne l'adorez pas, vous serez jetés à l'instant même au milieu d'une fournaise ardente. Et quel est le dieu qui vous délivrera de ma main?
16 Schadrac, Méschac et Abed-Nego répliquèrent au roi Nebucadnetsar: Nous n'avons pas besoin de te répondre là-dessus.
17 Voici, notre Dieu que nous servons peut nous délivrer de la fournaise ardente, et il nous délivrera de ta main, ô roi.
18 Sinon, sache, ô roi, que nous ne servirons pas tes dieux, et que nous n'adorerons pas la statue d'or que tu as élevée.
19 Sur quoi Nebucadnetsar fut rempli de fureur, et il changea de visage en tournant ses regards contre Schadrac, Méschac et Abed-Nego. Il reprit la parole et ordonna de chauffer la fournaise sept fois plus qu'il ne convenait de la chauffer.
20 Puis il commanda à quelques-uns des plus vigoureux soldats de son armée de lier Schadrac, Méschac et Abed-Nego, et de les jeter dans la fournaise ardente.
21 Ces hommes furent liés avec leurs caleçons, leurs tuniques, leurs manteaux et leurs autres vêtements, et jetés au milieu de la fournaise ardente.
22 Comme l'ordre du roi était sévère, et que la fournaise était extraordinairement chauffée, la flamme tua les hommes qui y avaient jeté Schadrac, Méschac et Abed-Nego.
23 Et ces trois hommes, Schadrac, Méschac et Abed-Nego, tombèrent liés au milieu de la fournaise ardente.
24 Alors le roi Nebucadnetsar fut effrayé, et se leva précipitamment. Il prit la parole, et dit à ses conseillers: N'avons-nous pas jeté au milieu du feu trois hommes liés? Ils répondirent au roi: Certainement, ô roi!
25 Il reprit et dit: Eh bien, je vois quatre hommes sans liens, qui marchent au milieu du feu, et qui n'ont point de mal; et la figure du quatrième ressemble à celle d'un fils des dieux.
26 Ensuite Nebucadnetsar s'approcha de l'entrée de la fournaise ardente, et prenant la parole, il dit: Schadrac, Méschac et Abed-Nego, serviteurs du Dieu suprême, sortez et venez! Et Schadrac, Méschac et Abed-Nego sortirent du milieu du feu.
27 Les satrapes, les intendants, les gouverneurs, et les conseillers du roi s'assemblèrent; ils virent que le feu n'avait eu aucun pouvoir sur le corps de ces hommes, que les cheveux de leur tête n'avaient pas été brûlés, que leurs caleçons n'étaient point endommagés, et que l'odeur du feu ne les avait pas atteints.

COMMENTAIRE Daniel 3:13-27,

Le roi hésite, il ne donne pas tout de suite l'ordre d'exécuter les coupables. Il veut leur donner une chance de s'expliquer et de se rétracter. Le roi répète donc mot pour mot l'ordre d'adoration (v15). Il y a là deux mentalités religieuses inconciliables, la religion de babylone est une religion de l'immédiat (v15) "Tenez-vous prêts, au moment où vous entendrez...vous vous prosternerez...vous serez jetés à l'instant même". Pour lui, seul le présent compte et le futur n'est pas envisageable. La religion des Hébreux est une religion qui est essentiellement axée sur l'avenir: "Notre Dieu...nous délivrera de ta main" (v17).

Au "sinon" du roi qui introduit la menace immédiate (v15), ils répondent en écho par le "sinon" qui introduit le risque de la foi, et se situe dans le futur (v18). La religion de la foi est une révélation qui vient d'en haut, avec un Dieu vivant avec qui on entretient une relation personnelle faite d'amour et de questions. Voilà pourquoi, même si ce Dieu ne répond pas comme je lui demande, le vrai croyant reste fidèle et adore, malgré tout.

A la religion de Babel, axée sur le présent, légaliste, formaliste et violente, les Hébreux opposent une religion axée sur l'avenir, libre, désintéressée et non violente. A la tranquille assurance des Hébreux, le roi réagit par la colère et la violence. La réaction du roi montre surtout son désarroi et son angoisse, c'est comme s'il attendait le miracle qu'il craignait. Il est le premier à remarquer l'incroyable, et le premier à réagir.

On vient juste de mentionner que trois hommes sont tombés "liés au milieu de la fournaise" (v23), et Nebucadnetsar voit "quatre hommes sans liens qui marchent au milieu du feu" (v25). Un quatrième personnage s'est rajouté au nombre des trois. Nebucadnetsar conclut que ce personnage ne peut être que de nature divine, "un fils des dieux". A cette vue, Nebucadnetsar n'a plus de doute, il appelle les trois Hébreux et les invite à sortir, et il reconnaît sa défaite. Humilié, le roi comprend qu'il a à faire à un Dieu en dehors du commun, qu'il désigne comme étant le "Dieu suprême" (v26).

Ici le miracle n'est pas produit par la puissance et la technique des hommes, mais par l'action de Dieu, nous sommes ici en dehors de toute magie, c'est de l'extérieur que le salut est venu, et non d'eux-mêmes. L'homme, si juste soit-il, ne peut se sauver par lui-même, car le salut de l'homme rend nécessaire l'intervention de Dieu. Le Dieu de la bible est avant tout le Dieu qui sauve, et non pas le Dieu d'une expérience mystique, sentimentale, ou même intellectuelle. La religion ne se limite pas à des impressions ou à des opinions.

Tous sont surpris du miracle, et les trois Hébreux ne disent rien. Ils n'ont pas besoin de parler, le fait même qu'ils soient là debout témoigne de leur Dieu et de leur foi. Quelle leçon pour les amateurs de témoignages toujours prêts à parler, à prêcher et à se vanter de tout ce que Dieu à fait pour eux ! L'exemple des Hébreux rappelle que la présence silencieuse parle parfois plus fort que les plus beaux discours. L'expérience authentique se passe de mots, le bruit et la multiplicité des mots trahissent souvent le creux intérieur.

LA REVANCHE, Daniel 3:28-29

TEXTE BIBLIQUE Dan 3:28-29

28 Nebucadnetsar prit la parole et dit: Béni soit le Dieu de Schadrac, de Méschac et d'Abed-Nego, lequel a envoyé son ange et délivré ses serviteurs qui ont eu confiance en lui, et qui ont violé l'ordre du roi et livré leurs corps plutôt que de servir et d'adorer aucun autre dieu que leur Dieu!
29 Voici maintenant l'ordre que je donne: tout homme, à quelque peuple, nation ou langue qu'il appartienne, qui parlera mal du Dieu de Schadrac, de Méschac et d'Abed-Nego, sera mis en pièces, et sa maison sera réduite en un tas d'immondices, parce qu'il n'y a aucun autre dieu qui puisse délivrer comme lui.

COMMENTAIRE versets 28-29:

Encore une fois, le roi n'ose pas s'adresser directement à Dieu, car face à face avec ce Dieu (le quatrième homme de la fournaise, verset 25), le roi n'en appelle que trois à sortir, et le quatrième est ignoré (v26). Ce Dieu des Hébreux n'est pas le sien, c'est le "Dieu de Schadrac, de Meschac et d'Abed-Nego" qui "délivre ses serviteurs" (v28). Pour Nebucadnetar, l'attitude des Hébreux est interprétée comme un acte d'héroïsme et de courage, de fidélité à leurs propres valeurs plutôt qu'un acte de foi envers un Dieu universel, le seul vrai Dieu.

A la calomnie des Chaldéens contre les Hébreux répond l'éloge du roi, à l'ordre (teem) du roi d'adorer la statue (v10,12) répond l'ordre (teem) du roi de ne pas calomnier le Dieu des Hébreux (v29). Nebucadnetsar constate que ce Dieu est même plus efficace que ses dieux, mais il ne s'engage pas pour autant. Il n'est pas question pour lui de se convertir et de changer de religion, il a sa religion, ses traditions à lui, et puis "à chacun sa religion". Il est plus facile de continuer dans l'erreur, pour faire comme tout le monde et de ne pas déranger les autres, que de choisir de marcher selon la vérité du seul vrai Dieu.

