Emmanuel Macon.... sous le regard d'Hannah Arendt

Sujet d'actualité Au Québec l'accommodement raisonnable, un sujet d'actualité.
Répondre
Pierre-Elie Suzanne

Christianisme [Catholique]
Avatar du membre

Messages : 903
Enregistré le : 14 oct. 2014, 13:32

Emmanuel Macon.... sous le regard d'Hannah Arendt

Ecrit le 07 mars 2017, 14:01

Message par Pierre-Elie Suzanne

Emmanuel Macron.... sous le regard d'Hannah Arendt.

Hannah Arendt (1906-1975) est une philosophe juive, d'origine allemande, naturalisée américaine. Elle a écrit un livre de référence dans les années 60, intitulé :
" Le système totalitaire, les origines du totalitarisme ".
Je suis en train de le relire, dans l'Editions Points (septembre 2005, format poche).

J'ai été littéralement sidéré, stupéfait. Actuellement, en France, nous sommes en pleine campagne électorale pour les présidentielles. La campagne est haineuse, abominable, et globalement les médias nous présentent Emmanuel Macron comme celui qui devrait être élu. Or, Hannah Arendt, qui a écrit dans les années 60 du siècle dernier, ne peut pas être suspecte d'avoir écrit contre (ou pour) un candidat de notre campagne électorale actuelle.

Que dit Hannah Arendt ?
Les caractéristiques qu'Hannah Arendt relève comme points communs de tous les totalitarismes
(stalinisme, nazisme, à un moindre degré fascisme italien de Mussolini)....
correspondent en fait, point pour point, à la situation d'Emmanuel Macon !



Voilà les critères qui caractérisent un régime totalitaire, selon Hannah Arendt :
- Le rejet des partis traditionnels (pages 52-53). Un homme voulant prendre le pouvoir (et un pouvoir qui conduira au totalitarisme) affirme que tous les partis politiques traditionnels sont corrompus et qu'ils doivent être chassés du pouvoir. Certes, ces partis ne peuvent être parfaits, comme toutes institutions humaines, mais l'histoire nous apprend que les organisations qui les remplacent deviennent rapidement infiniment plus dangereuses. Macon est typiquement dans cette lignée. Il n'est ni de droite, ni de gauche, finalement exactement comme Hitler, qui n'était " ni pour la réaction, ni pour le front rouge " (Hymne nazi, Die Fahne hoch).
Comme le parti nazi à son origine (page 47), Macron recrute  ses adeptes en dehors des partis traditionnels. Sa façon de tenir en lisière ceux qui viennent de ces partis et veulent le rejoindre, signale sa préférence pour les gens sans parti.

- Le rejet de la morale traditionnelle (pages 83-84).
Les partis et la société étant corrompus, ainsi qu'on le constate tous les jours (page 85),
les tyrans potentiels présentent  leur rejet de la morale traditionnelle (judeo-chrétienne)- ou même l'absence de moralité-, comme un critère de " séduction des masses " (page 40). Ils vont jusqu'à présenter " le mal ", comme étant " ingénieux " (page 40).
Emmanuel Macron promettant la PMA (procréation médicalement assistée) pour les couples de lesbiennes, entre dans ce cadre. En 2013, la gauche avait juré la main sur le coeur que le Mariage pour tous n'ouvrirait pas la porte à l'homoparentalité assistée par l'état.... Or, c'est cela que nous promet Macron. Après la PMA pour les femmes homosexuelles, comment ne pas être certains que nous arriverons rapidement à la GPA (Gestation Pour Autrui) pour les couples homosexuels hommes.... et pourquoi pas, dans un système totalement libéral, à des fermes des 1000 femmes, où des esclaves à peine rémunérées, porteront des enfants pour des couples homosexuels, qui achèteront les bébés, ....naturellement, s'ils correspondent à leurs critères d'achat. Ce que je dit là ne sort pas de mon imagination délirante : c'est déjà ce qui se passe en Inde !

