L'esclavage en Mauritanie

Forum Chrétien / Musulman / Judaisme Bible -Thora face au Coran. Lire la charte du forum religion.

Règles du forum
Le dialogue interreligieux est une forme organisée de dialogue entre des religions ou spiritualités différentes. Ultérieurement, la religion a considéré l'autre comme n'étant pas la vérité révélée. C'est ainsi que les premiers contacts entre l'islam et le christianisme furent souvent difficiles, et donnèrent lieu à des guerres impitoyables comme les croisades.
Répondre
regnatvivus

* [ Aucun rang ] *

Messages : 89
Enregistré le : 17 oct. 2004, 08:39

L'esclavage en Mauritanie

Ecrit le 13 déc. 2004, 19:13

Message par regnatvivus »

http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/africa/4091579.stm


[siez=18]Slavery: Mauritania's best kept secret[/size]

By Pascale Harter
BBC, Nouakchott

Skyra is a runaway Mauritanian slave. Her earliest childhood memories are of fetching water, tending animals and cooking and cleaning.


Skyra was born into slavery - but her children are now free
"I was tied up all night and all day. They only untied me so I could do my chores. In the end I could barely move my limbs."

She never earnt a single penny.

"All those years," she told me, "and I don't even own a goat".

Mohamed could not tell me his surname or his age.

As a slave he didn't own the right to either.

But in a candlelit shack in the sandy outskirts of the capital, Nouakchott, he told me the story of his life.

"I don't know how I became a slave," he told me.

"I was just born one. My family were slaves. We did all the hard work for our master and all we received in return was beatings."

Proof

After three attempts at making slavery illegal, the latest as recently as 1981, Mauritania has finally enacted a law which goes further than ever before, making slave ownership punishable with a fine or prison sentence.


I would rather they shot me dead and buried me right there than return with my master
Mohamed
But a year on, and no-one has yet been prosecuted under the new law. "We enacted it just to meet international standards," says Bamariam Koita, director of the government's Human Rights Commission.

Mr Koita maintains that no-one has been prosecuted because slavery was abolished long ago in Mauritania.

"Have you seen a slave? Have you seen a slave market? Of course you haven't," he puffed, confidently answering his own question.

He has a point. Human beings in chains are not bought and sold in the full glare of Nouakchott's market. It's even worse than that, according to Boubakar Messaoud, founder of the local association SOS Slaves.

"A captured slave knows freedom, so to keep him you have to chain him," says Mr Messaoud.

"But a Mauritanian slave, whose parents and grandparents before him were slaves, doesn't need chains. He has been brought up as a domesticated animal."

Rape

Skyra was born to a slave mother so there was never any question she would be anything else. She remembers the years she spent treated like an animal.

"They raped me often," she says shaking with anger.

Cart

Officials say slavery does not exist
"At night, when everyone was asleep, they came for me and I couldn't stop them. If I had been free I would never have let this happen to me".

A living reminder of her slavery nestles in Skyra's lap, another sleeps at her feet, on the floor of her corrugated iron shack.

"My master is the father of my first child, my master's son is the father of my second child and my baby girl's father was my master's nephew".

In this way says Boubakar Messaoud, "We have achieved what the American plantation owners dreamed of - the breeding of perfectly submissive slaves".

Count the slaves

Skyra was not perfectly submissive. Her small insurrections earned her beatings until she found the strength - and the opportunity - to run away. She was determined that her children would not be born into slavery as she had been.

Mohamed escaped his master when soldiers passed by his isolated village in the desert. "When my master demanded the soldiers hand me over, I told them I would rather they shot me dead and buried me right there than return with my master."

In answer to the Mauritanian government's assertion that slavery no longer exists in Mauritania, Mohamed recites the names of the family members he left behind in slavery. "If I tell you their names, can you count them?" he asked shyly. "I was never taught". There are eight members of his immediate family still living as slaves, and Mohamed tells me there are many more in Mauritania.

It is difficult to know how many though. International human rights organisations such as Amnesty International are prevented from entering the country to conduct research.

"Not only has the government denied the existence of slavery and failed to respond to cases brought to its attention," says Amnesty, "it has hampered the activities of organisations which are working on the issue, including by refusing to grant such organisations official recognition."

Boubakar Messaoud and other members of SOS Slaves have been imprisoned and harassed by the authorities for their anti-slavery campaigning.

It seems the government has little interest in really wiping out slavery. Meanwhile slavery remains Mauritania's best kept open secret.

"Everyone knew we were slaves," said Mohamed. "It's a normal thing, to have slaves in Mauritania."

francis

* [ Aucun rang ] *

Messages : 6029
Enregistré le : 22 nov. 2003, 11:30

Ecrit le 13 déc. 2004, 19:53

Message par francis »

Traduction !!

Skyra est un esclave de Mauritanian d'emballement. Ses premières mémoires d'enfance sont de chercher l'eau, tendant des animaux et la cuisine et le nettoyage.


Skyra a été soutenu dans l'esclavage - mais ses enfants sont maintenant libres
" j'ai été attaché vers le haut de toute la nuit et toute la journée. Ils m'ont seulement délié ainsi je pourrais faire mes corvées. À la fin je pourrais à peine déplacer mes membres."

Elle jamais earnt un penny simple.

" toutes ces années, " elle m'a dit que, " et je ne possède pas même une chèvre ".

Mohamed ne pourrait pas me dire son nom de famille ou son âge.

Car un esclave il n'a pas possédé la droite à non plus.

Mais dans un shack de candlelit dans les périphéries arénacées du capital, Nouakchott, il m'a dit l'histoire de sa vie.

" je ne le sais pas comment je suis devenu un esclave, " m'ai dit.

" j'avais ans soutenu le juste. Ma famille étaient des esclaves. Nous avons effectué tout le travail dur pour notre maître et tout que nous avons reçu dans le retour était des battements."

Preuve

Après que trois tentatives à rendre l'esclavage illégal, le plus en retard aussi récemment que 1981, Mauritanie ait finalement décrété une loi avant laquelle va plus loin que jamais, rendant la propriété slave punissable avec une amende ou une phrase de prison.


Je plutôt elles m'ai tiré des morts et m'ai enterré droit là que le retour avec mon maître
Mohamed
Mais une année dessus, et personne a été encore poursuivie en vertu de la nouvelle loi. " nous l'avons décrétée juste pour répondre à des normes internationales, " dit Bamariam Koita, directeur de la Commission des droits de l'homme du gouvernement.

M. Koita maintient que personne a été poursuivi parce que l'esclavage a été supprimé il y a bien longtemps en Mauritanie.

" avez-vous vu un esclave? Avez-vous vu un marché slave? Naturellement vous n'avez pas, " il avez soufflé, avec confiance répondant à sa propre question.

Il a un point. Des êtres humains dans les chaînes ne sont pas achetés et ne sont pas vendus dans la pleine lueur du marché de Nouakchott. Il est encore plus mauvais que celui, selon Boubakar Messaoud, fondateur des esclaves locaux de l'association SOS.

" un esclave capturé sait la liberté, ainsi pour le garder vous devez l'enchaîner, " dit M. Messaoud.

" mais un esclave de Mauritanian, dont les parents et les grandparents avant qu'il aient été des esclaves, n'a pas besoin de chaînes. Il a été élevé comme un animal domestiqué."

Viol

Skyra a été soutenu à une mère slave tellement là n'était jamais n'importe quelle question qu'elle serait toute autre chose. Elle se rappelle les années où elle a passées traité comme un animal.

" elles m'ont violé souvent, " elle dit la secousse avec colère.

Chariot

Les fonctionnaires déclarent que l'esclavage n'existe pas
" la nuit, quand chacun était endormi, ils sont venus pour moi et je ne pourrais pas les arrêter. Si j'avais été libre je n'aurais jamais ai laissé ceci arriver à moi ".

Un rappel vivant de son esclavage se niche dans le recouvrement de Skyra, des autres sommeils à ses pieds, sur le plancher de son shack ondulé de fer.

" mon maître est le père de mon premier enfant, le fils de mon maître est le père de mon deuxième enfant et le père de ma fille de bébé était le neveu de mon maître ".

De cette façon dit Boubakar Messaoud, " nous avons réalisé de ce que les propriétaires américains de plantation ont rêvé - la multiplication des esclaves parfaitement dociles ".

Comptez les esclaves

Skyra n'était pas parfaitement docile. Ses petits insurrections lui ont gagné des battements jusqu'à ce qu'elle ait trouvé la force - et l'occasion - pour courir loin. On l'a déterminé que ses enfants ne seraient pas soutenu dans l'esclavage car elle avait été.

Mohamed a échappé à son maître quand les soldats ont passé par son village d'isolement dans le désert. " quand mon maître a exigé les soldats me remettent plus de, je leur ai dit que je plutôt ils m'ai tiré des morts et m'ai enterré droit là que le retour avec mon maître."

En réponse à l'affirmation du gouvernement de Mauritanian que l'esclavage n'existe plus en Mauritanie, recites de Mohamed les noms des membres de famille il à gauche derrière dans l'esclavage. " si je vous dis leurs noms, pouvez vous les compter?" il a demandé timidement. " on ne m'a jamais enseigné ". Il y a huit membres de son famille immédiate vivant toujours comme esclaves, et Mohamed me dit qu'il y a beaucoup plus en Mauritanie.

Il est difficile de savoir combien cependant. Des organismes internationaux de droits de l'homme tels qu'international d'amnistie sont empêchés d'entrer dans le pays pour conduire la recherche.

" a non seulement le gouvernement a nié l'existence de l'esclavage et n'a pas répondu aux cas portés à sa connaissance, " disent l'amnistie, " il a entravé les activités des organismes qui travaillent à la question, incluant en refusant d'accorder une telle identification de fonctionnaire d'organismes."

Boubakar Messaoud et d'autres membres des esclaves de SOS ont été emprisonnés et harcelés par les autorités pour leur campagne d'anti-esclavage.

Il semble que le gouvernement a peu d'intérêt en éliminant vraiment l'esclavage. En attendant secret ouvert gardé de la Mauritanie des restes d'esclavage le meilleur.

" chacun a su que nous étions des esclaves, " a dit Mohamed. " c'est une chose normale, pour avoir des esclaves en Mauritanie."

yacoub

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 13064
Enregistré le : 21 juil. 2009, 14:04

Contact :

Re: L'esclavage en Mauritanie

Ecrit le 08 août 2016, 11:33

Message par yacoub »

Bien qu’aboli et reconnu comme crime en 1981, l’esclavage se perpétue en Mauritanie.

L’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) en Mauritanie et d’autres organisations, notamment SOS-Esclaves, signalent et dénoncent des cas d’esclavage.

Cependant, plutôt que de soutenir leur combat, les autorités s’acharnent à mettre des obstacles au travail légitime de défense des droits humains des militants anti-esclavagisme.

REDONNEZ-LEUR DROIT À LA PAROLE

http://tinyurl.com/hzqxu8g
Image
Le premier forum tunisien qui a inspiré les forums de religion Recherche "les religions font peu de bien et beaucoup de mal" Voltaire

Pierre-Elie Suzanne

Christianisme [Catholique]
Avatar du membre

Messages : 903
Enregistré le : 14 oct. 2014, 13:32

Re: L'esclavage en Mauritanie

Ecrit le 11 août 2016, 00:22

Message par Pierre-Elie Suzanne »

L’esclavage étant autorisé par le Coran,
il est logique que les musulmans soient esclavagistes.


Cela seul suffit à démontrer que le Coran n'est pas un écrit divin.
Le Coran est un abominable blasphème, puisqu'il s'agit d'un bouquin qui prescrit des crimes, et en en attribuant la responsabilité à Dieu.
C'est scandaleux.

Les pauvres musulmans sont trompés par le contenu abominable du Coran. Les musulmans commettent des crimes (comme l'esclavagisme) sans se rendre compte qu'ils commettent des actes criminels. Le Coran pousse au crime, et en toute décontraction, puisque que le musulmans n'ont plus le ressort moral pour critiquer leur abominable partique.
Heureusement qu'il y a les chrétiens pour dire la vérité, et apprendre aux hommes que l'esclavagisme n'a aucune légitimité au yeux de Dieu.

" Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ." (Galates 3, 28).
L'archéologie et la science peuvent-elles nous renseigner sur les monothéismes ?
Télécharger en PDF en cliquant sur HISTOIRE ILLUSTRÉE DES MONOTHÉISMES

yacoub

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 13064
Enregistré le : 21 juil. 2009, 14:04

Contact :

Re: L'esclavage en Mauritanie

Ecrit le 31 août 2016, 05:34

Message par yacoub »

«Les esclaves sont là où il y a des esclavagistes : dans les quartiers chics de Nouakchott»

Par Célian Macé — 30 août 2016 à 18:51
Biram Dah Abeid, à Nouakchott, en juin 2014, lors de la campagne pour la présidentielle.

Biram Dah Abeid, à Nouakchott, en juin 2014, lors de la campagne pour la présidentielle. Photo Seyllou. AFP

Biram Dah Abeid, militant abolitionniste et candidat à la présidentielle en Mauritanie, dénonce l'emprisonnement de 13 militants de son ONG.

«Les esclaves sont là où il y a des esclavagistes : dans les quartiers chics de Nouakchott»

Une nouvelle fois, des membres d’IRA (Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste) ont été condamnés à de la prison ferme par la Cour criminelle de Nouakchott, le 18 août. Le président de cette ONG qui lutte contre l’esclavage en Mauritanie, Biram Dah Abeid, 51 ans, dénonce une campagne de persécutions. Il est lui-même un descendant d'esclaves, membre de la caste des Haratins ou «Maures noirs». Distingué par le prix des Nations unies pour la cause des droits de l’homme en 2013, il a passé dix-huit mois derrière les barreaux pour avoir symboliquement brûlé, en 2012, un manuel de jurisprudences malikites (école du sunnisme majoritaire en Mauritanie) qui, selon IRA, prônent l’esclavage et le justifient. Depuis Bamako, étape d’une «tournée régionale auprès des sociétés civiles», il revient sur les «abus du pouvoir en place».

