En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Forum sur L'ACTUALITÉ (francais)
Répondre
medico

Christianisme [Témoins_de_Jéhovah]
Avatar du membre

Messages : 64473
Enregistré le : 27 juin 2005, 13:23
Localisation : FRANCE

En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Ecrit le 28 oct. 2020, 04:15

Message par medico »

En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit
AFP

Timothée Dhellemmes - Publié le 27/10/20



Face à la reprise de l’épidémie de Covid-19, plusieurs pays européens ont pris des mesures de reconfinement dont certaines concernent l’exercice des cultes. En France, Emmanuel Macron doit prendre la parole ce mercredi 28 octobre à 20 heures pour annoncer les nouvelles mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus.

IRLANDEPLUS D'OFFICES RELIGIEUX

Depuis le 22 octobre, le pays est passé au niveau 5 du plan Covid, ce qui signifie que tous les déplacements sont réduits au strict nécessaire, les Irlandais étant priés de ne pas sortir d’un rayon de 5 kilomètres autour de leur domicile. « Les offices religieux doivent se tenir en ligne » et « les mariages et les funérailles sont limités à 25 personnes », précise le site de l’Ambassade de France à Dublin.

ROYAUME-UNILA RÈGLE DES SIX

Ils avaient rouverts le 4 juillet… moyennant une fréquentation proportionnelle à la taille de l’édifice. Mais depuis le 14 septembre, les rassemblements au-delà de six personnes sont interdits sur tout le territoire. Dans les édifices religieux, les personnes présentes ne doivent pas se mêler à un groupe de plus de six personnes, quel que soit le niveau d’alerte de la zone géographique. Seules exceptions ? Les mariages et les funérailles… limités, eux, à 15 personnes.

BELGIQUEDES MESSES SUSPENDUES

En Belgique, alors que diverses restrictions fédérales sont entrées en vigueur le 23 octobre, certaines provinces ont pris des mesures plus drastiques encore au point de restreindre l’accès aux cultes. A l’instar de la région de Bruxelles-Capitale où les « offices et cérémonies religieuses, sauf exception », sont interdits à compter du 26 octobre. Cette mesure ne concerne pas les funérailles, qui peuvent être célébrés en présence de 15 personnes. Les cérémonies de mariages peuvent également se tenir, mais uniquement en présence des mariés, témoins, et ministres du culte.




Image

Lire aussi :
À Bruxelles, les messes à nouveau suspendues



En province de Liège, dans l’est du pays, ce sont les célébrations de fêtes religieuses qui sont interdites : premières communions collectives, professions de foi, confirmations et célébrations « qui entraînent des réunions de famille ». En revanche, ces interdictions n’ont pas d’incidence pour « les eucharisties dominicales ou de semaine, les funérailles, les célébrations du 1er et du 2 novembre, l’éventuelle présence dans les cimetières » a précisé le vicaire général du diocèse.

ALLEMAGNEDES ANNONCES LE 28 OCTOBRE

Le gouvernement n’a pas encore mis en place de nouvelles mesures spécifiques concernant les lieux de culte, depuis leur réouverture au mois de mai. En Allemagne, les restrictions sont prises au niveau local, et l’accès aux églises est parfois conditionné à une inscription préalable en ligne. Des mesures pourraient être annoncées ce mercredi 28 octobre, des médias avance la mise en place d’un « confinement léger » est envisagé, consistant à interdire les évènements avec du public.

ITALIEPLUS DE MESSES APRÈS 18H

Depuis ce lundi 26 octobre, tous les commerces et bâtiments publics, hors services de première nécessité, sont fermés à partir de 18 heures, jusqu’au 24 novembre minimum. Un couvre-feu est même appliqué dans plusieurs grandes villes, comme Rome, Milan et Naples. Avant 18 heures, les messes publiques sont toujours autorisées dans les mêmes conditions que celles qui avaient été édictées le 18 mai dernier : distanciation d’un mètre, désinfection des mains et masques obligatoires.