Tout au plus, le roi promulguera un décret qui légalise et oblige au respect de la religion des Hébreux (v29). La promulgation du décret n'est pas due à son désir d'être tolérant mais à la découverte d'une vérité qui le trouble. Depuis le crime de Caïn, premier crime d'intolérance religieuse, l'histoire nous apprend que Caïn tue Abel non parce qu'il est convaincu de sa propre vérité et parce qu'Abel est dans l'erreur, mais à cause de son échec religieux, pour n'avoir pas voulu répondre à l'appel de Dieu.

LA REUSSITE DES HEBREUX, Daniel 3:30

TEXTE BIBLIQUE, Dan 3:30

30 Après cela, le roi fit prospérer Schadrac, Méschac et Abed-Nego, dans la province de Babylone.

COMMENTAIRE:

Nebucadnetsar ne s'est pas converti à la religion des trois Hébreux, le roi élève cette religion et fait prospérer ses trois représentants. En faisant prospérer les trois Hébreux, là devant lui, Nebucadnetsar se forge une conscience tranquille vis-à-vis de ce Dieu qu'il fuit. L'emploi de la même expression "dans la province de Babylone" à la fin du récit (v30), comme dans son introduction (v1), suggère un retour à l'état initial: toutes les manigances des Chaldéens n'ont servi à rien. En courant le risque de tout perdre, les Hébreux ont gagné encore plus. Les Hébreux ne cherchaient pas leur réussite, leur intérêt, ils avaient renoncé à leurs intérêts, à leur position et même à leur vie. Leur seule raison d'être et leur bonheur étaient de servir et d'adorer Dieu.

Le royaume de Dieu appartient à ceux qui ne cherchent pas leurs intérêts, seul le service gratuit, sans le souci de récompense, sera récompensé. Lire Matthieu 25:31-46 dont vous avez un extrait ci-dessous:

Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite: Venez, vous qui êtes bénis de mon Père; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli; j'étais nu, et vous m'avez vêtu; j'étais malade, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi. Les justes lui répondront: Seigneur, quand t'avons-nous vu avoir faim, et t'avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t'avons-nous donné à boire? Quand t'avons-nous vu étranger, et t'avons-nous recueilli; ou nu, et t'avons-nous vêtu? Quand t'avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi? Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites...

Philippe Septième

* [ Aucun rang ] *

Messages : 596
Enregistré le : 16 déc. 2003, 10:33
Localisation : Alsace

Daniel, suite 009

Ecrit le 01 janv. 2004, 05:07

Message par Philippe Septième

Bonjour, je vous propose la suite 009,

...le début du chapitre 4 de Daniel: "l'arbre au milieu de la terre".

TEXTE BIBLIQUE, Daniel 4:1-3

1 Nebucadnetsar, roi, à tous les peuples, aux nations, aux hommes de toutes langues, qui habitent sur toute la terre. Que la paix vous soit donnée avec abondance!
2 Il m'a semblé bon de faire connaître les signes et les prodiges que le Dieu suprême a opérés à mon égard.
3 Que ses signes sont grands! que ses prodiges sont puissants! Son règne est un règne éternel, et sa domination subsiste de génération en génération.

COMMENTAIRE, versets 1 à 3 (Prière de miraculé).

Pour la première fois, Nebucadnetsar est de bonne humeur, alors que jusqu'à présent Nebucadnetsar était hargneux et menaçant. Au chapitre premier "Nebucadnetsar marche contre Jérusalem" (v1), au chapitre deux le roi menace de tout mettre "en pièces" (v5), au chapitre trois il ordonne à tous les citoyens d'adorer sa statue, sinon ils seront jetés "au milieu de la fournaise ardente" (v1-6). Ce même roi qui avait autrefois terrorisé les foules (3:29) les salue à présent par un "chalom" généreux: "Que la paix vous soit donnée avec abondance! (4:1).

Pour la première fois, "le Dieu suprême" est évoqué avec plaisir. Pour la première fois, le Dieu qu'il ne voyait que par rapport à Daniel ou aux Hébreux, devient le Dieu absolu, et même son Dieu personnel, qui a opéré des prodiges à son égard. Le roi cruel que l'on connaissait est devenu un poète qui s'attarde pour chanter les louanges de Dieu. Le coeur plein de prodiges qu'il vient de vivre, Nebucadnetsar éclate en chants de louanges. C'est la troisième prière du livre de Daniel, composée par un roi païen. (traduction littérale du verset 3: "Signes, combien grands! Prodiges, combien puissants!".)

Les signes et les prodiges auxquels il a assisté l'amènent à reconnaître l'existence d'un autre royaume, le royaume de Dieu, qui est éternel. Le miracle de Dieu a créé en Nebucadnetsar la nostalgie d'un autre bonheur et d'une autre cité à venir, avec une autre espérance. Pour la première fois, le roi païen comprend la vanité de son royaume et de toutes ses traditions qui ne sont que vaines et passagères.

L'EXPOSITION DU RÊVE:

TEXTE BIBLIQUE, Daniel 4:4-18

4 Moi, Nebucadnetsar, je vivais tranquille dans ma maison, et heureux dans mon palais.
5 J'ai eu un songe qui m'a effrayé; les pensées dont j'étais poursuivi sur ma couche et les visions de mon esprit me remplissaient d'épouvante.
6 J'ordonnai qu'on fît venir devant moi tous les sages de Babylone, afin qu'ils me donnassent l'explication du songe.
7 Alors vinrent les magiciens, les astrologues, les Chaldéens et les devins. Je leur dis le songe, et ils ne m'en donnèrent point l'explication.
8 En dernier lieu, se présenta devant moi Daniel, nommé Beltschatsar d'après le nom de mon dieu, et qui a en lui l'esprit des dieux saints. Je lui dis le songe:
9 Beltschatsar, chef des magiciens, qui as en toi, je le sais, l'esprit des dieux saints, et pour qui aucun secret n'est difficile, donne-moi l'explication des visions que j'ai eues en songe.
10 Voici les visions de mon esprit, pendant que j'étais sur ma couche. Je regardais, et voici, il y avait au milieu de la terre un arbre d'une grande hauteur.
11 Cet arbre était devenu grand et fort, sa cime s'élevait jusqu'aux cieux, et on le voyait des extrémités de toute la terre.
12 Son feuillage était beau, et ses fruits abondants; il portait de la nourriture pour tous; les bêtes des champs s'abritaient sous son ombre, les oiseaux du ciel faisaient leur demeure parmi ses branches, et tout être vivant tirait de lui sa nourriture.
13 Dans les visions de mon esprit, que j'avais sur ma couche, je regardais, et voici, un de ceux qui veillent et qui sont saints descendit des cieux.
14 Il cria avec force et parla ainsi: Abattez l'arbre, et coupez ses branches; secouez le feuillage, et dispersez les fruits; que les bêtes fuient de dessous, et les oiseaux du milieu de ses branches!
15 Mais laissez en terre le tronc où se trouvent les racines, et liez-le avec des chaînes de fer et d'airain, parmi l'herbe des champs. Qu'il soit trempé de la rosée du ciel, et qu'il ait, comme les bêtes, l'herbe de la terre pour partage.
16 Son coeur d'homme lui sera ôté, et un coeur de bête lui sera donné; et sept temps passeront sur lui.
17 Cette sentence est un décret de ceux qui veillent, cette résolution est un ordre des saints, afin que les vivants sachent que le Très-Haut domine sur le règne des hommes, qu'il le donne à qui il lui plaît, et qu'il y élève le plus vil des hommes.
18 Voilà le songe que j'ai eu, moi, le roi Nebucadnetsar. Toi, Beltschatsar, donnes-en l'explication, puisque tous les sages de mon royaume ne peuvent me la donner; toi, tu le peux, car tu as en toi l'esprit des dieux saints.

COMMENTAIRE Daniel 4:4-18 L'EXPOSITION DU REVE:

Le rêve de Nebucadnetsar va bouleverser sa tranquillité apparente, et il y la même idée que dans son rêve précédent (Dan 2:3) où le roi est agité. Nebucadnetsar est identifié ici à un arbre verdoyant et florissant. A voir un tel arbre, rien ne laisse présager le malheur qui va suivre, d'où le caractère énigmatique du rêve que personne ne peut expliquer. Toutes les catégories de sages sont consultées: les magiciens égyptiens spécialistes dans l'art d'interpréter le songes, les prêtres akkadiens exorcistes, les Chaldéens astrologues techniciens de la prédiction, les interprètes des décrets (gazar) des dieux, et pour tous c'est l'échec complet (4:7).

C'est alors "qu'en dernier lieu" (v8), on se résout à entendre Daniel. On comprend mal que Nebucadnetsar ait attendu si longtemps pour convoquer Daniel, sachant q'il a en lui "l'esprit des dieux saints, et pour qui aucun secret n'est difficile" (v9,18). D'après le texte, il semble que Daniel n'ait même pas été convoqué alors que tous les sages sont formellement appelés auprès du roi. Daniel, nous dit le texte, se présente de lui-même au roi. Nebucadnetsar est ainsi acculé à ce dernier recours, il est à présent obligé d'entendre Daniel.

Une fois de plus, le roi fuit la vérité car elle ne correspond pas à ses aspirations, et il appelle Daniel uniquement lorsqu'il ne peut pas faire autrement. Mais même là, l'orgueil de Nebucadnetsar est visible, alors qu'il semble reconnaître la supériorité de Daniel "qui a l'esprit des dieux saints", il dit: "Daniel, nommé Beltschatsar d'après le nom de mon Dieu" (v8). Le pouvoir de Daniel est en fin de compte attribué au dieu du roi.

L'EXPLICATION DU RÊVE: Daniel 4:19-27

TEXTE BIBLIQUE Dan 4:19-22

19 Alors Daniel, nommé Beltschatsar, fut un moment stupéfait, et ses pensées le troublaient. Le roi reprit et dit: Beltschatsar, que le songe et l'explication ne te troublent pas! Et Beltschatsar répondit: Mon seigneur, que le songe soit pour tes ennemis, et son explication pour tes adversaires!
20 L'arbre que tu as vu, qui était devenu grand et fort, dont la cime s'élevait jusqu'aux cieux, et qu'on voyait de tous les points de la terre;
21 cet arbre, dont le feuillage était beau et les fruits abondants, qui portait de la nourriture pour tous, sous lequel s'abritaient les bêtes des champs, et parmi les branches duquel les oiseaux du ciel faisaient leur demeure,
22 c'est toi, ô roi, qui es devenu grand et fort, dont la grandeur s'est accrue et s'est élevée jusqu'aux cieux, et dont la domination s'étend jusqu'aux extrémités de la terre.

COMMENTAIRE: Dan 4:19-22, "l'arbre en pleine maturité":

L'image de l'arbre n'était pas étrange pour Nebucadnetsar, qui dans une inscription compare Babylone à un grand arbre qui fait de l'ombre pour les peuples. De plus, le parallèle entre l'arbre et la vision de la statue du chapitre 2 était suffisamment explicite pour l'éclairer. Comme au chapitre 2, l'arbre procure une protection universelle décrite dans les mêmes termes: "les bêtes des champs, les oiseaux du ciel et tout être vivant s'y abritent et s'y nourrissent" (Dan 2:38 ; 4:12,21). L'arbre identifié à la tête de la statue représente le roi Nebucadnetsar.

A travers cette image de l'arbre, c'est aussi le caractère présomptueux et orgueilleux de Nebucadnetsar qui est dénoncé, parce que cet arbre se dresse jusqu'aux cieux (v11,20). L'arbre rêvé par Nebucadnetsar n'est pas un arbre ordinaire, tout est mis en oeuvre pour faire ressortir sa supériorité. Cet arbre qui s'élève jusqu'au ciel, protecteur et majestueux, constitue en fait une insulte ouverte à Dieu. La même image de l'arbre abritant tous les animaux du ciel est utilisée dans le N-testament pour représenter le royaume de Dieu (Luc 13:19).

L'arbre c'est Nebucadnetsar, voilà pourquoi le roi préfère l'explication de ses astrologues, voilà pourquoi Daniel avec beaucoup de diplomatie, émet le voeux que ce rêve et son explication "soit pour tes ennemis" (v19). Puis sans aucune ambiguïté, Daniel lui confirme ses craintes: "l'arbre que tu as vu, c'est toi Ô roi" (v20-22).

Philippe Septième

* [ Aucun rang ] *

Messages : 596
Enregistré le : 16 déc. 2003, 10:33
Localisation : Alsace

Daniel, suite 010

Ecrit le 01 janv. 2004, 05:10

Message par Philippe Septième

Bonjour, je vous propose la suite 010,

...la suite du chapitre 4, "la chute de l'arbre", versets 23 à 27.

TEXTE BIBLIQUE, Daniel 4:23-27

23 Le roi a vu l'un de ceux qui veillent et qui sont saints descendre des cieux et dire: Abattez l'arbre, et détruisez-le; mais laissez en terre le tronc où se trouvent les racines, et liez-le avec des chaînes de fer et d'airain, parmi l'herbe des champs; qu'il soit trempé de la rosée du ciel, et que son partage soit avec les bêtes des champs, jusqu'à ce que sept temps soient passés sur lui.
24 Voici l'explication, ô roi, voici le décret du Très-Haut, qui s'accomplira sur mon seigneur le roi.
25 On te chassera du milieu des hommes, tu auras ta demeure avec les bêtes des champs, et l'on te donnera comme aux boeufs de l'herbe à manger; tu seras trempé de la rosée du ciel, et sept temps passeront sur toi, jusqu'à ce que tu saches que le Très-Haut domine sur le règne des hommes et qu'il le donne à qui il lui plaît.
26 L'ordre de laisser le tronc où se trouvent les racines de l'arbre signifie que ton royaume te restera quand tu reconnaîtras que celui qui domine est dans les cieux.
27 C'est pourquoi, ô roi, puisse mon conseil te plaire! mets un terme à tes péchés en pratiquant la justice, et à tes iniquités en usant de compassion envers les malheureux, et ton bonheur pourra se prolonger.

COMMENTAIRE: la chute de l'arbre, Daniel 2:23-27

La première scène n'était que visuelle et statique (un arbre magnifique), la deuxième scène est auditive, le roi voit des êtres célestes et entend leurs voix qui commandent. Autant la première scène était emprunte de paix et de majesté, autant la deuxième est inquiétante. Déjà, l'identité des acteurs de cette deuxième vision est suggestive: "l'un de ceux qui veillent" (v13,23). C'est le seul texte dans la bible qui se réfère à ce type de personnage, parce qu'ici le rêve se situe au niveau des traditions du roi. D'après une ancienne croyance, le grand dieu avait placé quatre veilleurs aux quatre coins du ciel pour garder l'oeil sur le mouvement des astres.

Pour Nebucadnetsar, la présence de ces êtres célestes signifie que son destin est déterminé par le dieu d'en haut. Mais dans le rêve et son explication, ces veilleurs sont clairement identifiés selon la tradition biblique. Pour les désigner, le texte emploie le terme de "saints", un terme qui caractérise les anges dans plusieurs passages bibliques (Job 15:15 ; Psaume 89:6-8 ; Zacharie 14:5). Le "veilleur", ange du ciel, annonce le destin de l'arbre en deux phases.