- Le refus de donner un programme précis, associé à l'affirmation que l'intuition du chef suffit (page 67).
Mussolini n'a jamais eu de programme, même en campagne électorale (page 67). Hitler a été élu en 1933, en refusant jusqu'au bout de donner son programme aux partis concurrents (ils auraient pu en débattre sur le fond) (page 66). Staline a fait louvoyer son programme de façon à adapter le marxisme à ses besoins du moment (p 67). Macron signale que son programme n'en est pas réellement un, mais qu'il s'agit de grands axes qui n'engagent finalement pas sa personne.

- La façon dont Macon a signalé qu'il limogerait ses ministres (BFMTV le 24/2/2017) n'ayant pas les résultats escomptés, est typique de la façon dont les totalitarismes remplacent abruptement les fonctionnaires (page 68) qui n'ont pas donné satisfaction. Le chef crée le mythe d'une union entre lui et son peuple, sans aucun intermédiaire. Macon pourrait dire à ses partisans, comme Hitler à ses SA : " Tout ce que vous êtes, vous l'êtes à travers moi ; tout ce que je suis, je le suis seulement au travers de vous " (page 68).

- La capacité initiale à séduire les élites intellectuelles (page 55, 56)  et particulièrement des artistes.
Les bourgeoisies industrielle et intellectuelle ont soutenu (financièrement) Hitler au début, convaincus qu'ils pourraient le manipuler à leur profit en surfant sur le dégoût des masses envers les partis traditionnels. Des philosophes (même Heidegger) ont été séduits à l'origine par son parcours et ses promesses. Le rôle des artistes a été essentiel dans le soutien apporté à Hitler, au point que Konrad Heiden (page 56) un historien du nazisme a pu parler d'une "armée de bohèmes" . Emmanuel Macron soutenu par Pierre Berger, et par toute une élite artistique nihiliste rejetant la morale traditionnelle catholique, est exactement dans cette lignée.

- Le mythe du mouvement.... étrange miroir d'En marche (pages 69, 132).
Les systèmes totalitaires fonctionnent à partir de mythes, dont l'un d'eux serait que le monde est divisé en deux groupes : celui qui est en mouvement, opposé à celui de l'immobilisme où se retrouvent tous les opposants. Le choix du nom du mouvement fondé par Macron reprend étrangement le même mythe : EN MARCHE !

- Le rejet de l'histoire et la reconstruction d'une histoire pour imbéciles, basées sur l'ignorance des faits réels du passé (page 81).
Si à l'origine ils séduisent les élites, les totalitarismes savent également recruter parmi les gens du peuple les moins instruits. Ils inventent pour séduire leurs adeptes des classes populaires une histoire simplifiée, tendancieuse, au service de leurs mythes et qui méconnaît la réalité du passé (page 79).
E. Macon lors de son voyage en Algérie a donné un bon exemple de ce mépris de l'histoire, instrumentalisée dans le but de séduire un électorat issu de l'immigration maghrébine.

- Le rejet de la culture. " Quand j'entends le mot culture, je sors mon revolver " a dit un intellectuel sympathisant nazi (page 72). Étrange parallèle avec la proclamation de Macron disant qu'il n'y avait " pas de culture française, mais juste des cultures en France ".  

- Sociologiquement, les régimes totalitaires séduisent à l'origine une élite financière, intellectuelle et artistique, associée aux couches les plus populaires de la société (pages 71, 80). Les classes moyennes, ou de la petite bourgeoisie, déjà organisées en partis ou en associations professionnelles, religieuses, ou politiques, sont exclus de son recrutement initial (page 71). La sociologie des adhérents d'En Marche, reprend la même structure.

- Une sexualité en dehors de la morale bourgeoise (page 88).
Hannah Arendt décrit les dirigeants nazis comme ayant une structure psychique particulière (psychopathique), y compris parfois dans leur sexualité.
Emmanuel Macron a une  sexualité pour le moins atypique. Il nous donne là un éclairage particulier sur son psychisme. Il convole ainsi avec une femmes divorcée, mère de 3 enfants de son âge et qui a 24 ans de plus que lui. C'est naturellement son droit, mais cela nous renseigne pourtant sur sa personnalité. Encore un point commun avec les dirigeants qui ont fondé des régimes totalitaires.


Emmanuel Macon, son épouse et son staff, n'ont certainement pas conscience des points communs entre leur aventure politique,
et celle des grands dictateurs du XXe siècle.

Par leur désir de prendre le pouvoir, ils ont  repris - certainement sans le vouloir - des tactiques utilisées dans le passé par ceux qui sont devenus des dictateurs.

Le mouvement En Marche de d' Emmanuel Macon,
(relevons au passage les prémices du culte de la personnalité qui conduit à donner les  initiales du nom du chef à son propre mouvement)
présente donc toutes les caractéristiques d'un mouvement totalitaire.


Soyons donc méfiants et réfléchis.

Intuitivement, je trouvais que le personnage de Macron sonnait faux.
Hannah Arendt m'a permis de décrire en concepts intellectuels,
ce qui n'était qu'un ressenti intuitif.


Je vous livre donc mes réflexions.

Pierre-Elie Suzanne.
7 mars 2017.
L'archéologie et la science peuvent-elles nous renseigner sur les monothéismes ?
Télécharger en PDF en cliquant sur HISTOIRE ILLUSTRÉE DES MONOTHÉISMES

Marmhonie

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 11544
Enregistré le : 24 avr. 2013, 09:34

Re: Emmanuel Macon.... sous le regard d'Hannah Arendt

Ecrit le 07 mars 2017, 14:12

Message par Marmhonie

Macron totalitaire ?
Fillon, Le Pen, d'accord.
Mais Macron ? Ce n'est pas sérieux.

Navam

[Religion] Aucune [Organisation] Aucune
Avatar du membre

Messages : 3054
Enregistré le : 22 déc. 2014, 10:09

Re: Emmanuel Macon.... sous le regard d'Hannah Arendt

Ecrit le 07 mars 2017, 14:33

Message par Navam

Le fameux gars anti-système ... J'ai bien ris en entendant ça !

Au plaisir !
« L'erreur ne devient pas vérité parce qu'elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit. » (Gandhi)
« En vérité il y a autant de religions que d'individus sur cette terre.» (Gandhi)

prisca

[ Christianisme ]
Avatar du membre

Messages : 11393
Enregistré le : 25 oct. 2016, 13:41

Re: Emmanuel Macon.... sous le regard d'Hannah Arendt

Ecrit le 07 mars 2017, 14:45

Message par prisca

Macron a le regard hagard, comme s'il est plongé dans son rêve éveillé, de se voir haut, un mégalomane pour moi, aucun doute là dessus, il voue un culte à la personnalité jusqu'à dire aux pieds noirs qu'il a offensés, après leur avoir dit "criminels de l'humanité" quel bourde pour quelqu'un qui se dit intelligent, et pour se racheter le voilà levant les bras comme De Gaulle le fait et disant "Je vous ai compris".

Comment ose t il faire sien une phrase de De Gaulle ? C'est un grand malade, et le voir hurlant comment le tumulte peut il faire des adeptes ? Oui il a des mimiques aussi de ce hitler, c'est vrai, endoctrineur mais surement pas un homme de bien.

Au large ce genre de personnage.
Modifié en dernier par prisca le 07 mars 2017, 14:51, modifié 1 fois.
23 "Quiconque nie le Fils n'a pas non plus le Père; quiconque confesse le Fils a aussi le Père".
Dieu nous a créés à son image, mais l'image de Dieu par Jésus donc nous ressemblons à Jésus puisque Jésus est l'image de Dieu ne fait pas de Jésus un homme, mais laisse Jésus être qui Il est à savoir Dieu.

Pierre-Elie Suzanne

Christianisme [Catholique]
Avatar du membre

Messages : 903
Enregistré le : 14 oct. 2014, 13:32

Re: Emmanuel Macon.... sous le regard d'Hannah Arendt

Ecrit le 07 mars 2017, 14:50

Message par Pierre-Elie Suzanne

Marmhonie a écrit :Macron totalitaire ?
Fillon, Le Pen, d'accord.
Mais Macron ? Ce n'est pas sérieux.

Je ne pensais pas en ouvrant le livre d'Hannah Arendt arriver à une pareille conclusion. A vrai dire, je ne pensais pas du tout à la politique actuelle, quand j'ai ouvert ce livre ce weekend.
J'ai pourtant été estomaqué de voir qu'Emmanuel Macron cochait toutes les cases du totalitarisme,
alors que ni François Fillon, ni même Marine Le Pen, ne correspondaient aux critères définis par Hannah Arendt comme constitutionnels du totalitarisme.

Relisez soigneusement la synthèse que j'en ai faite... c'est hallucinant de concordance.
J’ajouterais que l'évident narcissisme d'Emmanuel Macron, ne prédispose pas à le croire respectueux d'autrui.
Le jeune homme est trop souriant pour être honnête. C'est un masque séduisant, sur une personnalité en abysse.... qui ne promet pas du tout de lendemains qui chantent.

Soyons très prudents avant de lui donner nos suffrages.... Emmanuel Macron n'a jamais fait ses preuves nulle part, n'a jamais été élu. Il était totalement inconnu il y a deux ans. Il est extrêmement imprudent de lui donné le pouvoir, un pouvoir si absolu, tel qu'il est réservé au président dans la Ve république.


Comme le dit le message juste au dessus, Macron manifeste un mépris absolu d'autrui, un mépris de l'histoire, un mépris de la vérité, un mépris des traditions françaises..... il est manifestement aussi dangereux qu'il est narcissique....
L'archéologie et la science peuvent-elles nous renseigner sur les monothéismes ?
Télécharger en PDF en cliquant sur HISTOIRE ILLUSTRÉE DES MONOTHÉISMES

J'm'interroge

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar du membre

Messages : 7937
Enregistré le : 03 sept. 2013, 06:33

Re: Emmanuel Macon.... sous le regard d'Hannah Arendt

Ecrit le 09 mars 2017, 13:51

Message par J'm'interroge

Navam a écrit :Le fameux gars anti-système ... J'ai bien ris en entendant ça !

Au plaisir !
Oui lol ! Moi aussi !

:lol:

Lui qui travaille pour les Rothschild %, qui a la banque derrière lui et toute la propagande médiatique de son coté.

En effet, la propagande aujourd'hui, pour qui roule-t-elle ? Il faut toujours regarder vers qui se porte l'intérêt des 0,00001 %, ceux qui possèdent les banques et pour qui roulent la propagande médiatique.

C'était la même chose avec Giscard...
UNE INTELLIGENCE OU UNE CONSCIENCE NÉCESSITE UN ORDRE STRUCTURAL, MAIS L'INVERSE N'EST PAS VRAI.

TOUT APPARAÎTRE LIÉ, TOUTE COMPRÉHENSION-CONCEPTION, NÉCESSITE UN ORDRE EN SOI LES PERMETTANT.


Réalités fondamentales = les structures en soi
Réalités phénoménales = les apparaîtres en tant que tels
Réalités abstraites = les formulés-compris

Navam

[Religion] Aucune [Organisation] Aucune
Avatar du membre

Messages : 3054
Enregistré le : 22 déc. 2014, 10:09

Re: Emmanuel Macon.... sous le regard d'Hannah Arendt

Ecrit le 09 mars 2017, 13:56

Message par Navam

J'm'interroge a écrit : Oui lol ! Moi aussi !

:lol:

Lui qui travaille pour les Rothschild %, qui a la banque derrière lui et toute la propagande médiatique de son coté.

En effet, la propagande aujourd'hui, pour qui roule-t-elle ? Il faut toujours regarder vers qui se porte l'intérêt des 0,00001 %, ceux qui possèdent les banques et pour qui roulent la propagande médiatique.

C'était la même chose avec Giscard...
Salut J'mi,

C'est clair ! Il faut toujours se poser cette question. Ces politiques ne sont que des pions au service des banques et de quelques multinationales ...

Au plaisir l'ami !
« L'erreur ne devient pas vérité parce qu'elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit. » (Gandhi)
« En vérité il y a autant de religions que d'individus sur cette terre.» (Gandhi)

hérétique

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 640
Enregistré le : 23 nov. 2015, 19:03

Re: Emmanuel Macon.... sous le regard d'Hannah Arendt

Ecrit le 10 mars 2017, 13:50

Message par hérétique

Pierre-Elie Suzanne a écrit :J'ai pourtant été estomaqué de voir qu'Emmanuel Macron cochait toutes les cases du totalitarisme,
Relisez soigneusement la synthèse que j'en ai faite... c'est hallucinant de concordance.
Il ne coche pas toutes les cases !

Voilà les critères qui caractérisent un régime totalitaire, selon Hannah Arendt :
- Le rejet des partis traditionnels (pages 52-53). Un homme voulant prendre le pouvoir (et un pouvoir qui conduira au totalitarisme) affirme que tous les partis politiques traditionnels sont corrompus et qu'ils doivent être chassés du pouvoir. Certes, ces partis ne peuvent être parfaits, comme toutes institutions humaines, mais l'histoire nous apprend que les organisations qui les remplacent deviennent rapidement infiniment plus dangereuses. Macon est typiquement dans cette lignée. Il n'est ni de droite, ni de gauche, finalement exactement comme Hitler, qui n'était " ni pour la réaction, ni pour le front rouge " (Hymne nazi, Die Fahne hoch).
Comme le parti nazi à son origine (page 47), Macron recrute  ses adeptes en dehors des partis traditionnels. Sa façon de tenir en lisière ceux qui viennent de ces partis et veulent le rejoindre, signale sa préférence pour les gens sans parti.
Il ne dit pas que les parties que les partis traditionnel sont corrompus, et il regroupe pas mal de gens des partis traditionnels.

- Le rejet de la morale traditionnelle (pages 83-84).
Les partis et la société étant corrompus, ainsi qu'on le constate tous les jours (page 85),
les tyrans potentiels présentent  leur rejet de la morale traditionnelle (judeo-chrétienne)- ou même l'absence de moralité-, comme un critère de " séduction des masses " (page 40). Ils vont jusqu'à présenter " le mal ", comme étant " ingénieux " (page 40).
Emmanuel Macron promettant la PMA (procréation médicalement assistée) pour les couples de lesbiennes, entre dans ce cadre. En 2013, la gauche avait juré la main sur le coeur que le Mariage pour tous n'ouvrirait pas la porte à l'homoparentalité assistée par l'état.... Or, c'est cela que nous promet Macron. Après la PMA pour les femmes homosexuelles, comment ne pas être certains que nous arriverons rapidement à la GPA (Gestation Pour Autrui) pour les couples homosexuels hommes.... et pourquoi pas, dans un système totalement libéral, à des fermes des 1000 femmes, où des esclaves à peine rémunérées, porteront des enfants pour des couples homosexuels, qui achèteront les bébés, ....naturellement, s'ils correspondent à leurs critères d'achat. Ce que je dit là ne sort pas de mon imagination délirante : c'est déjà ce qui se passe en Inde !
Rejet de la moral traditionnelle !? De quelle tradition ?
Rien ne prouve qu'il n'a pas de moralité, bien au contraire.

Vous êtes un peu malhonnête avec la PMA, et surtout la GPA. Ceux qui font le plus appel à la GPA sont les couples hétérosexuel !

- Le refus de donner un programme précis, associé à l'affirmation que l'intuition du chef suffit (page 67).
Mussolini n'a jamais eu de programme, même en campagne électorale (page 67). Hitler a été élu en 1933, en refusant jusqu'au bout de donner son programme aux partis concurrents (ils auraient pu en débattre sur le fond) (page 66). Staline a fait louvoyer son programme de façon à adapter le marxisme à ses besoins du moment (p 67). Macron signale que son programme n'en est pas réellement un, mais qu'il s'agit de grands axes qui n'engagent finalement pas sa personne.
Il me semble bien qu'il a donné son programme, ou plutot son "projet" comme il l'appelle
- La façon dont Macon a signalé qu'il limogerait ses ministres (BFMTV le 24/2/2017) n'ayant pas les résultats escomptés, est typique de la façon dont les totalitarismes remplacent abruptement les fonctionnaires (page 68) qui n'ont pas donné satisfaction. Le chef crée le mythe d'une union entre lui et son peuple, sans aucun intermédiaire. Macon pourrait dire à ses partisans, comme Hitler à ses SA : " Tout ce que vous êtes, vous l'êtes à travers moi ; tout ce que je suis, je le suis seulement au travers de vous " (page 68).
C'est aussi commun avec le populisme éléctoraliste.
- La capacité initiale à séduire les élites intellectuelles (page 55, 56)  et particulièrement des artistes.
Les bourgeoisies industrielle et intellectuelle ont soutenu (financièrement) Hitler au début, convaincus qu'ils pourraient le manipuler à leur profit en surfant sur le dégoût des masses envers les partis traditionnels. Des philosophes (même Heidegger) ont été séduits à l'origine par son parcours et ses promesses. Le rôle des artistes a été essentiel dans le soutien apporté à Hitler, au point que Konrad Heiden (page 56) un historien du nazisme a pu parler d'une "armée de bohèmes" . Emmanuel Macron soutenu par Pierre Berger, et par toute une élite artistique nihiliste rejetant la morale traditionnelle catholique, est exactement dans cette lignée.
Ce qui vous chagrine c'est "rejetant la morale traditionnelle catholique" ! Pas que certain artiste le soutiennent.