Il y a trois mois, vous étiez libéré sur ordre de la Cour suprême. Aujourd’hui, 13 militants d’IRA sont condamnés à des peines allant de trois à quinze ans de prison. Que s’est-il passé ?

L’arrestation des militants d’IRA n’a absolument aucun rapport avec les motifs donnés par le pouvoir en place [«rébellion, usage de la violence, attaque contre les pouvoirs publics, attroupement armé et appartenance à une organisation non reconnue, ndlr»]. Le régime était en train d’expulser 435 familles haratines [ancienne caste d’esclaves, ndlr] qui habitaient dans un bidonville de Nouakchott, parfois depuis plusieurs décennies. Aucune alternative, aucune offre de relogement ne leur a été proposée. Les Haratines sont connus pour leur docilité, ils sont «chosifiés» par le pouvoir. Nous avons dénoncé cette situation. Mais le gouvernement a fomenté des incidents. Il a tout fait pour montrer la violence supposée d’IRA, pour montrer des images de troubles. La police est venue avec ses caméras, et des agents provocateurs. Sur les images, on voit juste des gens enturbannés qui mettent le feu à une voiture et des enfants qui regardent. Il n’y a pas un seul membre d’IRA ! D’ailleurs, les 13 militants ont été arrêtés chez eux ou dans la rue, dans les jours qui ont suivi. Et six d’entre eux ont été condamnés à trois ans de prison ferme uniquement pour appartenance à une organisation non-reconnue.

Pourquoi ce durcissement des autorités envers IRA, selon vous ?

Le général Mohamed ould Abdel Aziz [élu puis réélu président depuis 2009, après un putsch qu’il a lui-même mené] entend baliser le terrain pour préparer la reconduction de son pouvoir. Un coup d’Etat institutionnel se prépare. Il va soit tripatouiller la Constitution pour briguer un troisième mandat, actuellement illicite, soit faire élire un de ses protégés dont il tirera les ficelles dans l’ombre, comme il l’a fait par le passé. Il doit donc éliminer l’adversaire le plus efficace, le plus déterminé, le plus populaire, qui a le plus de crédit à l’international : c’est-à-dire éliminer le candidat déclaré Biram Dah Abeid [9% des voix à la présidentielle de 2014]. Mohamed ould Abdel Aziz confisque petit à petit tous les acquis démocratiques en Mauritanie. Il n’y a désormais ni liberté d’expression, ni liberté d’association, ni liberté d’entreprise…

Où en est le mouvement abolitionniste en Mauritanie ? Y a-t-il des avancées ?

Les Haratines représentent 50% de la population [il n'existe pas de recensement officiel, ndlr]. Au total, IRA estime que 20% de la population mauritanienne est soumise à un esclavage d’un autre âge. Contrairement à ce qu’on imagine souvent en Occident, ces pratiques ne sont pas réservées aux endroits reculés des campagnes ou du désert. Les esclaves sont là où il y a des esclavagistes ! Dans les villes, dans les quartiers chics. Ce sont souvent des fonctionnaires, voire des hauts-fonctionnaires, des policiers, des banquiers, des juges, des hommes d’affaires, etc. Souvent, ces gens-là héritent des esclaves, comme des vieux meubles. Ou bien ils sont donnés en cadeau à la naissance, c’est la coutume. On offre un esclave de l’âge du nouveau-né. On voit aussi des esclaves offerts en cadeau de mariage. Nous avons recensé des dizaines de cas à Nouakchott. La Mauritanie vit une situation d’apartheid non-écrit. Il y a d’ailleurs une indignation sélective à ce propos. Pourquoi l’Union africaine ne se mobilise-t-elle pas ? Le régime mène une politique d’extrême droite arabo-berbère, à l'idéologie négrophobe. L’idée de la propagande du pouvoir, c’est que la communauté arabo-berbère est en danger. Le général Mohamed ould Abdel Aziz veut se présenter comme le sauveur. Mais il n’y a pas de menace, c’est une peur artificielle ! IRA est un mouvement non-violent.

Une nouvelle législation abolitionniste, beaucoup plus sévère, a été votée l’an dernier...

La législation est destinée à vous, les Occidentaux, aux fonctionnaires onusiens. Dans la pratique, elle n’est pas appliquée. Car la justice est aux ordres du pouvoir politique. Je n’ai aucune illusion sur les tribunaux mauritaniens. Et c’est une mauvaise nouvelle pour les 13 membres d’IRA qui ont été condamnés, dont une grande partie de la direction de l’organisation : le pouvoir a décidé de casser notre mouvement, qu’il perçoit comme une menace.

Cela complique-t-il votre candidature à la présidentielle et votre future campagne ?

Je ne pense pas. J’ai foi en Dieu et en la lutte que nous menons pour la libération totale des opprimés mauritaniens. Le combat d’IRA est celui de tous les Mauritaniens, sans distinction de race, de caste ou d’ethnie. Notre seul adversaire est le régime. Nous souhaitons une cohabitation pacifiée entre les différentes ethnies. Je lance donc un appel au général Ould Abdel Aziz : qu’il se retire dans la dignité. Quand il quittera le pouvoir, il ne voudra certainement pas finir en exil ou en prison. Il ne doit pas s’accrocher au prix du fer et du sang. En organisant des élections libres et transparentes, sans se présenter ni présenter l’un de ses militaires, il pourrait partir dans la dignité.
Célian Macé
Image
Le premier forum tunisien qui a inspiré les forums de religion Recherche "les religions font peu de bien et beaucoup de mal" Voltaire

Ren'

[Modérateur]
[Modérateur]
Avatar du membre

Messages : 7734
Enregistré le : 29 juin 2008, 08:42
Localisation : France

Contact :

Re: L'esclavage en Mauritanie

Ecrit le 19 nov. 2016, 13:11

Message par Ren' »

Des peines réduites ont été prononcées vendredi au procès en appel de 13 militants anti-esclavagistes mauritaniens jugés pour participation à une manifestation violente contre l'évacuation forcée d'un bidonville. Trois seulement resteront en prison, a-t-on appris de source judiciaire.

La Cour d’appel de Zouerate a acquitté trois des militants de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA, ONG anti-esclavagiste), en a condamné sept autres à quatre mois de prison ferme, qu’ils ont déjà purgés, a-t-on précisé. Deux des trois restants ont écopé de trois ans ferme et le dernier de six mois, selon la même source. Des peines bien moins lourdes que celles requises initialement, peut-être adoucies grâce à la campagne de sensibilisation et la plainte déposée par l’ONG à Paris (...)
http://www.jeuneafrique.com/375788/soci ... avagistes/

Mon billet au début de cette semaine, en hommage au combat des membres de l'IRA et à Malek Chebel qui a osé affronter le déni au sujet de l'esclavage en terre d'Islam : https://blogrenblog.wordpress.com/2016/ ... t-essatim/
Ar c'hi bihan breizhad...
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
Mon regard de catholique sur l'islam : https://blogrenblog.wordpress.com/ (nouvelle adresse pour fuir la pub sur OB et EB)
Co-auteur du blog judéo-islamo-chrétien http://dialogueabraham.wordpress.com/

eric121

* [ Aucun rang ] *

Messages : 7537
Enregistré le : 03 juin 2014, 14:53

Re: L'esclavage en Mauritanie

Ecrit le 19 nov. 2016, 13:44

Message par eric121 »

Ren' a écrit :] http://www.jeuneafrique.com/375788/soci ... avagistes/

Mon billet au début de cette semaine, en hommage au combat des membres de l'IRA et à Malek Chebel qui a osé affronter le déni au sujet de l'esclavage en terre d'Islam : https://blogrenblog.wordpress.com/2016/ ... t-essatim/
Ce que n'ose pas affronter Malek Chebel c'est la possession d'esclaves par Mahomet
Ce qu'il dit est faux : "Tout musulman sincère qui possède un esclave est donc invité à l’affranchir sans qu’il lui soit fait d’obligation ferme"
"l’islam des débuts était infiniment plus humaniste, et sans doute aussi plus spirituel, que celui des siècles ultérieurs. L’esclavage y était considéré comme une calamité naturelle. (…) Le principe général (…) est le suivant : d’un côté, l’islam pose des conditions draconiennes à la possession d’esclaves, hommes autant que femmes ; de l’autre, l’affranchissement est facilité et encouragé. »

Il n'y a pas d'invitation claire et précise à affranchir
C'est l’islam avant 622 qui était infiniment plus humaniste et plus spirituel, pas celui d'après 622
Il me semble que l’islam ne pose aucune conditions à la possession d’esclaves
Comment l’affranchissement est encouragé ? Est-il plus facilité que chez les grecs ou les romains ?

Ren'

[Modérateur]
[Modérateur]
Avatar du membre

Messages : 7734
Enregistré le : 29 juin 2008, 08:42
Localisation : France

Contact :

Re: L'esclavage en Mauritanie

Ecrit le 19 nov. 2016, 14:59

Message par Ren' »

eric121 a écrit :Ce que n'ose pas affronter Malek Chebel c'est la possession d'esclaves par Mahomet
Je le pense aussi. C'est pourquoi son ouvrage, bien qu'indispensable, ne peut suffire sur le sujet.
Je conseille souvent de lire aussi cet excellent ouvrage, à mes yeux complémentaire : https://assr.revues.org/22879
eric121 a écrit :Comment l’affranchissement est encouragé ? Est-il plus facilité que chez les grecs ou les romains ?
Bonne question. Mon travail sur le sujet ne m'a pas encore amené à creuser la question de l'esclavage dans l'Antiquité (l'esclavage en Islam se situant dans son prolongement direct), à l'occasion, nous en reparlerons :hi:
Ar c'hi bihan breizhad...
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
Mon regard de catholique sur l'islam : https://blogrenblog.wordpress.com/ (nouvelle adresse pour fuir la pub sur OB et EB)
Co-auteur du blog judéo-islamo-chrétien http://dialogueabraham.wordpress.com/

kaboo

[Modérateur]
[Modérateur]
Avatar du membre

Messages : 6966
Enregistré le : 17 janv. 2006, 21:18
Réponses : 1

Re: L'esclavage en Mauritanie

Ecrit le 19 nov. 2016, 16:15

Message par kaboo »

Bonjour Ren' et eric121. :Bye:

Je ne pense pas que l'esclavage soit le fait des "sages" qui ont écrit les livres religieux.
L'esclavage (soumission) n'est ni plus ni moins qu'un acte de barbarie propre à l'homme.
Et, celui-ci n'a pas attendu la venue des prophètes et/ou messagers pour en jouir.
Il existait déjà dans l'antiquité.

Perso, je pense que les messages religieux ont été rédigés pour tempérer ce qui se passe dans le "coeur" des barbares.
On voit bien à la base des religions judéo-chrétiennes et musulmanes qu'il y a une volonté de fixer des limites à la barbarie.
Idem pour la géhenne pour ceux qui sacrifiaient des êtres humains pour calmer la colère des dieux.
Idem pour les peuples sémitiques qui enterraient des bébés vivants.

Aujourd'hui, nous avons des lois dans certains pays suffisamment structurés pour les faire respecter.
Et, c'est pour ça que l'occident ne pratiquent plus ce genre d'horreur.

Mais, si on revient quelque siècles en arrière, que penser de Louis XIV et de son code noir ?
Que penser de la guerre de sécession ?
N'oublions pas que l'esclavage n'a été aboli en France qu'à partir de 1848.

Que dire de ceux qui ont été affranchis aux usa ?
Les noirs sont ils considérés comme les "égaux" des "blancs" ?

Et Nelson Mandela ? C'est loin ?

Pour arrêter ça, il faut des lois fermes et des structures solides.
Des structures capables de remettre en cause les croyances religieuses.

Cordialement. :hi:
Sortez de mon ordi Image

Ren'

[Modérateur]
[Modérateur]
Avatar du membre

Messages : 7734
Enregistré le : 29 juin 2008, 08:42
Localisation : France

Contact :

Re: L'esclavage en Mauritanie

Ecrit le 19 nov. 2016, 16:31

Message par Ren' »

kaboo a écrit : Je ne pense pas que l'esclavage soit le fait des "sages" qui ont écrit les livres religieux.
Tout à fait d'accord.
C'est un sujet sur lequel je travaille beaucoup, et je serais bien le dernier à m'illusionner sur "l'innocence" de tel ou tel camp : que dire, par exemple, des vénitiens qui allaient capturer des esclaves chrétiens pour les vendre aux turcs ?
...Je constate cependant que l'Islam a de gros, gros soucis avec ce phénomène : tout d'abord, du fait d'un déni massif (qu'osa rompre M.Chebel, même s'il n'a pas fait tout le tour de la question) ; ensuite, parce que c'est la seule religion où l'on trouve toujours des gens défendant l'esclavage au nom d'une tradition qui, de fait, l'a défendu pendant un millénaire et demi (c'est toujours ce qui se passe par exemple ouvertement, actuellement, en Mauritanie ; ce qui n'interdit pas de combattre l'esclavage au nom de l'Islam, c'est ce que font les militants de l'IRA)

Le discours esclavagiste chrétien, lui, n'aura duré que quelques siècles, aura toujours eu des opposants (dont les papes), et c'est de pays chrétiens que sont partis les mouvements abolitionnistes ; ça ne retire rien à l'horreur du passé, mais ça fait quand même une nette différence.
Ar c'hi bihan breizhad...
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
Mon regard de catholique sur l'islam : https://blogrenblog.wordpress.com/ (nouvelle adresse pour fuir la pub sur OB et EB)
Co-auteur du blog judéo-islamo-chrétien http://dialogueabraham.wordpress.com/

kaboo

[Modérateur]
[Modérateur]
Avatar du membre

Messages : 6966
Enregistré le : 17 janv. 2006, 21:18
Réponses : 1

Re: L'esclavage en Mauritanie

Ecrit le 19 nov. 2016, 17:08

Message par kaboo »

Je suis d'accord mais pour faire cesser l'esclavage, des lois humaines sont indispensables et doivent-être appliquées.

Quand je parle d'Afrique du sud et des us vis a vis des blacks, il va sans dire que c'est plus un problème d'inégalité et de racisme (?) qu'autre chose.
Après, il est clair qu'il y a énormément de paramètres à prendre en considération.

Dans les faits, sur le plan religieux, si on prend l'exemple de Babylone (empire Suméro Akkadien), il est question de guerres des dieux suite au fait que certains dominaient et les autres étaient à leur service.
Selon leurs mythes, la raison de la création de l'homme est de subvenir à leurs besoin.

C'est donc le même schéma que l'on retrouve de nos jours.
Partout où il y a des dominants, il y des dominés.
Même l'Inde est encore, de nos jours, basé sur un système de Caste.
On en parle peu mais, les intouchables existent toujours.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Intouchable_(Dalit)

Quelle est la place de la femme dans les sociétés dites civilisés ?

Pour en revenir à la Mauritanie. Quelle est la raison du maintien de cet esclavage ?
Le gouvernement en place a-t-il les outils nécessaires pour faire respecter les lois en vigueur ?
L'esclavage dans la région remonte à l'antiquité. Il a été aboli au xxe siècle, la première fois en 1905 par un décret des autorités coloniales françaises. La constitution de la Mauritanie de 1961 proclame l'égalité entre les citoyens4 mais ne mentionne pas l'esclavage. En 1980, le Comité militaire de salut national présidé par Mohamed Khouna Ould Haidalla fait adopter la charia, les textes juridiques fondamentaux sont révisés par les jurisconsultes pour être mis en conformité et il en résulte entre autres l’ordonnance no 081-234 du 9 novembre 1981 abolissant officiellement l'esclavage, après une enquête, « le gouvernement estime que l’esclavage en tant qu’institution n’existait plus en Mauritanie et que seules subsistaient certaines de ses séquelles au niveau des mentalités ». Malgré ces abolitions et les estimations officielles, sociologues, historiens et associations des droits de l'homme considèrent que l'esclavage héréditaire persiste au sein de la société mauritanienne : privation de libertés dès la naissance, maltraitances, trafics d'êtres humains et viols.

Le 25 mars 2007, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi est élu président de la république lors des premières élections libres depuis l'indépendance. Il fait adopter par le parlement la loi no 2007–048 du 3 septembre 2007 portant incrimination de l'esclavage et réprimant les pratiques esclavagistes, son article 4 prévoit que « Quiconque réduit autrui en esclavage ou incite à aliéner sa liberté ou sa dignité ou celle d'une personne à sa charge ou sous sa tutelle, pour être réduite en esclave, est puni d'une peine d'emprisonnement de cinq à dix ans et d'une amende de cinq cent mille Ouguiyas à un million d'Ouguiyas », la loi punit aussi les fonctionnaires et juges ne portant pas assistance aux esclaves, l'apologie de l'esclavage, les complicités et les récidives. Le coup d'État d'août 2008 met fin à l'expérience démocratique. Malgré l'inscription dans la révision de 2012 de la Constitution11, les dispositions de la loi de 2007 ne sont plus appliquées et en 2014, plusieurs militants antiesclavagistes sont arrêtés.

Un rapport de l'ONG Walk Free sorti en 2014 sur toutes les formes de l'exploitation humaine a classé la Mauritanie à la tête des pays où il y a un taux des plus élevés avec environ 4 % de la population.

Le parlement mauritanien a adopté le 13 août 2015 une nouvelle loi contre l'esclavage qui le considère comme un crime contre l'humanité et incriminant ses pratiques avec des peines de 10 à 20 ans. Cette nouvelle loi est saluée par la Rapporteuse spéciale de l'ONU sur les formes contemporaines de l'esclavage Urmila Bhoola.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Esclavage_en_Mauritanie

Cordialement.
Sortez de mon ordi Image

Ren'

[Modérateur]
[Modérateur]
Avatar du membre

Messages : 7734
Enregistré le : 29 juin 2008, 08:42
Localisation : France

Contact :

Re: L'esclavage en Mauritanie

Ecrit le 20 nov. 2016, 03:54

Message par Ren' »

kaboo a écrit :Je suis d'accord mais pour faire cesser l'esclavage, des lois humaines sont indispensables et doivent-être appliquées.
Les lois...et la volonté de les appliquer.
kaboo a écrit :Partout où il y a des dominants, il y des dominés.
Bien sûr. Mais l'esclavage est une réalité spécifique (différente de la question du racisme ou d'autres formes de dominations). On ne peut la mettre exactement sur le même plan.
kaboo a écrit :Pour en revenir à la Mauritanie. Quelle est la raison du maintien de cet esclavage ?
Le gouvernement en place a-t-il les outils nécessaires pour faire respecter les lois en vigueur ?
Ce n'est pas une question d'outil, mais de volonté.
Les autorités mauritaniennes (du chef de l'état aux juges) sont soit esclavagistes, soit de la famille des esclavagistes.
Ces lois sont donc cosmétiques : les esclavagistes sont relâchés dès qu'ils sont arrêtés, le maximum obtenu en justice est de deux ans de prison (affaire Yarg et Said : http://cridem.org/imprimable.php?article=678304 )
Par contre, les militants anti-esclavagistes sont, eux, régulièrement emprisonnés.
Ar c'hi bihan breizhad...
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
Mon regard de catholique sur l'islam : https://blogrenblog.wordpress.com/ (nouvelle adresse pour fuir la pub sur OB et EB)
Co-auteur du blog judéo-islamo-chrétien http://dialogueabraham.wordpress.com/

yacoub

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 13064
Enregistré le : 21 juil. 2009, 14:04

Contact :

Re: L'esclavage en Mauritanie

Ecrit le 25 févr. 2017, 07:51

Message par yacoub »

Pierre-Elie Suzanne a écrit :L’esclavage étant autorisé par le Coran,
il est logique que les musulmans soient esclavagistes.


Cela seul suffit à démontrer que le Coran n'est pas un écrit divin.
Le Coran est un abominable blasphème, puisqu'il s'agit d'un bouquin qui prescrit des crimes, et en en attribuant la responsabilité à Dieu.
C'est scandaleux.

Les pauvres musulmans sont trompés par le contenu abominable du Coran. Les musulmans commettent des crimes (comme l'esclavagisme) sans se rendre compte qu'ils commettent des actes criminels. Le Coran pousse au crime, et en toute décontraction, puisque que le musulmans n'ont plus le ressort moral pour critiquer leur abominable partique.
Heureusement qu'il y a les chrétiens pour dire la vérité, et apprendre aux hommes que l'esclavagisme n'a aucune légitimité au yeux de Dieu.

" Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ." (Galates 3, 28).
(y)

"La vérité sur l'esclavage actuel en Mauritanie: travail forcé, viols multiples et exportation"

http://r1.llb.be/image/0d/58aece4ecd70ce397f18330d.jpg[/img]

Abonnés Dorian de Meeûs, envoyé spécial à Genève Publié le samedi 25 février 2017 à 11h44 - Mis à jour le samedi 25 février 2017 à 12h17

Descendant d'esclaves, Biram Dah Abeid lutte pour son abolition en Mauritanie à travers ses témoignages. Le candidat à la présidentielle dénonce "la chose la plus abjecte qui existe": "Le fait d’appartenir totalement à son maître est inimaginable. Dès l’âge de 8-9 ans, les filles ont déjà toutes été violées plusieurs fois par le maître, ses fils, son chauffeur et son hôte de passage." Biram Dah Abeid est l'Invité du samedi de LaLibre.be.

Vous menez votre combat abolitionniste en mémoire de vos ancêtres esclaves ?

Il faut le dénoncer, l’esclavage est la chose la plus abjecte qui existe. Le fait d’appartenir totalement à son maître est inimaginable, inconcevable. Étant petit-fils d’esclaves, cela me paraît normal de m’engager dans cette lutte, d’autant que je vis dans un environnement où je vois les esclaves maltraités et où je les vois trimer. J’ai fait la promesse à mon père de me battre pour l’abolition à tout moment et quoi qu’il en soit.

Votre grand-mère paternelle était esclave. Pourquoi l’esclavagisme par descendance ne s’est-il pas appliqué à votre père comme cela est le cas habituellement ?

Mon père, qui devait être esclave, a été affranchi par hasard alors qu’il n’était encore qu’un fœtus dans le ventre de sa mère. Pendant cette grossesse, son maître était fort malade. Les marabouts ont prescrit au maître malade de faire un acte de charité et de bienveillance envers Dieu pour guérir, tout en lui précisant que le meilleur acte était d’affranchir un esclave. Au lieu d’affranchir ma grand-mère, qui avait les bras dans la farine et travaillait depuis longtemps et efficacement dans la famille, il a décidé d’affranchir son fœtus. Mon père est ainsi né libre. Le code d’esclavage mauritanien inclut les fœtus des femmes esclaves tout comme tout ce qui peut s’apparenter à la moindre propriété privée. Absolument rien n’appartient à un esclave.

Pourquoi la Mauritanie ne s’attaque-t-elle pas au problème ?

L’esclavagisme des Maures noirs (haratins) pèse de manière exorbitante sur les intérêts politiques, économiques et culturels du pays. Les esclaves offrent des privilèges énormes au groupe minoritaire arabo-berbère qui en possèdent. Il assure le prestige et le faste depuis le 12e siècle. La grande majorité a été placée dans des terres de cultures agricoles, mais il y a aussi les esclaves domestiques qui travaillent dans la maison.

Les femmes sont-elles parfois l’objet sexuel de leur maître ?


La suite de cet entretien est réservée à nos abonnés.
Image
Le premier forum tunisien qui a inspiré les forums de religion Recherche "les religions font peu de bien et beaucoup de mal" Voltaire

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Dialogue islamo-chrétien »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 9 invités