ESPAGNELIBERTÉ CONFIÉE AUX DIOCÈSES

Le gouvernement a décrété ce dimanche 25 octobre l’état d’urgence sanitaire dans tout le pays. Le premier ministre, Pedro Sanchez, a annoncé un couvre-feu sur tout le territoire (à l’exception des îles Canaries) de 23h à 6h, avec la possibilité pour les régions d’avancer ou de retarder d’une heure son début. Concernant la pratique religieuse, le décret laisse aux autorités compétentes, pour les catholiques ce sont les diocèses, l’autonomie de fixer les règles, en tenant compte des risques de contamination : « La présence des personnes dans les lieux de culte est limitée par la fixation, par l’autorité compétente, de la capacité d’accueil pour les célébrations et les rencontres religieuses, en tenant compte du risque de transmission qui pourrait résulter de rencontres collectives. Cette limitation ne peut en aucun cas affecter l’exercice privé et individuel de la liberté religieuse ».
https://fr.aleteia.org/2020/10/27/en-eu ... tent=NL_fr
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance . AM - JW - Les Témoins de Jéhovah

avatar

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 1227
Enregistré le : 04 avr. 2016, 07:04

Re: En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Ecrit le 28 oct. 2020, 17:13

Message par avatar »

On ne voit pas du tout les titres en blanc :(

medico

Christianisme [Témoins_de_Jéhovah]
Avatar du membre

Messages : 64473
Enregistré le : 27 juin 2005, 13:23
Localisation : FRANCE

Re: En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Ecrit le 29 oct. 2020, 12:02

Message par medico »

Reconfinement : plus de messes après la Toussaint, les paroisses s'organisent[/size]

Agrandir cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille originale.

La célébration de messes est suspendue dans l'Oise. Deconfinement-godong-fr114715a
Pascal Deloche / Godong



Agnès Pinard Legry - Publié le 28/10/20



Après l’annonce d’un nouveau confinement au moins jusqu'au 1er décembre, les paroisses doivent une nouvelle fois s’organiser pour permettre aux fidèles de continuer leur vie spirituelle. Les messes publiques pourraient ne plus pouvoir se tenir à compter du lundi 2 novembre. Comme l’avait demandé la Conférence des Évêques de France, la fête de la Toussaint pourra avoir lieu en présence des fidèles.


Le président de la République a annoncé mercredi soir un nouveau confinement jusqu’au 1er décembre au moins. Une réunion par visio-conférence qui s’est tenue ce mercredi à 18h entre le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et les responsables religieux, a permis de confirmer que les lieux de cultes resteraient encore ouverts ce week-end ainsi que l’accès aux cimetières pour la fête de la Toussaint.

En revanche, à partir de lundi et jusqu’à fin novembre au moins, les lieux de cultes, s’ils resteront ouverts au public, « ne pourront plus accueillir de cérémonies religieuses (messes, cultes, mariages, enterrements) sinon avec des effectifs extrêmement réduits qui seront précisés ce jeudi par le Premier ministre », rapporte Le Figaro . Une privation qui s’annonce difficile pour les fidèles qui ont déjà souffert de l’absence de messe durant le Carême et Pâques lors du précédent confinement.


Si l’incertitude plane encore sur les modalités, les paroisses semblent préparées. Fortement mobilisé compte tenu du nombre de paroisses et de fidèles qu’il compte, le diocèse de Paris se tenait prêt mercredi à toute annonce. « On a tous en tête les degrés de fermeture qui peuvent être mis en place », confie-t-on. « On fait comme on a l’habitude de faire désormais à chaque nouvelle annonce : on avise, on échange et on communique les éléments aux paroisses le plus rapidement possible ».

Entre le précédent confinement, les mesures sanitaires appliquées depuis le déconfinement et le couvre-feu imposé depuis le 17 octobre , les paroisses disposent désormais d’une certaine expertise. Encouragement à des célébrations domestiques groupes de partage sur Zoom, messes diffusées en direct, homélies publiées sur les sites internet des paroisses, chaînes de prières et de solidarité virtuelles… Les pratiques adoptées pendant le confinement sont encore dans les esprits de chacun.



