Ruines Anciennes Révélées Après une longue Attente au Utah

Forum sur les passionnants voyages de notre patrimoine religieux. Découvrez l'histoire des civilisations.
Répondre
Nickie

Christianisme [Pentecôtiste]

Messages : 3682
Enregistré le : 22 nov. 2003, 03:38
Localisation : Canada

Ruines Anciennes Révélées Après une longue Attente au Utah

Ecrit le 01 juil. 2004, 11:23

Message par Nickie »

Je vous soumet comme lecture archéologique cet article que j'ai traduit sur la découvertes d'anciennes ruines au Utah parce que dans ce phorum-religion il y a une section d'étude des croyances des "Mormons". Comme vous le savez peut-être déjà, les Mormons reçurent une révélation prophétique de se rendre à ce qu'ils appèleraient de façon commune, "leurs terres saintes", "la Sion Mormone" qui fut à "This is the Place", à Salt-Lake, etc.

Les Mormons croieraient en la Santeté de ce lui qui est situé en hauteur et sur une roche. Qui d'ailleurs, est la raison principale d'érriger "le Temple" sur le "roc" de la montagne. Y aurait-il un lien entre ces ruines et "This is the Place"?



Au Utah, Ruines Anciennes Sont Révélées Après Une Longue Attente
Un article d'après: KIRK JOHNSON

Publié: le 1ier juillet 2004


HORSE CANYON, Utah, le 30 de juin - Les archéologistes ont tiré un rideau mercredi pour y révéler ce qui ne peut qu'être appeler un jardin secret: les ruines préservées prestinement d'une civilisation ancienne qui fut perdue il y a longtemps dans la nuée des temps dans des falaises reculées dans l'Est de Utah, pour être protéger résoluement au cours des dernières 50 années par un propriétaire entêté d'un ranch qui n'a pas piper mot à propos de ce qu'il savait.

Les ruines, appelées 'Range Creek', sont étendues sur des milliers d'acres, la plus grande partie sont des hautes-terres inaccessibles que peut atteindre que seulement par un sentier rocailleux qui fut jadis appartenu par le propriétaire de ranch et qui fut acheté récemment par l'État du Utah. Des recherches préliminaires datent la colonie à partir d'environ 900 à 1100 A.D., pendant la période de la culture Indienne de Fremont.

Les recherchistes disent que la singularité du site n'est pas son architecture monumental. Les gens qui vivaient ici furent plutot aptes de bâtire des maisonettes de petits-trous qui étaient humbles, à une famille, en murs-de-pierre, des quelles dont il est cru en avoir des centaines - personne ne le saurait même pas encore - au lieu des complexes de tours
d'appartements comme ceux de Messa Verde.

Ce qui distinguerait en grande partie 'Range Creek', c'est que par un destiin bizarre et de par la volonté humaine, il a échapé à la fois au ravages des pillards et, jusqu'à récemment, aux pelles et aux piques des archéologistes. Des chambres de storage-de-grain sur les falaises ont été trouvé ici avec les couverts encore intactes, le blé-d'inde et le siègle encore dedans. Et tandis que plusieurs sites dans l'Ouest peuvent encore produire une ou deux vieilles têtes de flèches en pierre, les recherchistes ont trouvé ici, justement il y a quelques semaines dernières, des flèches entières apparemment couchées dans la poussière exactement où elles furent échappées 10 siècles passés du temps de William le Conquéreur.

"Il y a des endroits avec des concentrations de cette magnitude," dit Kevin Jones, l'archéologiste de l'état pour l'état du Utah, qui dirigea mercredi un groupe de journalistes au site. "La différence est que cet endroit-ci n'a pas été gâché."

Le Dr. Jones dit que, jusqu'à date, 225 sites à 'Range Creek' ont été documenté, certains aussi petits qu'un mur singulier de pictographes, d'autres aussi larges qu'un îlot de village contenant une demi-douzaine de maisons-dans-des-trous. Une vingtaine de ces sites furent documentés au courant des 1930 - le seul autre travail scientifique entamé ici à ce que l'on sache - par une équipe de 'Harvard University'. À la suite de l'examen initial, aucune autres recherches furentt faites au site autant que l'on en sache, dit le Dr. Jones.

"Les autres 200 sites n'ont jamais été vu par personne," a dit le Dr. Jones, en ajoutant qu'il incontestablement des milliers de sites, et qu'à chaque foi qu'une équipe sort, encore plus sont trouvés. La culture 'Fremont' existait à partir d'environ 500 à 1300 A.D.