- Le mythe du mouvement.... étrange miroir d'En marche (pages 69, 132).
Les systèmes totalitaires fonctionnent à partir de mythes, dont l'un d'eux serait que le monde est divisé en deux groupes : celui qui est en mouvement, opposé à celui de l'immobilisme où se retrouvent tous les opposants. Le choix du nom du mouvement fondé par Macron reprend étrangement le même mythe : EN MARCHE !
lol Quand on est liberal ou progressiste, on évite les slogans suggérant l'immobilisme !
- Le rejet de l'histoire et la reconstruction d'une histoire pour imbéciles, basées sur l'ignorance des faits réels du passé (page 81).
Si à l'origine ils séduisent les élites, les totalitarismes savent également recruter parmi les gens du peuple les moins instruits. Ils inventent pour séduire leurs adeptes des classes populaires une histoire simplifiée, tendancieuse, au service de leurs mythes et qui méconnaît la réalité du passé (page 79).
E. Macon lors de son voyage en Algérie a donné un bon exemple de ce mépris de l'histoire, instrumentalisée dans le but de séduire un électorat issu de l'immigration maghrébine.
Une remarque éléctoraliste certes (pas seulement "l'immigration maghrébine") mais beaucoup moins simplistes que vous le prétendez.
- Le rejet de la culture. " Quand j'entends le mot culture, je sors mon revolver " a dit un intellectuel sympathisant nazi (page 72). Étrange parallèle avec la proclamation de Macron disant qu'il n'y avait " pas de culture française, mais juste des cultures en France ".
 

lol Nierez-vous qu'il y a des cultures en France ?
Qu'il ne comprenne pas la culture comme vous le faites ne veut pas dire qu'il soit contre la culture... ça ne colle pas du tout avec le personnage.
- Sociologiquement, les régimes totalitaires séduisent à l'origine une élite financière, intellectuelle et artistique, associée aux couches les plus populaires de la société (pages 71, 80). Les classes moyennes, ou de la petite bourgeoisie, déjà organisées en partis ou en associations professionnelles, religieuses, ou politiques, sont exclus de son recrutement initial (page 71). La sociologie des adhérents d'En Marche, reprend la même structure.
Pas du tout. Il s'adresse a la classe moyenne/moyenne superieur des centre-villes et non au couche populaire.
- Une sexualité en dehors de la morale bourgeoise (page 88).
Hannah Arendt décrit les dirigeants nazis comme ayant une structure psychique particulière (psychopathique), y compris parfois dans leur sexualité.
Emmanuel Macron a une  sexualité pour le moins atypique. Il nous donne là un éclairage particulier sur son psychisme. Il convole ainsi avec une femmes divorcée, mère de 3 enfants de son âge et qui a 24 ans de plus que lui. C'est naturellement son droit, mais cela nous renseigne pourtant sur sa personnalité. Encore un point commun avec les dirigeants qui ont fondé des régimes totalitaires.
lol La bonne morale femme + maitresse ? Madame à la maison, monsieur au bordel ?

Le mouvement En Marche de d' Emmanuel Macon,
(relevons au passage les prémices du culte de la personnalité qui conduit à donner les  initiales du nom du chef à son propre mouvement)
présente donc toutes les caractéristiques d'un mouvement totalitaire.
On n'avez pas fait la même remarque au 1er président de la 5e république ?


Faut arrêter le vin de messe

Répondre

Retourner vers « GÉNÉRAL Libre »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 25 invités

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message