Le culte des pierres noires dans le monde(première partie)

Forum Chrétien / Musulman / Judaisme Bible -Thora face au Coran. Lire la charte du forum religion.

Règles du forum
Le dialogue interreligieux est une forme organisée de dialogue entre des religions ou spiritualités différentes. Ultérieurement, la religion a considéré l'autre comme n'étant pas la vérité révélée. C'est ainsi que les premiers contacts entre l'islam et le christianisme furent souvent difficiles, et donnèrent lieu à des guerres impitoyables comme les croisades.
Répondre
Medhi el dar el kufr

* [ Aucun rang ] *

Messages : 391
Enregistré le : 24 avr. 2004, 06:30

Le culte des pierres noires dans le monde(première partie)

Ecrit le 19 déc. 2004, 14:55

Message par Medhi el dar el kufr »

La pierre, comme élément de la construction, est liée à la sédentarisation des peuples et à une sorte de cristallisation cyclique. Elle joue un rôle important dans les relations entre le ciel et la terre : à la fois par les pierres tombées du ciel et par les pierres dressées ou entassées(mégalithes, bétyles, cairns) Les pierres tombées du ciel sont d'ailleurs très souvent, instrument d'un oracle ou d'un message. Il s'agit le plus souvent d'aérolithes, telles la pierre noire de cybèle et plusieurs de ses homologues grecques, le palladium de Troie, le bouclier, des Saliens, la pierre noire que la dalaï Lama reçut du roi du monde ou la pierre noire enchassée de la Kaa'ba à la mecque.
Nous allons voir les convergences et la singularité de ces différentes cultes ayant pour socle des pierres noires

1° la pierre noire de Cybèle
La pierre noire est censé symboliser la déesse cybèle. En effet, la pierre représente à la perfection les attributs de cette déesse de la terre, fille du ciel, épouse de Saturne, mère de Jupiter, de Junon, de Neptune, de Pluton car Cybéle symbolise l'énergie enfermée dans la terre.

Elle a engendré les dieux des quatre éléments. Elle est la source primordiale, chthonienne, de toute fécondité. Son char est traîné par des lions; ce qui signifie qu'elle maîtrise, ordonne et dirige la puissance vitale. Elle est parfois couronnée d'une étoile a sept branches, ou d'un croissant de lune, signes de son pouvoir sur les cycles de l'évolution biologique terrestre.

Son culte, originaire de pergame, devient un culte officielle de rome à la suite d'une menace sur la ville éternelle.
Tite-Live nous fait part de l'adoption par Rome, en 204 av. J.-C., de la déesse de Phrygie (Histoire romaine, XXIX, 14) : Afin de protéger Rome de l'avancée de l'armée d'Hannibal, après avoir consulté les Oracles Sibyllins, des ambassadeurs avaient été envoyés dans la capitale phrygienne, Pessinonte (ou Pessinus) afin que la grande déesse orientale vienne protéger Rome contre Hannibal. Pessinonte dépendait du roi de Pergame Attale et ce dernier retourna à Rome une pierre noire sensée être l'habitacle de la déesse. Les Romains l'installèrent la veille des ides d’avril dans le temple de la Victoire sur la colline du Palatin. Et, peu de temps après, Scipion triompha d’Hannibal à Zama.Le départ de Cybèle pour Rome, malgré les réticences du roi de Pergame, est conté par Ovide (Fastes, IV, 223 et 364 et s.). Son arrivée à Rome, sous la forme d'un aérolithe, que Publius Scipion vint prendre, au nom du Sénat, à Ostie, sur les bateaux des prêtres fait l'objet d'un récit d'Arnobe (Contre les Nations, V).
Après la défaite d'Hannibal, les romains construisirent un temple à Cybèle sur le sommet du Palatin et on institua des jeux en son honneur
(ludi Megalenses = jeux mégalésiens) qui vont commémorer chaque année, du 4 au 10 avril, l’arrivée de la Grande Mère (Mégalè) à Rome.

Medhi el dar el kufr

* [ Aucun rang ] *

Messages : 391
Enregistré le : 24 avr. 2004, 06:30

Ecrit le 29 déc. 2004, 07:24

Message par Medhi el dar el kufr »

suite sur la pierre noire de cybèle Les rituels



Les jeux “ mégalésiens ” (du 4 au 10 avril) commémoraient l’arrivée de la pierre (voir aussi Delphes). Ils consistaient en diverses offrandes (voir aussi Meru, Babylone, La Mecque, Malekula), représentations théâtrales et courses de chars. La déesse était promenée lors de processions en ville.
Les rituels anatoliens liés à Cybèle comprenaient des sacrifices humains ou “ meurtres créateurs ” (des Grecs et des Gaulois furent notamment enterrés vivants pour éloigner la menace d’une invasion gauloise). Mais le caractère orgiaque du culte et la présence de prêtres eunuques contrastaient avec l’autorité romaine. Le Sénat réglementa le culte. Ni les romains ni leurs esclaves n’avaient le droit d’exercer la fonction de prêtre. Les aristocrates organisaient des banquets en l’honneur de Cybèle. Les sacrifices humains furent interdits en 97 av. JC.
(voir aussi Babylone, Stonehenge, Cuzco, Teotihuacan, Garizim)

La supposition que la divinité peut résider dans une pierre est une forme de culte primitif très répandu, particulièrement en Asie Mineure. Les déesses matronales nourricières, source de fécondité et protectrices des morts habitaient le roc, la montagne ou les bois.

Cybèle de Pessinonte est la première des divinités orientales officiellement consacrée par les romains. Auguste a manifesté son attachement au culte de Cybèle et sa femme Lyvie fut assimilée à la déesse. Ce culte eut une grande extension jusqu’à la fin de l’Empire (avec l’interdiction du paganisme).


une des sources de cet article http://www.nombril.com/nombrils/italie1.htm

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Dialogue islamo-chrétien »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Christabel et 30 invités