Réactiver ce qui est possible, maintenir ce qui l’est et développer ce qui n’existe pas encore.


Particulièrement dynamique pendant le confinement, le diocèse de Fréjus-Toulon compte bien s’organiser afin de permettre à tous les fidèles de se nourrir spirituellement. « Nous espérons pouvoir relancer certaines initiatives comme La Traversée (un parcours digital mise en place lors du confinement, ndlr) », explique le diocèse. « Maintenant que nous avons connaissance des nouvelles mesures, nous allons nous concerter afin de réactiver ce qui est possible, de maintenir ce qui l’est et de développer ce qui n’existe pas encore ».


La célébration de messes est suspendue dans l'Oise. MESSE-FRANCE-Godong-FR322784A

Lire aussi :
Reconfinement : ce que les évêques ont demandé au gouvernement



Dans un courrier adressé à Emmanuel Macron mardi 27 octobre, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France (CEF), avait formulé trois demandes : permettre aux Français de se rendre dans les cimetières pour la Toussaint, maintenir la pratique du culte en dépit d’un reconfinement et permettre aux aumôneries de fonctionner. Si la première demande est donc acquise, la deuxième, en dépit du fait que les églises restent ouvertes, ne l’est pas, malgré le respect scrupuleux des règles sanitaires lors des offices : port du masque obligatoire, désinfection des mains au gel hydroalcoolique à l’entrée, distance entre les fidèles, utilisation d’un banc sur deux, communion à la main…


Respect des mesures sanitaires


Si un certain relâchement a pu être observé dans quelques paroisses cet été, la rentrée et la perspective d’une seconde vague ont servi de piqûre de rappel. Dans plusieurs paroisses d’Île-de-France les prêtres n’ont pas hésité à rappeler au début et à la fin de la messe l’importance du respect de ces mesures. Début octobre, l’archevêque de Paris, Mgr Aupetit, avait d’ailleurs adressé une lettre aux prêtres de son diocèse afin de rappeler la nécessité de donner la communion dans la main.

Concernant la troisième demande formulée par les évêques de France, le maintien des aumôneries, elle a été acceptée par le gouvernement. Elles pourront donc poursuivre leurs activités dans les prisons, les hôpitaux ou encore les Ehpad en respectant les consignes sanitaires. Là encore, le confinement que la France a connu de mars à mai a permis de mieux percevoir leur rôle, essentiel, dans l’accompagnement et l’écoute de ces personnes doublement confinées.


En France et en Europe


Face à la reprise de la pandémie de Covid-19, plusieurs pays européens ont pris des mesures de reconfinement dont certaines concernent l’exercice des cultes. En Irlande, les offices religieux doivent se tenir en ligne et les mariages et funérailles sont limités à 25 personnes. En Italie, les messes publiques sont pour le moment autorisées dans la mesure où elles respectent le couvre-feu de… 18h. En France, un bilan sera établi fin novembre, l’idée étant, selon les résultats, de rétablir la normalité religieuse pour les fêtes de Noël.


La célébration de messes est suspendue dans l'Oise. Economy-france-covid-19-080_hl_fscheiber_1035528




Ces nouvelles dispositions sur la pratique du culte en période de crise sanitaire sera dans les prochains jours à nouveau sujet à discussion. Il est bon de relire les propos tenus dans nos colonnes par l’évêque du diocèse de Nanterre, Mgr Matthieu Rougé, le 22 mai 2020. « Il faudra aussi se demander si l’Église n’aurait pas dû dès le premier jour, au-delà des obsèques heureusement préservées, refuser l’interdiction stricte de tout culte ouvert à un public même très restreint », écrivait-il sur Aleteia. « Il ne s’agit pas ici d’incriminer qui que ce soit, c’est une question que je me pose d’abord à moi-même, le discernement dans l’urgence entre prudence sanitaire et préservation des libertés était à l’évidence extrêmement difficile. »
https://fr.aleteia.org/2020/10/28/recon ... tent=NL_fr
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance . AM - JW - Les Témoins de Jéhovah

medico

Christianisme [Témoins_de_Jéhovah]
Avatar du membre

Messages : 64473
Enregistré le : 27 juin 2005, 13:23
Localisation : FRANCE

Re: En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Ecrit le 03 nov. 2020, 03:01

Message par medico »

Interdiction des messes : les évêques de France déposent un référé devant le Conseil d’État

JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Lors de la messe de la Pentecôte, le 31 mai, à Chartres.


Agnès Pinard Legry - Publié le 02/11/20

Alors que le gouvernement a annoncé un reconfinement avec suspension des messes publiques au moins jusqu’au 1er décembre, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France (CEF) a annoncé qu'il allait déposer, après consultation de tous les évêques de France réunis en Assemblée plénière ce lundi 2 novembre, un référé devant le Conseil d’État afin de dénoncer une atteinte à la liberté de culte et permettre la reprise des offices religieux publics.
Les évêques de France montent au front pour la reprise des messes. Archevêque de Reims et président de la Conférence des évêques de France (CEF), Mgr Éric de Moulins-Beaufort a annoncé ce lundi 2 novembre, après consultation de tous les évêques de France réunis en Assemblée plénière, qu’il allait déposer un référé liberté au Conseil d’État. En effet, d’après l’épiscopat français, « le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, porte atteinte à la liberté de culte qui est l’une des libertés fondamentales dans notre pays ».

Les évêques de France estiment « hors de proportion l’interdiction de célébrer la messe et d’autres sacrements en communauté ». Ils rappellent avec justesse que pour les fidèles, « ces célébrations sont vitales parce qu’elles sont une rencontre avec le Seigneur et avec leurs frères » et qu’ils restent « totalement mobilisés contre l’épidémie et respectent l’ensemble des consignes sanitaires qui pèsent sur le pays depuis le début ».

« Comme en mars, la logique du gouvernement a été de n’autoriser que les seules activités jugées ‘essentielles’. Mais cela soulève une réelle difficulté car cette notion d’’activité essentielle’ est éminemment subjective (et non juridique) » décryptait il y a quelques jours Maître Jean-Baptiste Chevalier, dans Aleteia. « S’il est évidemment « essentiel » de pouvoir continuer de se nourrir, peut-on vraiment considérer qu’il serait moins essentiel de participer à un office religieux que d’aller promener son chien, que d’acheter un nouveau téléphone portable, ou que de participer à une manifestation ? On a vu, au printemps, que d’autres États n’avaient pas retenu la même analyse, et avaient permis les offices religieux en petits comités. »

Un peu plus tôt dans la journée cinq évêques, Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Mgr Jean-Pierre Cattenoz, évêque d’Avignon, Mgr David Macaire, évêque de Fort-de-France et Mgr Bernard Ginoux, évêque de Montauban, avaient déposé un référé devant le Conseil d’État contre l’interdiction des messes décrétée par le gouvernement. Un recours déposé conjointement avec d’autres associations catholiques : les Associations Familiales Catholiques (AFC), Anuncio, Le Village de François, Journées Paysannes, l’IRCOM et Les Deux Rives.

Cet événement est loin d’être isolé et traduit une réelle souffrance pour les catholiques. Une pétition en ligne a été lancée vendredi 30 octobre pour la reprise des messes publiques. En trois jours, elle a récolté plus de 65.000 signatures. Le même jour des communautés et instituts catholiques, dont la Fraternité Saint-Pierre, ont également déposé un recours en référé-liberté devant le Conseil d’État.

« L’Église s’est toujours montrée irréprochable et toutes les mesures de précaution nécessaires ont été prises et respectées.

« Alors que le gouvernement a décidé de reconfiner les Français face à la situation sanitaire, nous déplorons que les catholiques ne puissent se rendre librement à la messe », dénoncent-ils. « Alors même que les écoles, les grandes surfaces et les transports en commun resteront ouverts, il apparait que la liberté de culte n’est pas respectée ». Les cinq évêques rappellent également que depuis le début de la pandémie de Covid-19, « l’Église s’est toujours montrée irréprochable et toutes les mesures de précaution nécessaires ont été prises et respectées par les prêtres et les fidèles ».
https://fr.aleteia.org/2020/11/02/repri ... tent=NL_fr
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance . AM - JW - Les Témoins de Jéhovah

medico

Christianisme [Témoins_de_Jéhovah]
Avatar du membre

Messages : 64473
Enregistré le : 27 juin 2005, 13:23
Localisation : FRANCE

Re: En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Ecrit le 05 nov. 2020, 04:56

Message par medico »

Reconfinement : les catholiques ne peuvent se satisfaire de la messe connectée
messe télévisée
Pascal Deloche / Godong


Henri Quantin - Publié le 04/11/20

La liberté de culte, moins protégée que l’ouverture des magasins de bricolage, est-ce normal ? Notre chroniqueur, qui publie en décembre « Manger Dieu » (Le livre ouvert) s’inquiète surtout de la banalisation de la messe télévisée, contribuant à nier l’Incarnation.
Il paraît que le gouvernement a tiré les leçons du premier confinement. C’est du moins ce qu’a déclaré le président de la République, droit dans les yeux des Français. Deux catégories de citoyens devraient bénéficier de ces leçons : les personnes âgées et les morts ! Du côté des personnes âgées, les visites dans les EHPAD seront possibles. Cela évitera sans doute que quelques-unes, à qui on voulait éviter de mourir du virus, ne meurent de chagrin dans la solitude, comme cela a eu lieu en avril. On se souvient de la prophétie géniale de Philippe Muray : « Nous vivons une époque formidable où tout le monde mourra bientôt en bonne santé. » Même si cela visait certainement la toute-puissance de la médecine et l’injection anticipée, ce n’est pas sans rapport avec les méthodes du premier confinement.

Le jour des morts
Pour honorer les morts, la leçon a également été tirée, nous assure Emmanuel Macron. Concrètement, cela signifie que le nombre de proches autorisés pour un enterrement passe de vingt à trente. Cela reste un peu court pour une famille nombreuse. Il y aura sans doute quelques petits-enfants qui devront tirer à la courte-paille pour savoir qui pourra assister aux obsèques de leur grand-mère. Il est vrai que le président déclara un jour : « Montrez-moi une femme, parfaitement éduquée, qui décide d’avoir sept, huit, neuf enfants ! » Si les petits-enfants de cette inculte n’ont toujours pas renié leur famille, ils ne pourront s’en prendre qu’à leur manque d’éducation s’ils ratent l’enterrement.




Lire aussi :
Interdiction des messes : cinq questions sur les recours devant le Conseil d’Etat


Les morts seront honorés, donc. Il semble tout de même qu’une négociation ait été nécessaire pour qu’ils puissent être honorés… le jour des morts. Cela aurait pu aller de soi, mais ne boudons pas ce point : les messes ont finalement eu lieu le 2 novembre et des fidèles charnellement présents ont pu entendre cette Parole de Vie : « Frères, nous le savons, même si notre corps, cette tente qui est notre demeure sur la terre est détruite, nous avons un édifice construit par Dieu, une demeure éternelle dans les cieux qui n’est pas l’œuvre des hommes » (2 Co 5, 1). Cela s’appelle la commémoration de tous les fidèles défunts et c’est nettement plus salutaire qu’un flash info dénombrant les morts de la semaine.

Une variable d’ajustement
De là à présenter cette messe « en plus » comme une bonne nouvelle, qui vaudrait au gouvernement notre gratitude, il y a un pas que nous ne franchirons pas. Car si le Président prétend avoir tiré les leçons du premier confinement, les catholiques peuvent aussi en tirer quelques-unes des mesures imposées pour le reconfinement. La principale est sans doute celle-ci : la liberté de culte est décidément une variable d’ajustement pour ceux qui nous gouvernent. Elle est moins protégée que l’ouverture des magasins de bricolage.




Lire aussi :
Interdiction des messes : l’audience fixée au 5 novembre


Au nom de la sacro-sainte « bienveillance » obligatoire, le fidèle interdit de sacrements par le premier confinement était tenu, à l’époque, de juger que ce n’était que l’effet d’une situation d’urgence imprévue. Condamné à agir vite, le gouvernement aurait été pris de court ; il aurait suspendu à la va-vite tous les rassemblements, les messes comme les spectacles de cirque, sans distinguer le prêtre du clown ou le Pain de Vie de la barbe-à-papa. Cette hypothèse est désormais intenable. Alors même qu’un arrêt du Conseil d’État a dénoncé entre temps des mesures disproportionnées, le gouvernement remet ça. Absolument rien, pourtant, ne peut justifier de suspendre les messes publiques en petit comité, alors même que les obsèques sont autorisées avec trente personnes. Et pourquoi six personnes seulement pour les mariages ? Le but est-il que les parents jouent aussi le rôle des témoins ? Si le prêtre était en outre le père de la mariée, on suppose que ce serait encore mieux.

Elle consiste à proclamer haut et fort que les disciples d’un Dieu fait chair, qui se donne à manger, ne peuvent pas se contenter de produits virtuels de substitution.

Or, même si on admettait que l’État était dans son droit, de manière exceptionnelle, en limitant le nombre de fidèles autorisés à assister à une cérémonie, il n’a aucune légitimité pour décider quel type de célébrations a lieu entre les murs qu’il entretient. Quant à parler de situation extrême, rappelons l’article 34 de la convention de Genève de 1949 : « Toute latitude sera laissée aux prisonniers de guerre pour l’exercice de leur religion, y compris l’assistance aux offices de leur culte. » Nous ne doutons pas que le Président Macron estime traiter les confinés au moins aussi bien que des soldats ennemis emprisonnés.

Une nouvelle Église, sans le corps du Christ ?
Mais il y a une autre leçon à tirer pour les catholiques, qui ne dépend nullement du bon vouloir du gouvernement. Elle consiste à proclamer haut et fort que les disciples d’un Dieu fait chair, qui se donne à manger, ne peuvent pas se contenter de produits virtuels de substitution. Pour prolonger la suspension du culte public, Christophe Castaner, on s’en souvient, déclara : « Je pense que la prière n’a pas besoin de lieu de rassemblement où on ferait courir un risque à l’ensemble de sa communauté religieuse. » La plus sûre manière de lui donner raison est de chanter joyeusement la richesse des solutions numériques alternatives.




Lire aussi :
Messe, mariage, enterrement… tout ce qui sera possible


En réponse à un prêtre qui refusait de vanter sans nuances les messes par écran interposé, une lectrice écrivit dans un magazine, à propos du confinement : « Ce fut un magnifique arc-en-ciel planétaire de voix et de cœurs unis dans une même adoration. Une Église virtuelle peut-être, mais bien réelle et concrète. » Peut-être ne s’agissait-il que de faire contre mauvaise fortune bon cœur, mais la présence de l’arc-en-ciel inquiète un peu : on dirait une nouvelle alliance, qui n’a plus besoin de corps livré et de sang versé. À lire une déclaration si enthousiaste, on a le sentiment que la communion virtuelle n’était pas du charnel par défaut : elle était au contraire l’apothéose d’un charnel essoufflé, qui accédait enfin au statut indépassable d’événement numérique. La Cène s’élevait soudain à la dignité de café connecté.