Deux raisons justifient l'existence et la préservation de 'Range Creek', les autres recherchistes et lui-meme disent. La première est la géographie. Le pays choisit par l'ancien peuple qui vivait ici peut être accessible seulement par un canon à murailles abruptes et étroites qui pouvait être facilement déffendable contre les intrus. Le peuple 'Fremont' ont ensuit bâtit plusieurs de leurs maisons et leurs graineries dans les parties le plus éloignées du canon (canyon), sur les somets des lignes des crêtes et haut sur les faces à-pics des falaises, où il serait invraisemblable qu'elles y soient dérangées.

La seconde et la raison qui fut en grande partie (sendipitous), c'est-à-dire, un trouvaille par l'intermédiaire du destin qui est à la fois fatal et serein, la préservation est le résultat de l'achat du ranch de 4,200 acres au bout du canon et il prohibita qui que ce soit d'y entrer. M. Waldo Wicox se procura ce rach en 1951.

"J'ai essayé d'empêcher le monde d'apprendre à propos de ça," a dit M. Wilcox qui est âgé de 74.

M. Wilcox a dit qu'il savait que les trésors historiques qui étaient à la portée de la main et sur les murs des falaises en-haut d'où son bétail broutait étaient importants. Au fil des ans, il est devenu l'expert principal de la vallée.

Il y a environ 15 ans passés, par exemple, il était entrain de chasser un lion de montagne qui avait dérangé son bétail. Le lion monta sur la montagne et y monta aussi Mr. Wilcox dans une poursuite chaude. Un fois rendu en-haut - une place qu'il n'aurait pas pu appercevoir à partir du plancher de la vallée - il s'adonna, par accident, à l'endroit du plus parfaitement préservé d'entre tous les sites, un petit village du-haut-de-falais qu'il a depuis-lors indiqué aux recherchistes. Il a dit qu'il n'a aucun désires d'escalader encore jusqu'au le village.

"Ces places furent sécures parce que personne qui est sain d'esprit monterait en-haut-là," a-t-il dit.

Le grand débat à propos de 'Range Creek' n'est pas l'enrégistrement du passé, bien que, mais le grand risque du futur, et qu'est ce que la cassure du long secrèt va vouloir dire pour la préservation de la vallée.

Mr. Wilcox a vendu le ranch au Trust pour la Terre Publique en 2001 pour $2.5 million, mais les fonctionnaires au trust ont demeuré silencieux. Le 'Federal Bureau of Land Management' (la gestion des terres, en gros) a ensuite obtenu la terre pour le trust et a gardé le silence. L'État du Utah a obtenu le titre de la propriété tôt cette année et repoussait une annonce publique jusqu'à ce qu'un plan d'administration fut en place pour protéger les terrains des pilleurs. Cette stratégie a été bouleversé la semaine dernière lorsqu'un journal local du Sud de l'Utah plublia l'histoire, qui fut alors pris par l' 'Associated Press'. Celà mena à l'invitation lancée à la média des nouvelles de par le pays au dévoilement de la vallée.

"On roulle avec ça," a dit le Dr. Jones.

Il a dit que l'état voulait que le monde puissent faire l'expérience de Range Creek, mais qu'il avait aussi une obligation de le protéger. Parmis les options qui sous considérations, a-t-il dit, y sont inclus ouvrire le site seulement lors de certaines journées de l'année, ou par des permits préalables, ou seulement en compagnie d'un guide.

Les enviromentalistes regardent aussi de près ce qui pourrait arriver auprès des terres environnantes de Range Creek, qui incluent les régions sous considérations pour être désignées entant que 'terres sauvages Fédérales'.

"Celà soulève une question compliquée d'administration, spéciallement lorsque vous avez un endroit comme celui-ci qui est tellement spécial, tellement unique et tellement vulnérable," a dit Heidi McIntosh, le directeur de la conservation pour le 'Southern Utah Wilderness Alliance, un groupe conservationiste à but non-lucratif en Salt Lake City. "La meilleure manière de préserver ces places-là est de préserver leurs éloignement."

Des personnes travaillant au site, cependant, sont profondément pessimistes au sujet qu'il peut être protégé de la même manière que la nature et Mr. Wilcox le préservaient.

Des randonneurs(euses) furent dans le canon au cour des quelques derniers jours - une vision extrêmement rare ici - et des objects fabriqués qui étaient parterre, prêt pour être catalogués, furent plutard découvert comme manquant. Du pillarge et du vandalisme sont communs dans plusieurs des habitations de falaises qui sont situées sur des terres publiques à l'est d'ici.

"Je suis incroyablement inquièt," a dit Joel Boomgarden, un étudiant gradué en archéologie à l'University of Utah qui a commencé à travailler à ce site l'année dernière. "C'est jusque sent que ça va arriver aussi, ici. Celà est inévitable."


Image

[img]http://graphics7.nytimes.com/images/2004/07/01/national/ruin.184.1.jpg
[/img]

[img]http://graphics7.nytimes.com/images/2004/07/01/national/ruin.184.3.jpg
Colorado.[/img]

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Livres & Archéologie »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités