le JUDAISME & L'ESCLAVAGE

Forum Chrétien / Musulman / Judaisme Bible -Thora face au Coran. Lire la charte du forum religion.

Règles du forum
Le dialogue interreligieux est une forme organisée de dialogue entre des religions ou spiritualités différentes. Ultérieurement, la religion a considéré l'autre comme n'étant pas la vérité révélée. C'est ainsi que les premiers contacts entre l'islam et le christianisme furent souvent difficiles, et donnèrent lieu à des guerres impitoyables comme les croisades.
Répondre
averoes


le JUDAISME & L'ESCLAVAGE

Ecrit le 13 juil. 2005, 10:20

Message par averoes »

Actualité juive N°897 du 07/07/05 page 30



Mitsva négatIve n° 258 :

Il nous est interdit de vendre un esclave juif de la même manière qu'un esclave non-juif, à savoir de l'amener au marché pour être vendu aux enchères publiques.
**********************************************************
Mitsva négative n° 257 :

Il nous est interdit d'imposer à un esclave juif des tâches dégradantes, comme on en exigerait d'un
esclave non-juif.

**********************************************************
Mitzva positive 235 :

il s'agit du commandement qui nous a été enjoint au sujet de l'esclave non-juif, consistant en ce qu'il reste toujours un esclave et ne soit pas affranchi à moins que son maître lui fasse perdre un oeil ou une dent ou, en accord avec l'interprétation traditionnelle, un autre membre qui ne peut lui être restitué.
************************************************************
Mitsva négative n° 260 :

C'est l'interdiction qui nous a été faite de tolérer qu'un non-juif, qui vit dans notre pays, traite avec rigueur un esclave juif qui s'est vendu à lui.
***********************************************************
Mitsva négative n° 259 :

Il nous est interdit de faire exécuter par un esclave juif des tâches qui ne nous sont pas nécessaires, que l'on appelle "travaux rigoureux".





Mitsva positive n° 196 :

s'agit du commandement qui nous a été enjoint de faire des présents à l'esclave juif et de l'aider au moment de sa libération, de manière qu'il ne parte pas les mains vides.

Mitsva négative n° 233:

nous est interdit de renvoyer les mains vides un esclave juif, lorsque nous le libérons, après qu'il nous a servis pendant six ans.

Mitsva positive n° 234 :

C'est le commandement nous incombant en ce qui concerne le rachat de la servante juive.

Mitsva positive n° 233 :
C'est le commandement qui nous incombe et selon lequel l'esclave juive doit être épousée par son maître soit par le fils de ce dernier.

Mitsva négative n° 261 :

est interdit à celui qui a fait l'acquisition d'une servante juive,
de la vendre à autrui.

averoes


Ecrit le 27 juil. 2005, 10:11

Message par averoes »

l y a des hommes qui sont incapables d'approcher Dieu : "ce sont tous les hommes qui n'ont aucune croyance religieuse, ni spéculative, ni traditionnelle, comme les derniers des Turcs à l'extrême nord, les nègres à l'extrême sud et ceux qui leur ressemblent dans nos climats. Ceux-là sont à considérer comme des animaux irraisonnables; je ne les place point au rang des hommes, car ils occupent parmi les êtres un rang inférieur à celui de l'homme et supérieur à celui du singe, puisqu'ils ont la figure et les linéaments de l'homme et un discernement au-dessus de celui du singe"
C'est Maïmonide, une "figure majeure du judaïsme rabbinique", qui dit cela au XIIe siècle

Moïse Maïmonide, « Le Guide des Égarés », Paris, Verdier, 1979.

***************************************************

<< J'insiste sur ces faits -qui apparaissent clairement dès qu'on étudie n'importe laquelle de ces explosions antijuives - car, aujourd'hui, ils sont régulièrement négligés dans les ouvrages d'histoire non spécialisée. Honorable exception: le livre de Hugh Trevor-Roper, The Rise of Christian Europe, Thames and Hudson, Londres, 1965, p. 173-174. Trevor-Roper est aussi l'un des très rares historiens modernes à signaler que les juifs furent longtemps les principaux trafiquants d'esclaves entre l'Europe médiévale (chrétienne et païenne) et le monde musulman (ibidem, p. 92-93). Pour favoriser cette abomination, qu'il ne peut être question de traiter ici, Maimonide autorisa les juifs, au nom de leur religion, à enlever les enfants des gentils pour les vendre>>.

Israel shahak “ histoire juive réligion juive:le poids de trois millénaires chap . IV LE POIDS de L’HISTOIRE page 134

..........<<Un autre fait mérite d'être signalé à ce propos. Un spécialiste juif de l'islam, Bernard Lewis (ançiennement professeur à Londres, enseignant aujourd'hui aux Etats-Unis) a fort bien pu, et semble-t-il en tout bien tout honneur, faire paraître dans Encounter un article montant en épingle de nombreux passages de la littérature islamique qui, à ses yeux, sont dirigés contre les noirs (mais dont aucun, en tout cas, n'approche ne serait-ce que de loin le passage de Maimonide cité plus haut). Il serait tout à fait impossible pour quiconque aujourd'hui, et cela vaut pour les trente dernières années, de traiter, dans quelque publication américaine "respectable" que ce soit, de ce passage ou des nombreuses autres formulations talmudiques injurieuses pour les noirs. Mais sans une critique de toutes les parties, cette attaque contre le seul islam se réduit à une pure et simple diffamation>>.

Israel shahak “ histoire juive réligion juive:le poids de trois millénaires Chap II péjugés et détournements de sens page 64

Benyoz

* [ Aucun rang ] *

Messages : 45
Enregistré le : 17 oct. 2004, 05:37
Localisation : France

Contact :

Ecrit le 28 juil. 2005, 03:06

Message par Benyoz »

Pourquoi voudrais tu que l'esclavage ne soit pas interdit dans le judaïsme alors qu'il n'a jamais encore été interdit en Islam (l'Arabie Saoudite est encore un pays esclavagiste de nos jours) et qu'il n'a été interdit qu'au XIXe siècle dans la chrétienté. Que les monastères avaient leurs cerfs et en amérique du sud, gagné du fric pas la traite d'esclave.

Par contre, si tu veux que ton truc tienne la route historiquement, diversifie tes sources. L'historiographie a fixé ce qui était science ou ce qui ne l'était pas ... même en histoire. Maïmonide n'est pas représentatif du judaïsme (il n'a vécu au fond qu'en Espagne), I.Shahak est désavoué par tous les historiens (même par de bons musulmans et chrétiens). Quant aux principes esclavagistes de l'occident et du monde musulman, tu I.shahak se gourre. Il se fit de lire le concile de Latran II pour démontré le contraire. De plus l'esclavagisme en terre d'islam fut une spécialité turque et perse.
Quant aux mitzvot que tu cites, elles appartiennent au Tanakh (un texte antique, donc esclavagiste par nature ... Platon était pr l'eslavage comme Aristote ...)

Tu sais quoi, inscris toi en fac d'histoire ... on en reparlera après.

IIuowolus

* [ Aucun rang ] *

Messages : 10586
Enregistré le : 09 avr. 2004, 04:11
Localisation : CH

Contact :

Ecrit le 28 juil. 2005, 07:43

Message par IIuowolus »

En tant qu'esclave je préfére connaître mon maitre que l'on me donne l'impression d'être libre et de ne pas avoir de maître.

averoes


Ecrit le 28 juil. 2005, 07:53

Message par averoes »

Benyoz a écrit :(un texte antique, donc esclavagiste par nature ...

.


comme la priere esclavagiste yizkor :!:




<img src="http://www.ifrance.fr/yizkor/infojuive1993-1.jpg" align="left">
SOURCE :supplement of jewish information N° 128
edited by israelit consistorial association of Paris(1993-1994=5754)
page 125
Posfaced by Alain GOLDMAN
grand Rabbi of Paris

********************************************************
genese 35:23
Les fils de Léa : le premier-né de Jacob, Ruben, puis Siméon, Lévi, Juda,
Issachar et Zabulon
genese 35:24
Les fils de Rachel : Joseph et Benjamin
genese 35:25
Les fils de Bilha, la servante de Rachel : Dan et Nephtali.
genese 35:26
Les fils de Zilpa, la servante de Léa : Gad et Asher. Tels sont les fils qui
furent enfantés à Jacob en Paddân-Aram.
********************************************************
comme vous constarez les juifs de nos jours excluent de leur priere du YIZKOR=du souvenir leur deux matriarches qu'ils appellent servantes (respectivement)de rachel et de léa . je rappel que léa et rachel sont soeurs léa l'ainée et rachel la cadette :!:

================================================== =======
LA PRIERE DU YIZKOR = du souvenir

Daigne L'Eternel se souvenir de l'ame de mon regretté père (selon le cas)
en consideration de l'offrande que je fais pour honorer sa mémoire.
Puisse l'ame de mon regretté père(selon le cas) participer à la vie éternelle auprès
de nos patriarches Abraham,Isaac et Jacob,de nos pieuses mères Sarah,Rebecca,
Rachel et Léa et de tous les justes qui jouissent de la béatitude éternelle.
*************************************************************
pas de discrimination en islam :!:

en islam il y a 5 prieres quotidiennes à la fin de chaque priere les musulmans prient pour toute la famille d'abraham:

ALLAHuma prie pour muhammed et la famille de muhammed comme
tu as prié pour ibrahim et la famille d'ibrahim
ALLAHuma benit muhammed et la famille de mouhammed comme tu as benit ibrahim et la famille d'ibrahim dans les deux mondes
tu es le plus digne d 'éloge et glorieux.

*dans leur priere les musulmans s'adressent à Dieu avec le mot ALLAHuma
ce qui donne en hebreu ELOHim

*************************************************************

THE PRAYER OF the YIZKOR

Deigns The Eternal to remember the soul of my regretted father (according to the case)
in consideration of the offering that I make to honor its memory.
Could the soul of my regretted father(according to the case) to participate in the eternal life beside
our patriarchs Abraham,Isaac and Jacob, our pious mother Sarah,Rebecca,
Rachel and Léa and all the justs that enjoy the eternal beatitude.

===============================================

SEFARAD pronunciation

YIZKOR ELOH-IM NICHMAT (for the father) AVI MORI(his name) (for the mother) IMI MORATI(her name)
BAR(name of his father) CHEHALAKH LEOLAMO
BAT(name of his mother) CHEHALKHA LEOLAMA
BAAVOUR CHEANI
(pronunced by a man) NODER
(pronunced by a woman) NODERET
TSEDAKA
(male) BAADO
(female) BAADA
BISKHAR ZE TEHI
(male) NAFCHO
(female) NAFCHA
TSEROURA
BITSROR HA'HAIM IM NICHMOT AVRAHAM YIT'HAK VEYAAKOV SARA RIVKA RA'HEL VELEA
VEIM CHEAR TSADIKIM VETSADKANIOT CHEBEGAN EDEN VENOMAR. Amen
===============================================

ASHKENAZI pronunciation

YIZKOR ELOH-IM NICHMAS (for the father) AVI MORI(his name) (for the mother) IMI MOROSSI(her name)
BAR(name of his father) CHEHOLAKH
BAS(name of his mother) CHEHOKHO
LEOLOMO BAAVOUR CHEANI
(pronunced by a man) NODER
(pronunced by a woman) NODERES
TSEDEKO BAADO

BISKHAR ZE TEHI
NAFCHO

TSEROURO
BITSROR HA'HAIM IM NICHMOS AVROHOM YITS'HOK VEYAAKOV SORO RIVKO RA'HEL VELEO
VE IM CHEAR TSADIKIM VETSADKANIOS CHEBEGAN EDEN VENOMAR. Amen
************************************************************
<img src="http://www.ifrance.fr/yizkor/yizkor3.jpeg">

averoes


Ecrit le 28 juil. 2005, 08:20

Message par averoes »

Benyoz a écrit :
... Maïmonide n'est pas représentatif du judaïsme (il n'a vécu au fond qu'en Espagne)



« Maïmonides -Kritik der Jüdischen Glaubenslehre »(Maïmonide -Critique de la dogmatique juive)

Comment Maimonide se représentait-il l'avenir ? La réponse est donnée par les partis juifs actuels dont il est le fondateur spirituel. Quel est le sens de cette conception de l'avenir ? C'est le Ziddok ha-din en français: la justification du jugement ......................

Qui est le fondateur spirituel du Judaïsme libéral ? Maïmonide.Car il est le père du « progrès des lumières ». C'est ce qui intéresse les libéraux, car ils veulent épurer la foi. Ce qu'ils font, ils le font radicalement. Le résultat en est qu' : « un judaïsme épuré et un christianisme épuré sont une seule et même chose »...........................

Qui est le fondateur spirituel de l'orthodoxie ? Maimonide. Car il est l'inventeur de l'explication de la Thora en partant des connaissances du siècle. L'orthodoxie assimilatrice s'est saisie avec avidité de cette méthode. Elle est en effet impayable: on reste stérile, mais néanmoins on progresse avec son temps, c'est-à-dire avec les succès des non-juifs. (...). ............................

Et surtout on ne prononce pas ce blasphème : que la déclaration Balfour - un geste politique né de l'intérêt égoïste de la Grande-Bretagne - est « le doigt de Dieu dans l'Histoire ». !
Qui est le fondateur spirituel du sionisme ? Maïmonide. Il vint plus tôt que Théodore HERZL. Maïmonide a une idéologie des temps messianiques qui ne diffère que très peu de l'actualité sioniste. Dans le Talmud il y a l'idée très claire que les temps messianiques se différencient des temps précédents uniquement par la fin dans le monde entier de l'oppression des Juifs. Maïmonide n'en demande pas tant. La renaissance politique en Palestine qui s'opère sans miracles, lui suffit. Un fils de David se présentera à un moment favorable de l'histoire et fondera en Palestine un Etat juif. Assurément, l'esprit des hommes sera orienté vers la reconnaissance de la philosophie aristotélienne ; sur ce point, Maïmonide ne badine pas. Pour le reste, il est indulgent : le cours normal, naturel du monde reste garanti. Et l'Apocalyptique ? Les miracles messianiques des prophètes ?, demande le lecteur fidèle de la Bible. Maïmonide sourit: Qui donc va ainsi prendre les prophètes au mot !........................

Un pronostic :

le sionisme est le prélude à l'introduction du christianisme en Palestine.
Par conséquent, la perspective d'avenir des sionistes ? Ils s'envoleront du pays comme, autrefois, leurs prédécesseurs.


plus :arrow: http://quebectech.darktech.org:8080/rel ... te&p=49367

Benyoz

* [ Aucun rang ] *

Messages : 45
Enregistré le : 17 oct. 2004, 05:37
Localisation : France

Contact :

Ecrit le 28 juil. 2005, 17:13

Message par Benyoz »

1°) Maïmonide n'est tjrs pas représentatif de l'orthodoxie
Bcp de juifs ne suivent pas maïmonide mais rabbinu tam (c'est le cas des hassidim NON loubavitch). Etant karaïte, je suis plutot Yuda HaLevi.
Bref, c'est pas tout le monde ... t'es pas si stupide que ça pour comprendre que le judaïsme est pluraliste comme peut l'être le christianisme et l'islam.
Ou alors tu es très très très révisioniste. Son idéologie n'a rien à voir avec le sionisme (le premier mouvement sioniste c'était 3 siècles après maïmonide avec les sages de Safed, les kabbalistes autour de I.Luria). Tu sais au lieux de lire des livres révisionnistes, lis les bouquins de Maïmonide lui-même. Je sais pas quelle est ta religion, mais si je l'étudiais avec les pires bouquins tu aurais vite un ulcère.



2°) La prière
Rien de discriminatoire, c'est pour se souvenir de ces propres parents (sinon pourquoi à ton avis .. nom du père, nom de la mère). Si tu connaissais un minimum la bible, tu saurais que les esclaves de Rachel et Léa, leur descendance ont compté dans les deux tribus (Asher et Gad avait mm des territoires immense par rapport à Levi qui n'en avait pas et à Binyamin qui avait un mini parcelle). Des esclaves dans l'antiquité ? Tout le monde en avait ... mm les chrétiens ... mm les musulmans ... c'est un faux procès. Et toute la classe scientifique le reconnait ... sauf toi.

Tu n'es qu'un pauvre type, révisionniste à l'extreme. Je ne vais mm plus me fatiguer à te répondre et j'espère que le modérateur prendra des sanctions.

averoes


Ecrit le 29 juil. 2005, 09:04

Message par averoes »

Benyoz a écrit :Tu sais au lieux de lire des livres révisionnistes, lis les bouquins de Maïmonide lui-même.
Tu n'es qu'un pauvre type, révisionniste à l'extreme. Je ne vais mm plus me fatiguer à te répondre et j'espère que le modérateur prendra des sanctions.


le sionisme et l'existence de son Etat fondé dans le sang et l'iniquité, comme l'a fait le prophète Michée (3),

9. - Ecoutez donc ceci chefs de la Maison de Jacob, et princes de la maison d'Israël, vous qui avez en horreur la justice et qui pervertissez tout ce qui est droit,

10. - VOUS QUI RATISSEZ SION AVEC LE SANG, ET JÉRUSALEM AVEC L'INIQUITÉ!

Il. - Et ils osent s'appuyer sur l'Eternel, ils disent : l'Eternel n'est pas au milieu de nous ? Le Malheur ne
nous atteindra pas.

12. - C' est pourquoi, à cause de VOUS, Sion sera labourée comme un champ, Jérusalem deviendra un monceau de pierres et la montagne du temple une colline couverte de bois

averoes


Ecrit le 29 juil. 2005, 09:10

Message par averoes »

Benyoz a écrit :.

Par contre, si tu veux que ton truc tienne la route historiquement, diversifie tes sources. L'historiographie a fixé ce qui était science ou ce qui ne l'était pas ... même en histoire. Tu sais quoi, inscris toi en fac d'histoire ... on en reparlera après.


De nombreux passages de la Bible illustrent la soumission de peuples entiers mis de force au service des fils d'Israël. Ainsi, afin de n'être pas exterminés, les Gabbaonites se laissent réduire en esclavage: "Les princes leur dirent: "qu'ils vivent, mais qu'ils soient coupeurs de bois et puiseurs d'eau pour toute la communauté". Et ils sont coupeurs de bois et puiseurs d'eau pour la communauté de Yahvé, jusqu'à ce jour, selon ce qu'avaient dit les princes à leur sujet" (Jos 9,21) (mais l'esclavage n'épargne pas la mort : à leur tour les Gabbaonites seront massacrés (2 Sam 21,1». Les Moabites, quant à eux, subissent la loi de David: "Il (David) battit les Moabites et les mesura au cordeau en les faisant coucher par terre; il en mesurait deux cordeaux pour la mort et un plein cordeau pour la vie. Les Moabites devinrent pour David des esclaves apportant tribut" (2 Sam 8,2). Les Araméens subiront à leur tour l'esclavage (2 Sam 8,6), de même que les Edomites: " David se fit un nom, quant, à son retour, il battit les Edomites dans la vallée du Sel, au nombre de dix-huit mille. Il mit des préfets dans Edom -dans tout Edom il mit des préfets
et tous les Edomites devinrent pour David des esclaves" (2 Sam 8,13-14).

averoes


Ecrit le 29 juil. 2005, 09:14

Message par averoes »

Benyoz a écrit :.

Par contre, si tu veux que ton truc tienne la route historiquement, diversifie tes sources. L'historiographie a fixé ce qui était science ou ce qui ne l'était pas ... même en histoire. Tu sais quoi, inscris toi en fac d'histoire ... on en reparlera après.


[/quote]
la législation de l'Ancien Testament s'intéresse moins aux "cheptels" d'esclaves qu'à la servitude individuelle qui peut s'exercer semble-t-il dans un cadre restreint.
Il faut ici distinguer deux types d'esclaves: l'esclave hébreux, qui n'en est pas véritablement un, et l'esclave étranger. Il ne s'agit pas de n'importe quel étranger,C'est souvent le guer.

Chez l'esclave comme partout ailleurs, la différence d'origine conditionne la différence de traitement. C'est que l'Hébreu, même esclave, est un être saint promis au service de Dieu, au contraire de l'étranger qui, dans certaines conditions et lorsqu'il n'est pas trop souillé, peut être au service de l'Israélite. Le saint est aussi le prochain à qui s'applique le code social communautaire, non le lointain qui mérite le châtiment divin et donc, en avant goût, celui des hommes.

Franck

[Religion] Aucune [Organisation] Aucune

Messages : 277
Enregistré le : 14 nov. 2004, 07:35
Localisation : France

Ecrit le 29 juil. 2005, 09:17

Message par Franck »

Pour ceux qui veulent connaître les 613 Commandements juifs sa ce passe par ici

http://www.rabbinat.qc.ca/nsite/bible/613.htm

averoes


Ecrit le 29 juil. 2005, 09:18

Message par averoes »

Benyoz a écrit :.

Par contre, si tu veux que ton truc tienne la route historiquement, diversifie tes sources. L'historiographie a fixé ce qui était science ou ce qui ne l'était pas ... même en histoire. Tu sais quoi, inscris toi en fac d'histoire ... on en reparlera après.


les Hébreux selon le Lévitique: ceux-ci sont les serviteurs de Yahvé, ils ne peuvent l'être d'aucun homme. Avant que cette affirmation soit formulée, les textes de l'Exode vont s'appliquer à adoucir la servitude de l'Hébreu lorsqu'elle existe. Ainsi un Hébreu ne peut être esclave plus de six ans: "Lorsque tu achèteras un esclave hébreu, il servira six années; la septième, il s'en ira libre, sans rien payer" (Ex 21,2). Il se peut que cet esclave ait alors femme et enfants. Deux cas sont envisagés: l'esclave était déjà marié avant sa servitude, alors femme et enfants partiront avec lui; c'est le maître qui lui a donné une femme et alors elle restera auprès du maître ainsi que sa progéniture (Ex 21,3-4). Dans ce deuxième cas, si l'esclave veut rester auprès de sa femme, de ses enfants, de son maître qu'il "aime", alors: "Son maître le fera approcher de Dieu, ille fera approcher du vantail ou du montant de la porte, son maître lui percera l'oreille au perçoir, et celui-ci le servira à jamais" (Ex 21,6).
L'Exode considère aussi le cas d'une "fille" vendue (par son père probablement) comme "servante" (en fait destinée à devenir une concubine de son maître) (Ex 21 7-11). La législation habituelle ne s'applique pas. Une autre loi est mise en place, loi qui assimile davantage la femme à un étranger. En effet, ici la perspective de libération au bout de la sixième année n'existe pas. Pour cette fille, l'unique chance de retrouver la liberté est de déplaire au maître qui peut la "libérer", terme qui dans le vocabulaire biblique signifie toutefois, selon la Bible Osty, "délivrer contre rançon". Encore faut-il donc trouver preneur, étant entendu que le maître ne peut la vendre à des étrangers, ce qui serait enfreindre la loi prohibant les unions mixtes (Ex 21,8). Le maître peut aussi la destiner à son fils. Le "droit des filles" devra alors s'appliquer normalement. Il peut la garder et prendre une seconde concubine, il ne devra alors en rien la léser: "Il ne retranchera rien de sa nourriture, ni de son vêtement, ni de ses droits conjugaux" (Ex 21,10). Si le maître enfreignait l'une de ces trois obligations, sa servante pourrait s'en aller "sans rien payer, sans donner d'argent" (Ex 21,11).

averoes


Ecrit le 29 juil. 2005, 09:21

Message par averoes »

Benyoz a écrit :.

Par contre, si tu veux que ton truc tienne la route historiquement, diversifie tes sources. L'historiographie a fixé ce qui était science ou ce qui ne l'était pas ... même en histoire. Tu sais quoi, inscris toi en fac d'histoire ... on en reparlera après.


Dans le Lévitique la condition de l'esclave mâle et hébreu s'adoucit tellement qu'il n'en est plus vraiment un : "Si ton frère, près de toi, tombe dans la gène et se vend à toi, tu ne l'assujettiras pas à un travail d'esclave. Il sera chez toi comme un mercenaire, comme un hôte" (Lev 25,39-40). Le lien généalogique, la fraternité mythique, est invoquée dans un premier temps pour justifier ce traitement particulier: on ne maltraite pas son frère. Dans un second temps le Lévitique va invoquer la supériorité ontologique des Hébreux et le rôle particulier qui leur est destiné: l'Israélite est là pour servir Dieu, que d'autres servent les hommes: "car ils sont mes serviteurs, eux que j'ai fait sortir du pays d'Égypte; ils ne doivent pas être vendus comme on vend un esclave. Tu ne domineras pas sur eux avec rigueur, mais tu auras crainte de ton Dieu" (Lev 25,42-43); "Car c'est de moi que les fils d'Israël sont les serviteurs; ils sont mes serviteurs, eux que j'ai fait sortir du pays d'Égypte" (Lev 25,55).

averoes


Ecrit le 29 juil. 2005, 09:28

Message par averoes »

averoes a écrit :
Benyoz a écrit :.

Par contre, si tu veux que ton truc tienne la route historiquement, diversifie tes sources. L'historiographie a fixé ce qui était science ou ce qui ne l'était pas ... même en histoire. Tu sais quoi, inscris toi en fac d'histoire ... on en reparlera après.



la législation de l'Ancien Testament s'intéresse moins aux "cheptels" d'esclaves qu'à la servitude individuelle qui peut s'exercer semble-t-il dans un cadre restreint.
Il faut ici distinguer deux types d'esclaves: l'esclave hébreux, qui n'en est pas véritablement un, et l'esclave étranger. Il ne s'agit pas de n'importe quel étranger,C'est souvent le guer.

Chez l'esclave comme partout ailleurs, la différence d'origine conditionne la différence de traitement. C'est que l'Hébreu, même esclave, est un être saint promis au service de Dieu, au contraire de l'étranger qui, dans certaines conditions et lorsqu'il n'est pas trop souillé, peut être au service de l'Israélite. Le saint est aussi le prochain à qui s'applique le code social communautaire, non le lointain qui mérite le châtiment divin et donc, en avant goût, celui des hommes.


Ainsi Yahvé adresse un satisfecit à celui qui traite humainement son "frère". Son frère, mais pas l'étranger. De fait la condition de ce dernier est toute autre. Il n'est pas considéré comme un être humain: c'est une chose, une "propriété" et les dispositions légales le concernant seront celles des biens matériels: on l'achètera, on le possédera "à jamais", on en héritera: "Le serviteur et la servante que tu auras te viendront des nations qui vous entourent; c'est à elle que vous achèterez serviteurs et servantes. Vous pourrez aussi en acheter parmi les fils des hôtes qui résident chez vous, ainsi que parmi leurs familles qui sont chez vous, ceux qu'ils auront engendré dans votre pays, et ils deviendront votre propriété. Vous les laisserez en héritage à vos fils après vous pour qu'ils les possèdent en propriété; vous les aurez pour esclaves à jamais. Mais pour ce qui est de vos frère, les fils d'Israël; nul d'entre vous ne dominera sur son frère avec rigueur ." (Lev 25,44-46). Pour cet esclave étranger, le seul donc à l'être véritablement, pas de libération au bout de la sixième année, pas d'empêchement à dominer sur lui avec rigueur, pas de "présents" : une "propriété". Ainsi, selon le Talmud, si un esclave païen trouve un objet, celui-ci revient à son maitre. Par contre, si l'esclave est un Israélite Il garde l'objet (traité Baba metzia 1, 1-5) : une chose ne peut être légalement propriétaire d'une autre chose. L'esclave païen porte la marque de son maitre (Gittin 86a). S'il meurt aucune oraison funèbre n'est requise, aucun deuil, aucunes condoléances: sa perte est assimilée à celle d'un âne ou d'un boeuf (Berakhoth 16b).

averoes


Ecrit le 29 juil. 2005, 09:29

Message par averoes »

La définition morale et juridique de l'esclave étranger est posée, son traitement physique en découle. Le Livre des Proverbes donne le ton: "Ce n'est pas avec des paroles qu'on corrige un esclave, même s'il comprend, il n'en tient pas compte" (Prov. 29,19), ou bien: "Si dès l'enfance on dorlote son esclave, il finira par devenir rebelle" (Prov 29,21). L'Ecclésiastique donne quelques précisions: "A l'âne le fourrage, et le bâton, et les fardeaux, au domestique le pain, et la correction, et le travail. Fais travailler ton esclave, et tu trouveras le repos, laisse lui les mains libres, et il cherchera la liberté. Le joug et la lanière font ployer la nuque, et au domestique pervers la torture et la question. Force-le au travail, qu'il ne soit pas oisif, car l'oisiveté enseigne beaucoup de mal: mets-Ie à l'ouvrage selon ce qui lui convient, s'il n'obéit pas, charge ses pieds d'entraves. Mais n'excède envers personne et ne fait rien sans justice" (Sir 33,25-30). Plus loin Ben Sira affirme qu'il ne faut pas avoir honte: "de faire du profit dans une vente à commerçants, de corriger abondamment les enfants, de faire saigner les flancs d'un mauvais domestique" (Sir 42,5). Le prophète Isaïe promet: "Vers toi viendront courbés les fils de ceux qui t'accablaient" (ls 60,14), ils bâtiront des remparts (ls 60,10), feront paitre les troupeaux, laboureront, vendangeront, pendant que la "race bénie de Yahvé" (ls 61,9) s'occupera du culte (ls 61,5). Les Sabéens pour leur part, dit Isaïe à Israël, "défileront chez toi et t'appartiendront", il seront "chargés de chaines", se "prosterneront", ils "supplieront"... (ls 45,14-17).

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Dialogue islamo-chrétien »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : omar13, Saint Glinglin et 31 invités