La première phase contient des ordres sur la chute de l'arbre (4:14,23). Tombé à terre, l'arbre disparaît de la vue des hommes; dépouillé de ses branches, de ses feuilles et de ses fruits, il perd sa fonction de protecteur et de nourricier universel (v14,21). L'oracle signifie que Nebucadnetsar sera chassé "du milieu des hommes" (v25). La deuxième phase ne contient qu'un seul ordre qui porte sur l'état de l'arbre après sa chute (v14). L'arbre tombé et dépouillé est à présent fixé solidement à la terre pour l'empêcher de croître et de s'épanouir. Ce qui reste de l'arbre est donc condamné à être collé au sol, ou "emprisonné" (asar) dans un état animal.

La souche de l'arbre est identifiée à un animal. Elle réside "parmi les bêtes des champs" (4:25), dort avec elles, son corps "trempé de la rosée du ciel" (v15,23), mange comme elles "l'herbe de la terre" (v15,25), pense même comme elles: "un coeur de bête lui sera donné" (v16). Dans la bible, le coeur est le siège de la pensée et de la raison. Dire qu'un coeur d'homme est remplacé par un coeur d'animal, c'est dire que cet homme ne peut plus ni penser ni raisonner. Nebucadnetsar cessera d'être une bête dès lors qu'il reconnaîtra que le "Très-Haut domine sur le règne des hommes" (v25).

Du point de vue biblique, le roi ne pouvait pas descendre plus bas, il est bloqué à l'état d'animal et rien ne peut l'en délivrer. L'oracle est entendu comme un "décret" d'en haut (v24), même la durée de cette maladie est fixée par Dieu: "sept ans" (v25). Au-delà de cette fin tragique et désespérée, il y a une note d'espérance, la chute de l'arbre n'est pas vue dans le rêve, on entend des ordres. L'arbre qui représente Nebucadnetsar est encore là debout et il peut encore arrêter le cours des événements (v27). L'arbre n'est pas déraciné, le tronc est conservé, la vie de l'arbre est donc appelée à reprendre. L'épreuve a une fin, son destin est entre ses mains.

Nebucadnetsar est encore libre. Daniel dit que le bonheur qui suit la repentance n'est pas automatique. Dieu aussi est libre et même si le roi se repent, la bénédiction de Dieu n'est pas automatique. Il ne faudrait pas que Nebucadnetsar se repente par intérêt, pour gagner son bonheur, mais parce qu'il a compris la gravité de son iniquité. Il ne faudrait pas que la bénédiction de Dieu soit une récompense, Dieu est libre et sa bénédiction doit être reçue comme une grâce. Daniel souligne que c'est seulement lorsque Nebucadnetsar reconnaîtra Dieu au-dessus de lui qu'il sera sauvé (v26). Nebucadnetsar est exhorté à pratiquer la justice et la compassion (v27).

La repentance implique donc une relation entre les dimensions verticales (homme-Dieu) et horizontale (homme-homme). Le roi ne pourra respecter le malheureux et pratiquer la justice que lorsqu'il reconnaîtra un Dieu en dehors et au-dessus de lui. La voie à suivre est d'ordre religieux et concerne sa relation avec Dieu. Car aimer Dieu, c'est aimer le prochain aussi (1Jean 4:20-21). Voilà pourquoi tuer son prochain c'est tuer l'image de Dieu (Gen 9:6), et inversement, ignorer Dieu conduit au mépris des hommes.

L'ACCOMPLISSEMENT DU REVE: Daniel 4:28-33

TEXTE BIBLIQUE, Daniel 4:28-31

28 Toutes ces choses se sont accomplies sur le roi Nebucadnetsar.
29 Au bout de douze mois, comme il se promenait dans le palais royal à Babylone,
30 le roi prit la parole et dit: N'est-ce pas ici Babylone la grande, que j'ai bâtie, comme résidence royale, par la puissance de ma force et pour la gloire de ma magnificence?
31 La parole était encore dans la bouche du roi, qu'une voix descendit du ciel: Apprends, roi Nebucadnetsar, qu'on va t'enlever le royaume.

L'orgueil du roi, COMMENTAIRE versets 28 à 31

Comme autrefois (v4) le roi affiche un bonheur inconscient, il se promène et jouit de la vue qui s'étend sous ses yeux (v29-30). Mais cette fois-ci les sentiments du roi sont exprimés, il parle, et ses propos trahissent un orgueil démesuré (v30). Nebucadnetsar était en effet le plus grand bâtisseur de Babylone, d'après des témoignages du prêtre babylonien Bérose et des anciennes inscriptions, c'est surtout Nebucadnetsar qui en fut l'architecte.

Etendue sur cinq kilomètres carrés, avec son palais, ses jardins suspendus et ses cinquante temples, Babylone était l'une des sept merveilles du monde et l'une des plus grandes villes de l'époque. C'est surtout l'orgueil qui avait poussé Nebucadnetsar à une telle entreprise, et c'est encore l'orgueil qui le fait vibrer à la contemplation de son oeuvre. Comme les anciens bâtisseurs de la tour de Babel, Nebucadnetsar construit pour sa gloire et pour se faire un nom (v30). Il élève Babel vers le ciel (Gen 11:4), sa parole orgueilleuse est interrompue par une voix qui descend du ciel (Dan 4:31 ; Gen 11:7), il est chassé ailleurs (Dan 4:32-33 ; Gen 11:8).

Philippe Septième

* [ Aucun rang ] *

Messages : 596
Enregistré le : 16 déc. 2003, 10:33
Localisation : Alsace

Daniel, suite 011

Ecrit le 01 janv. 2004, 05:13

Message par Philippe Septième

Bonjour, je vous propose la suite 011,

...la fin de Daniel 4, "la folie du roi".

TEXTE BIBLIQUE, Daniel 4:32-33

32 On te chassera du milieu des hommes, tu auras ta demeure avec les bêtes des champs, on te donnera comme aux boeufs de l'herbe à manger; et sept temps passeront sur toi, jusqu'à ce que tu saches que le Très-Haut domine sur le règne des hommes et qu'il le donne à qui il lui plaît.
33 Au même instant la parole s'accomplit sur Nebucadnetsar. Il fut chassé du milieu des hommes, il mangea de l'herbe comme les boeufs, son corps fut trempé de la rosée du ciel; jusqu'à ce que ses cheveux crussent comme les plumes des aigles, et ses ongles comme ceux des oiseaux.

COMMENTAIRE, Daniel 4:32-33

Le mal qui surprend le roi en plein orgueil présente d'étranges symptômes, car c'est son orgueil même qui est la cause de sa dégénérescence. Le roi se comporte alors comme un animal, il mange, dort et pense comme un boeuf. Les psychiatres connaissent cette maladie mentale comme une condition paranoïaque et schizophrénique. De nos jours, elle a pratiquement disparu de nos pays industrialisés où elle reçoit un traitement adéquat et efficace. Les symptômes sont toujours les mêmes, le malade s'imagine avoir été transformé en un animal quelconque et il se comporte comme tel.

Un historien du 3ème siècle avant J-C, Abydenus, rapporte que Nebucadnetsar "possédé par quelque dieu ou quelque chose d'autre, monta sur la terrasse de son palais prononçant un discours prophétique, après quoi il disparut soudainement". Une découverte récente de textes cunéiformes est venue confirmer le récit biblique. En 1975, l'Assyriologue A.K. Grayson a publié un texte cunéiforme conservé au British Museum (BM 34113=sp213) qui fait allusion au dérangement mental de Nebucadnetsar.

On y rapporte que pendant un certain temps "sa vie lui parut sans valeur"..."il donnait des ordres contradictoires et confus"... et n'était plus en mesure de témoigner de l'affection à son fils ou sa fille, ni de reconnaître son clan ou même de promouvoir Babylone et son temple. D'après le texte biblique, Nebucadnetsar resta sept temps dans cet état, et cela ne signifie pas que la maladie du roi est uniquement d'ordre symbolique, elle existe dans le temps. Le texte situe l'événement dans l'histoire, puisqu'il est directement associé à l'achèvement des constructions de Babylone.

Le mot araméen (îdan) traduit par le terme "temps" doit être compris dans le sens "d'année". 1) la maladie du roi démarre dans le temps (après 12 mois) comme pour suggérer dès le départ que "l'année" constitue l'unité de base à partir de laquelle il faut calculer les temps prophétiques. 2) Le même mot (temps) est employé dans Daniel 7:25 et Apocalypse 12:14 dans le sens d'année: (un temps, des temps, et la moitié d'un temps.). 3) Cette interprétation "d'année" a été régulièrement retenue, depuis la septante jusqu'aux rabbins du moyen-âge (Rachi, Ibn, Ezra, etc...). Nebucadnetsar endura donc cette épreuve pendant sept années, et le mot sept temps attire l'attention sur le nombre de sept et suggère par là un contexte sacré où le divin est à l'oeuvre. Le temps de la fin de l'épreuve est "marqué" (v34), Dieu contrôle cette histoire et personne n'y peut rien.

PRIERE DE RESSUSCITE, Dan 4:34-37

TEXTE BIBLIQUE? Daniel 4, versets 34 à 37

34 Après le temps marqué, moi, Nebucadnetsar, je levai les yeux vers le ciel, et la raison me revint. J'ai béni le Très-Haut, j'ai loué et glorifié celui qui vit éternellement, celui dont la domination est une domination éternelle, et dont le règne subsiste de génération en génération.
35 Tous les habitants de la terre ne sont à ses yeux que néant: il agit comme il lui plaît avec l'armée des cieux et avec les habitants de la terre, et il n'y a personne qui résiste à sa main et qui lui dise: Que fais-tu?
36 En ce temps, la raison me revint; la gloire de mon royaume, ma magnificence et ma splendeur me furent rendues; mes conseillers et mes grands me redemandèrent; je fus rétabli dans mon royaume, et ma puissance ne fit que s'accroître.
37 Maintenant, moi, Nebucadnetsar, je loue, j'exalte et je glorifie le roi des cieux, dont toutes les oeuvres sont vraies et les voies justes, et qui peut abaisser ceux qui marchent avec orgueil.

COMMENTAIRE, Daniel 4:34-37

Le texte laisse entendre la responsabilité du roi dans sa délivrance: "Je levais les yeux vers le ciel et la raison me revint" (v34). Même esclave de sa bestialité, l'homme peut toujours se retrouver, il suffit pour cela que Nebucadnetsar "lève les yeux vers les cieux". Nebucadnetsar devint animal lorsqu'il se prend pour un dieu et qu'il regarde d'en haut. Nebucadnetsar redevient homme lorsqu'il réalise sa misère et qu'il regarde d'en bas. Sa raison revient avec la foi en Dieu qu'il fuyait jusque là. Pour Daniel, la foi et la raison ne sont pas incompatibles, on peut même dire que la foi est signe de raison.

Nebucadnetsar se réveille de son état d'inconscience et peut de nouveau parler. Jusqu'à présent, le roi était évoqué à la troisième personne du singulier, mais lorsque Nebucadnetsar reprend l'usage de ses sens, il utilise de nouveau la première personne et ses paroles explosent en prière. C'est la quatrième prière du livre de Daniel. A la description des trois mouvements de l'âme humaine "j'ai béni, loué, glorifié" (v34) répond la description de trois attributs de Dieu "il vit éternellement, il domine éternellement, il règne éternellement". L'éternité de Dieu est répétée trois fois, en écho aux trois adorations de l'homme.

Nebucadnetsar exprime sa reconnaissance (il bénit Dieu), son émerveillement (il loue Dieu) et son admiration (il glorifie Dieu). A peine revenu à la raison, Nebucadnetsar ne voit plus que Dieu, il prend soudain conscience qu'il lui doit tout et qu'il n'est rien sans lui. La première leçon qu'il tire de son retour à la raison, c'est que les habitants de la terre sont évalués "à rien, au néant" (v35). Dans la main de Dieu, les armées du ciel et les habitants de la terre sont impuissants: "il n'y a personne qui résiste pour lui dire: que fais-tu?". C'est du sommet de cette grandeur jamais atteinte que Nebucadnetsar prononce les derniers mots de sa prière et en même temps de tout son récit, car ce sont en fait, ses derniers mots dans le livre de Daniel.

Nebucadnetsar aurait pu s'enorgueillir à nouveau comme avant, car il retrouve sa gloire et son royaume. Mais à présent, il reconnaît que Dieu a bien fait de l'avoir ainsi humilié: "Ses oeuvres sont vraies et ses voies sont justes, et il peut abaisser" (v35). La nouvelle gloire de Nebucadnetsar ne l'enivre pas, désormais il s'engage dans la voie de l'humilité et de la repentance. Le monarque s'est enfin converti et accepte le seul vrai Dieu. La prière se termine comme elle avait commencé; Il commence et fini par "Moi Nebucadnetsar" (v4,34,37). Alors que le "Moi Nebucadnetsar" du début s'ouvrait sur la terre (v4), les deux "Moi Nebucadnetsar" de la dernière partie s'ouvrent sur le ciel. Nebucadnetsar n'est plus tourné vers lui-même, mais vers Dieu (v34,37).

à suivre...Daniel, début du chapitre 5 '"une main qui bouge!".

Philippe Septième

* [ Aucun rang ] *

Messages : 596
Enregistré le : 16 déc. 2003, 10:33
Localisation : Alsace

Daniel, suite 012

Ecrit le 05 janv. 2004, 03:49

Message par Philippe Septième

Bonjour, je vous propose la suite 012,

Le chapitre 5, "LA MAIN QUI BOUGE":

TEXTE BIBLIQUE, Daniel 5:1-4

1 Le roi Belschatsar donna un grand festin à ses grands au nombre de mille, et il but du vin en leur présence.
2 Belschatsar, quand il eut goûté au vin, fit apporter les vases d'or et d'argent que son père Nebucadnetsar avait enlevés du temple de Jérusalem, afin que le roi et ses grands, ses femmes et ses concubines, s'en servissent pour boire.
3 Alors on apporta les vases d'or qui avaient été enlevés du temple, de la maison de Dieu à Jérusalem; et le roi et ses grands, ses femmes et ses concubines, s'en servirent pour boire.
4 Ils burent du vin, et ils louèrent les dieux d'or, d'argent, d'airain, de fer, de bois et de pierre.

COMMENTAIRE, Daniel 5:1-4.

De l'humble prière de louange de Nebucadnetsar, on passe à l'orgueilleuse et arrogante profanation de Belschatsar. Nebucadnetsar, comme Belschatsar sont des rois païens orgueilleux qui se refusent à l'idée de la fin de Babylone. Le récit se situe à la veille de la prise de Babylone par Cyrus, en 539 av J-C, nous sommes une vingtaine d'années après la mort de Nebucadnetsar. Belschatsar est par sa mère le petit-fils direct de Nebucadnetsar (v2,11,14,18,22).

LE TOAST DU ROI:

Belschatsar fait apporter les vases que son grand-père avait enlevés du temple de Jérusalem et s'en sert pour boire. Pourquoi précisément ces vases-là et pas d'autres ? Parce que cela rappelle l'écrasement de Jérusalem et donne ainsi la preuve de la supériorité du Dieu de Babylone sur le Dieu d'Israël. Curieusement on retrouve les mêmes métaux que dans la statue de Daniel 2, et dans le même ordre, l'or, l'argent, l'airain, le fer... Alors que dans la statue du chapitre 2, les métaux représentaient des royaumes terrestres en décadence et en voie de disparaître, pour Belschatsar ils sont au contraire divinisés et adorés.

L'attitude de Belschatsar semble vouloir rétablir le culte des divinités de Babylone un instant rejeté par Nebucadnetsar lors de sa conversion. Cette attitude de vouloir boire dans les vases du temple de Jérusalem à la gloire des dieux de Babylone traduit en réalité son problème personnel envers le Dieu des Juifs. Il veut détruire la vérité sur ce Dieu parce qu'elle le dérange. En dégradant le sacré, c'est une façon de jeter un défi à Dieu, et ici contre toute attente Dieu relève le défi.

GRAFFITI SUR LA MURAILLE:

TEXTE BIBLIQUE, Daniel 5:5-9

5 En ce moment, apparurent les doigts d'une main d'homme, et ils écrivirent, en face du chandelier, sur la chaux de la muraille du palais royal. Le roi vit cette extrémité de main qui écrivait.
6 Alors le roi changea de couleur, et ses pensées le troublèrent; les jointures de ses reins se relâchèrent, et ses genoux se heurtèrent l'un contre l'autre.
7 Le roi cria avec force qu'on fît venir les astrologues, les Chaldéens et les devins; et le roi prit la parole et dit aux sages de Babylone: Quiconque lira cette écriture et m'en donnera l'explication sera revêtu de pourpre, portera un collier d'or à son cou, et aura la troisième place dans le gouvernement du royaume.
8 Tous les sages du roi entrèrent; mais ils ne purent pas lire l'écriture et en donner au roi l'explication.
9 Sur quoi le roi Belschatsar, fut très effrayé, il changea de couleur, et ses grands furent consternés.

COMMENTAIRE, Daniel 5:5-9

Tout à coup, juste en face du chandelier, une main se déplace toute seule et des mots s'inscrivent sur la muraille toute blanche de chaux. Cette précision du chandelier et de la chaux du mur est intentionnelle pour souligner que la vision ne peut pas passer inaperçue. A cette vue, Belschatsar perd totalement le contrôle de lui-même, il a peur et son visage change de couleur. Du blanc de la chaux, on passe au visage qui change de couleur. Le roi a peur, cela se voit et cela s'entend, alors il appelle à son secours les professionnels de la magie. L'inscription terminée, la main disparaît, il ne reste plus que les mots et ce sont donc eux qui vont retenir l'attention du roi.

Belschatsar n'était pas le roi de Babylone, il régnait en qualité de corégent. Nabonide, son père et roi de Babylone, résidait à Teima à l'ouest. Voilà pourquoi Belschatsar qui n'avait lui-même que la deuxième place ne pouvait proposer que la troisième place à un autre. Le silence des astrologues n'était pas rassurant pour le roi qui fut très effrayé, et ses invités avec lui. Il s'agit là d'un mystère qui échappe au pouvoir de la magie humaine. Il se souvient de l'expérience de Nebucadnetsar à qui ses astrologues ne servirent de rien. Seul Daniel, le serviteur du Dieu d'Israël, avait su décoder l'énigme, et Belschatsar comprend que c'est le Dieu d'Israël qui se manifeste à nouveau, et il a très peur.

LA SEMONCE D'UNE REINE:

TEXTE BIBLIQUE, Daniel 5:10-12

10 La reine, à cause des paroles du roi et de ses grands, entra dans la salle du festin, et prit ainsi la parole: O roi, vis éternellement! Que tes pensées ne te troublent pas, et que ton visage ne change pas de couleur!
11 Il y a dans ton royaume un homme qui a en lui l'esprit des dieux saints; et du temps de ton père, on trouva chez lui des lumières, de l'intelligence, et une sagesse semblable à la sagesse des dieux. Aussi le roi Nebucadnetsar, ton père, le roi, ton père, l'établit chef des magiciens, des astrologues, des Chaldéens, des devins,
12 parce qu'on trouva chez lui, chez Daniel, nommé par le roi Beltschatsar, un esprit supérieur, de la science et de l'intelligence, la faculté d'interpréter les songes, d'expliquer les énigmes, et de résoudre les questions difficiles. Que Daniel soit donc appelé, et il donnera l'explication.

COMMENTAIRE, Daniel 5:10-12

Dans les pays du Moyen-Orient ancien, personne n'aurait osé se présenter devant le roi sans une convocation officielle préalable. Même l'épouse du roi ne s'y serait pas risquée (Esther 2:11,16). La reine dont il est question ici ne saurait être l'épouse de Belschatsar. Elle semble particulièrement familière avec l'époque de Nebucadnetsar. Elle ne pouvait pas être non plus la mère de Belschatsar, l'épouse de Nabonide son père, puisque celui-ci demeurait loin de Babylone. Quant à la mère de Nabonide, elle était déjà morte en sa neuvième année de règne, en 547 av J-C. Tout porte à croire qu'il s'agit de la reine mère, l'épouse de Nebucadnetsar lui-même, qu'Hérodote identifie à la fameuse Nitocris.

La reine mère, qui rappelait à la cour le souvenir de son mari le roi défunt, inspirait à ce titre le respect. Elle jouissait d'un tel prestige qu'elle pouvait se permettre une entrée libre à la cour. La bible témoigne d'une grande influence des reines mères (1Rois 15:13 ; 2Rois 11:1-3 ; 24:12 ; Jérémie 13:18-. En la voyant, Belschatsar est obligé de se souvenir de son grand-père. A trois reprises dans la même phrase, elle rappelle le lien de parenté entre Nebucadnetsar et Belschatsar: "du temps de ton père...le roi Nebucadnetsar ton père...le roi ton père" (v11). C'est comme si elle avait deviné le problème de Belschatsar, et ce qui le dérange, à savoir l'expérience religieuse de Nebucadnetsar. Daniel et son Dieu figurent en bonne place dans cette évocation: "Il (Daniel) a en lui l'esprit des dieux saints" (v11).

BELSCHATSAR CONSULTE BELTSCHATSAR:

TEXTE BIBLIQUE, Daniel 5:13-16

13 Alors Daniel fut introduit devant le roi. Le roi prit la parole et dit à Daniel: Es-tu ce Daniel, l'un des captifs de Juda, que le roi, mon père, a amenés de Juda?
14 J'ai appris sur ton compte que tu as en toi l'esprit des dieux, et qu'on trouve chez toi des lumières, de l'intelligence, et une sagesse extraordinaire.
15 On vient d'amener devant moi les sages et les astrologues, afin qu'ils lussent cette écriture et m'en donnassent l'explication; mais ils n'ont pas pu donner l'explication des mots.
16 J'ai appris que tu peux donner des explications et résoudre des questions difficiles; maintenant, si tu peux lire cette écriture et m'en donner l'explication, tu seras revêtu de pourpre, tu porteras un collier d'or à ton cou, et tu auras la troisième place dans le gouvernement du royaume.

COMMENTAIRE, Daniel 5:13-16

Sur la base du témoignage de la reine, Belschatsar n'a plus le choix, il est obligé de convoquer Daniel qu'il aurait pu appeler plus tôt. Daniel fait partie des sages du royaume avec le même nom que le roi. Daniel avait alors environ 85 ans. Si Daniel n'est pas convoqué par le roi, en dépit de sa popularité, c'est précisément parce que le roi veut à tout prix l'éviter. Belschatsar craignait de rencontrer Beltschatsar, son homonyme. Il est intéressant de noter que le roi ne l'appelle pas par son nom babylonien comme c'est la coutume. Le roi l'appelle par son nom Hébreu sans aucune allusion à son dieu Babylonien: "es-tu ce Daniel, l'un des captifs de Juda...". Belschatsar fait semblant de ne pas reconnaître son homonyme.

Belschatsar se souvient seulement de ce qu'il veut, en fonction de ce qui sert son orgueil. Le roi paraît avoir oublié Daniel et l'expérience religieuse de son grand-père, mais il ne manque pas de rappeler à Daniel d'où il vient: "l'un des captifs de Juda que le roi mon père a amenés de Juda" (v13). Le langage de Belschatsar évoque l'introduction du livre de Daniel (1:2), ce faisant il suggère la supériorité des dieux babyloniens sur le Dieu d'Israël, la victoire de Babylone sur Jérusalem. Acculé à faire appel à celui qu'il méprise, il tient cependant à le dominer. Il achète Daniel avec un collier d'or et une haute position dans le royaume et s'imagine pouvoir ainsi mieux l'exploiter et le manoeuvrer.

Philippe Septième

* [ Aucun rang ] *

Messages : 596
Enregistré le : 16 déc. 2003, 10:33
Localisation : Alsace

Daniel, suite 013

Ecrit le 05 janv. 2004, 03:52

Message par Philippe Septième

Bonjour, je vous propose la suite 013,

La suite de Daniel 5, les versets 17 à 24.

LA SEMONCE D'UN PROPHETE:

TEXTE BIBLIQUE, Daniel 5:17-24

17 Daniel répondit en présence du roi: Garde tes dons, et accorde à un autre tes présents; je lirai néanmoins l'écriture au roi, et je lui en donnerai l'explication.
18 O roi, le Dieu suprême avait donné à Nebucadnetsar, ton père, l'empire, la grandeur, la gloire et la magnificence;
19 et à cause de la grandeur qu'il lui avait donnée, tous les peuples, les nations, les hommes de toutes langues étaient dans la crainte et tremblaient devant lui. Le roi faisait mourir ceux qu'il voulait, et il laissait la vie à ceux qu'il voulait; il élevait ceux qu'il voulait, et il abaissait ceux qu'il voulait.
20 Mais lorsque son coeur s'éleva et que son esprit s'endurcit jusqu'à l'arrogance, il fut précipité de son trône royal et dépouillé de sa gloire;
21 il fut chassé du milieu des enfants des hommes, son coeur devint semblable à celui des bêtes, et sa demeure fut avec les ânes sauvages; on lui donna comme aux boeufs de l'herbe à manger, et son corps fut trempé de la rosée du ciel, jusqu'à ce qu'il reconnût que le Dieu suprême domine sur le règne des hommes et qu'il le donne à qui il lui plaît.
22 Et toi, Belschatsar, son fils, tu n'as pas humilié ton coeur, quoique tu susses toutes ces choses.
23 Tu t'es élevé contre le Seigneur des cieux; les vases de sa maison ont été apportés devant toi, et vous vous en êtes servis pour boire du vin, toi et tes grands, tes femmes et tes concubines; tu as loué les dieux d'argent, d'or, d'airain, de fer, de bois et de pierre, qui ne voient point, qui n'entendent point, et qui ne savent rien, et tu n'as pas glorifié le Dieu qui a dans sa main ton souffle et toutes tes voies.
24 C'est pourquoi il a envoyé cette extrémité de main qui a tracé cette écriture.

COMMENTAIRE, Daniel 5:17-24

La réponse de Daniel est sèche, le ton surprend de sa part, lui dont la parole a toujours été empreinte de tact et de respect (1:8,9 ; 2:14 ; 4:19). Daniel refuse carrément l'offre de roi. Daniel a perçu les mobiles du roi, et il veut rester libre pour lui-même et surtout pour l'explication. La colère de Daniel n'est pas simplement due à ce dernier incident, Daniel sait que Belschatsar connaît l'histoire de son grand-père. Belschatsar connaît la vérité, et parce que cette vérité le dérange et l'oblige à s'engager, il préfère l'oublier. C'est aussi parce qu'il sait que le Dieu d'Israël est le vrai Dieu qu'il concentre toutes ses énergies à le dénigrer.

C'est son expérience personnelle avec ce Dieu qui fait la gravité de son iniquité: "tu t'es élevé contre le Seigneur des cieux" (v23)... "Tu n'as pas glorifié le Dieu qui a dans sa main ton souffle et toutes tes voies" (v23). L'association de la "main" et du "souffle" constitue une claire allusion à l'opération créatrice de Dieu (Psaume 4:28-30 ; 119:73 ; Esaïe 41:20 ; Genèse 2:7 ; Job 12:9-10). Le comble, c'est que Belschatsar qui sait cela (v22), remplace le Dieu créateur par l'idole de métal et de pierre qui ne sait rien (v23).

En rejetant le Dieu créateur, on en vient tout naturellement à adorer l'idole, car l'idole n'est autre que le produit de ses propres mains, et la réflexion de sa propre image. En refusant de croire au Dieu créateur, l'homme fait de lui-même, de son bien-être, de ses plaisirs et de son oeuvre, l'objet de son culte. Dans ce diagnostic, on peut reconnaître notre civilisation idolâtre. Il était inévitable que l'argent, le plaisir, la télévision, l'objet remplacent le Dieu créateur, car l'homme a remplacé Dieu. En rejetant le Dieu créateur, l'homme moderne est devenu idolâtre, comme les païens d'autrefois. Comme Belschatsar, on croit avoir dépassé la religion du grand-père...

On se veut esprit fort, on piétine le sacré, et l'on se moque des naïfs qui en sont encore là. Mais en réalité on se retrouve idolâtre aux côtés de Belschatsar à cajoler l'idole qu'on s'est fabriquée. C'est ce comportement qui indigne Daniel, et pour finir retient son propos plus que toute autre chose. Le problème de l'iniquité du roi et de ses conséquences au niveau de l'existence lui tient plus à coeur que la clé de l'énigme qu'il tarde à dire.

LE SENS DES GRAFFITI:

TEXTE BIBLIQUE, Daniel 5:25-28

25 Voici l'écriture qui a été tracée: Compté, compté, pesé, et divisé.
26 Et voici l'explication de ces mots. Compté: Dieu a compté ton règne, et y a mis fin.
27 Pesé: Tu as été pesé dans la balance, et tu as été trouvé léger.
28 Divisé: Ton royaume sera divisé, et donné aux Mèdes et aux Perses.

COMMENTAIRE, Daniel 5:25-28

En fait, la solution du mystère se trouve déjà tracée dans le péché du roi. La "main" qui apparaît sur le mur n'est autre qu'un rappel de la "main" qui détient "le souffle" (v23,24). Ce que Belschatsar perçoit comme une menace, l'étrange main, n'est autre que le signe de son péché. Le péché produit son propre châtiment. Dans la bible, l'idée de la main de Dieu qui écrit se rapporte généralement à l'idée de jugement.

Daniel 7:10 Les juges s'assirent, et les livres furent ouverts...
Apocalypse 3:5 ; 21:27 Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs, je n'effacerai point son nom du livre de vie de l'agneau.
Exode 31:18 Lorsque l'Eternel eut achevé de parler à Moïse sur la montagne de Sinaï, il lui donna le deux tables du témoignage, tables de pierre, écrites du doigt de Dieu.

Dans le nouveau testament, l'histoire de Jésus qui écrit sur le sable un jugement contre les accusateurs de la femme adultère, se situe dans la même tradition (Jean 8:6-11). Non seulement cette main évoque la main du créateur, mais elle bouge et écrit, c'est le créateur qui juge. Rien d'étonnant que dans la bible les idées de la création et du jugement relèvent de la même pensée:
"Eternel! tu me sondes et tu me connais, tu sais quand je m'assieds et quand je ma lève, tu pénètre de loin ma pensée...c'est toi qui as formé mes reins, qui m'as tissé dans le sein de ma mère...mon corps n'était point caché devant toi...sonde-moi, Ô Dieu, et connais mon coeur! Eprouve-moi et connais mes pensées" (Psaume 139 ; cf.Apocalypse 14:7)

Le créateur et juge qui écrit, cela rend Belschatsar d'autant plus anxieux, et il veut comprendre ce qui a été écrit. La première difficulté réside déjà dans le fait que le texte araméen était sans voyelles, selon l'usage dans les anciennes inscriptions. Si l'on ajoute à cela que les mots n'étaient généralement pas séparés, on réalise la complexité d'une telle lecture. Pour nous faire une idée, voici le texte dans sa traduction française sans les voyelles et sans séparation de mots:

"CMPTCMPTPSDVS"

A moins d'avoir déjà lu ce texte avec ses voyelles, ou d'avoir été informé par son auteur, il est impossible de le déchiffrer. Voilà pourquoi les savants chaldéens échouèrent, seule une révélation de la part de l'auteur de ces mots, le propriétaire de la main, pouvait en permettre la lecture. De toute manière, même vocalisés, les mots restaient étranges:

"MENE MENE TEKEL UPHARSIN"

Il s'agissait là de mesures de poids: MENE (la mine de 600g), TEKEL (le sicle de 10g), UPHARSIN (demi-Mene de 300g). A priori, le message ressemble à un cri de vendeur au marché qui propose à sa clientèle des poids variés de marchandises. C'est la liquidation du stock et le signe de la fin du commerce.

Philippe Septième

* [ Aucun rang ] *

Messages : 596
Enregistré le : 16 déc. 2003, 10:33
Localisation : Alsace

Daniel, suite 014

Ecrit le 05 janv. 2004, 03:55

Message par Philippe Septième

Bonjour, je vous propose la suite 014,

La fin du chapitre 5 de Daniel.

RAPPEL DU TEXTE BIBLIQUE, Daniel 5:25-28

25 Voici l'écriture qui a été tracée: Compté, compté, pesé, et divisé.
26 Et voici l'explication de ces mots. Compté: Dieu a compté ton règne, et y a mis fin.
27 Pesé: Tu as été pesé dans la balance, et tu as été trouvé léger.
28 Divisé: Ton royaume sera divisé, et donné aux Mèdes et aux Perses.

SUITE DU COMMENTAIRE de ces versets 25 à 28.

MENE vient d'une racine qui signifie "compter, assigner, déterminer". C'est la même racine que Dan 1:5 à propos des aliments assignés. Nous avons remarqué que ce mot est associé au Dieu créateur. La racine du mot "MENE" est aussi utilisée pour désigner le nom du dieu babylonien de la destinée "Meni" (Esaïe 65:11,12). Le mot se retrouve dans la langue arabe manye avec le sens de "fatalité" et de "destin". Belschatsar est ainsi comparé à une marchandise dont le compte a atteint la mesure fixée; Pour lui cela signifie la fin.

TEKEL vient d'une racine qui signifie "peser". L'image ici évoquée appartient au monde du commerce. Belschatsar est "pesé dans la balance" comme une vulgaire marchandise, et son poids s'avère manquant (v27). Les mots "peser" et "balance" relèvent du langage de la justice: "toutes les actions sont pesées par Dieu" (1Samuel:2:3), "Que Dieu me pèse dans des balances justes" (Job 31:6). Pour Belschatsar un tel langage signifie jugement et condamnation.

UPHARSIN vient d'une racine qui signifie "morceler", "briser". Ce mot se trouve souvent dans la bible dans un contexte de violence: "ils lui brisent (prs) les os (Michée 3:3). L'oiseau de proie se dit en hébreu (peres) car il déchire sa proie en plusieurs morceaux (prs) (Deutéronome 14:12). Belschatsar est ici comparé à une marchandise qui devient la proie de l'étranger et qui est déchirée en plusieurs morceaux.

L'échéance fatale est rendue explicite par Daniel. Chaque mot contient son propre message de la fin: MENE parle de la fin à travers l'idée d'aboutissement, TEKEL à travers l'idée de manque et de déchéance, UPHARSIN à travers l'idée de morcellement. L'inscription se compose elle-même de quatre mots, et à chaque mot correspond une explication de quatre mots. Texte de l'inscription = 4 mots: "MENE, MENE, TEKEL, UPHARSIN". MENE=4 mots: "ton compte est fait" (Dieu a mesuré ton règne). TEKEL=4 mots: "tu as été pesé" (pesé et trouvé manquant de poids). UPHRASIN=4 mots: "ton royaume est brisé" (royauté, divisé et Perses).

L'importance du nombre 4 dans le livre de Daniel: La statue rêvée par Nebucadnetsar était composée de quatre métaux pour représenter les 4 royaumes se succédant jusqu'à la fin. Nous retrouvons ce même schéma de quatre royaumes dans Daniel 7, représentés par 4 animaux. Le nombre 4 exprime l'idée de limitation des royaumes terrestres et porte déjà en lui le message de la fin. Il est même probable que pour Belschatsar le nombre 4 fasse en outre allusion aux quatre rois qui ont suivi Nebucadnetsar: Amel Marduk (562-560), Neriglissar, Labashi Marduk (556), et enfin Nabonide (556-539) dont Belschatsar est le régent. En entendant cette mesure, Belschatsar comprend qu'il n'ira pas plus loin, la communication ne peut pas être plus explicite.

LA MORT DU ROI

TEXTE BIBLIQUE, Daniel 5:29-31.

29 Aussitôt Belschatsar donna des ordres, et l'on revêtit Daniel de pourpre, on lui mit au cou un collier d'or, et on publia qu'il aurait la troisième place dans le gouvernement du royaume.
30 Cette même nuit, Belschatsar, roi des Chaldéens, fut tué.
31 Et Darius, le Mède, s'empara du royaume, étant âgé de soixante-deux ans.

COMMENTAIRE, Daniel 5:29-31

Belschatsar réagit "aussitôt" (v29). L'empressement que le roi met à honorer Daniel, il le fait pour être fidèle à sa promesse et non par reconnaissance ou honnêteté. L'histoire se termine donc sur une note ironique. Ayant tout perdu, Belschatsar est alors disposé à tout partager, jusqu'à son pouvoir royal. Daniel est revêtu de pourpre, la couleur de la royauté (Esther 8:15), et reçoit la troisième place du royaume, après Belschatsar et Nabonide. Quant au collier d'or, il s'agit là d'une médaille royale de la plus haute distinction destinée à être portée uniquement en présence du roi.

Si Daniel semble à présent accepter ces honneurs qu'il avait refusés, c'est parce que, dans l'état actuel des choses, ces dons du roi ne signifient plus rien, puisque c'est sa fin. Dans les heures qui suivent, la prophétie de Daniel s'accomplit, Babylone est occupée et Belschatsar disparaît. Un nouveau roi, Darius le Mède, le remplace sur le trône. Parmi les documents qui rapportent la chute de Babylone, "la chronique de Nabonide" en particulier confirme notre histoire: "Gobryas, gouverneur de Gutium, et l'armée de Cyrus entrèrent à Babylone sans combat. Après cela, Nabonide fut arrêté à Babylone quand il (y) revint...Au mois d'Arhshammu, le troisième jour, Cyrus entra à Babylone. Gobryas, son gouverneur, installa des (sous) gouverneurs à Babylone".

Le texte Babylonien ne mentionne pas Belschatsar qui n'est que le prince régent, mais parle de Nabonide, le détenant de la couronne. Le fait qu'il soit absent lors de la conquête (il est arrêté à son retour) confirme une fois de plus l'existence d'un prince régent à Babylone. Le texte nous apprend également que l'une des premières actions du nouveau gouverneur de Babylone fut d'établir des sous-gouverneurs, conformément au récit de Daniel 6. Tout porte à croire que le Gobryas en question n'est autre que Darius le Mède. Le nom de Darius est un titre honorifique: "celui qui tient le sceptre", et Gobryas pouvait très bien être son nom de règne. D'après les anciennes chroniques, Gobryas serait mort une année après la chute de Babylone, ce qui explique dans le livre de Daniel son âge avancé de soixante deux ans quand il commence à régner (v31) et le fait que seule sa première année soit mentionnée (9:1).

Le chapitre 5 marque le passage d'un pouvoir à un autre, de Babylone aux Mèdes et aux Perses, le premier accomplissement de la prophétie de Daniel chapitre 2. Comme son grand-père Nebucadnetsar (chap.3), Belschatsar avait voulu fuir cette vérité de la fin de leur empire, en persévérant avec orgueil dans l'idée d'une Babylone éternelle. Tous deux ont été visités par un violent rappel de Dieu. Nebucadnetsar par ses sept années de retraite (chap.4), Belschatsar par l'écriture sur le mur. Ils avaient pu ainsi vérifier dans l'épreuve le leur existence, que la parole de Dieu adressée au prophète s'accomplit toujours.

Répondre

Retourner vers « Adventiste »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message