Qui ne voit que tous les éloges des merveilles de l’écran font le jeu de la « théologie » approximative de Christophe Castaner et contribuent à nier l’Incarnation ? C’est pourquoi il est légitime, plutôt que de retourner en hâte à sa messe connectée préférée, de lutter contre la suspension des messes publiques et des confessions, pour avoir au moins les mêmes droits que les prisonniers de guerre. Car si la leçon de la privation eucharistique du premier confinement n’est pas, avant tout, que la folie amoureuse de Dieu consiste à descendre « jusqu’à la Croix des intestins », selon la formule lumineuse de Max Jacob, la partie est perdue d’avance. Le vainqueur ultime ne sera pas le virus, mais l’esprit du monde, qui n’a guère à craindre d’un spiritualisme désincarné et de la communion des saints smartphones. Alors, sans doute, les morts continueront-ils à être honorés, mais comme des corps détruits, et non plus comme des corps glorieux.



https://fr.aleteia.org/2020/11/04/recon ... connectee/?
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance . AM - JW - Les Témoins de Jéhovah

ESTHER1

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 1880
Enregistré le : 01 janv. 2016, 14:08
Réponses : 1

Re: En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Ecrit le 06 nov. 2020, 05:55

Message par ESTHER1 »

On peut aussi se passer du "décorum " messes, mariages et enterements ! T out cela est conventionnel et ne change en rien la finalité !

medico

Christianisme [Témoins_de_Jéhovah]
Avatar du membre

Messages : 64473
Enregistré le : 27 juin 2005, 13:23
Localisation : FRANCE

Re: En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Ecrit le 06 nov. 2020, 06:09

Message par medico »

Petit question comment communier et prendre l'hostie dans ce cas de figure?
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance . AM - JW - Les Témoins de Jéhovah

ESTHER1

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 1880
Enregistré le : 01 janv. 2016, 14:08
Réponses : 1

Re: En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Ecrit le 06 nov. 2020, 10:16

Message par ESTHER1 »

........................................L





l église primitive a dégénéré :on ne la reconnaît plus dans son organisation actuelle: Elle a subi trop de changementsdans son organisation deepuis" l' addition sans autorité aux cérémonies et les modifications dans les ordonnances de base telle que le baptême et la trasssubstantiation de la SAINTE cène etc .......Elle se trouve das une Apostasie complète : il faut des livres pour expliquer son Apostasie : ici cela serait trop long à démontrer. MERCI au Saint-Esprit qui nous donné la capacité d' y voir clair













' 0

medico

Christianisme [Témoins_de_Jéhovah]
Avatar du membre

Messages : 64473
Enregistré le : 27 juin 2005, 13:23
Localisation : FRANCE

Re: En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Ecrit le 06 nov. 2020, 11:41

Message par medico »

Désolé mais ce n'est pas le sujet.
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance . AM - JW - Les Témoins de Jéhovah

RT2

* [ Aucun rang ] *

Messages : 8187
Enregistré le : 09 juil. 2015, 15:23

Re: En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Ecrit le 06 nov. 2020, 12:41

Message par RT2 »

Que la bonne nouvelle ne soit plus prêchée parmi les nations alors que la fin arrive ? Cyniquement je dirai que ça en arrange certains :hi:

medico

Christianisme [Témoins_de_Jéhovah]
Avatar du membre

Messages : 64473
Enregistré le : 27 juin 2005, 13:23
Localisation : FRANCE

Re: En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Ecrit le 08 nov. 2020, 09:39

Message par medico »

Conseil d’État vient d’annoncer ce samedi 7 novembre en fin de journée qu’il ne suspendait pas les restrictions prises pendant l’état d’urgence sanitaire confirmant ainsi la suspension des messes publiques durant le reconfinement.
C’est une déception pour des millions de fidèles. Saisi par les évêques , des fidèles et différentes associations catholiques, le Conseil d’État, après l’audience du jeudi 5 novembre , vient d’annoncer qu’il ne suspendait pas « les dispositions du décret du 29 octobre 2020 qui restreignent temporairement, dans le cadre du confinement, la possibilité de se rendre dans les lieux de culte et de s’y rassembler ». En d’autres termes, il maintient la suspension des messes publiques.
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance . AM - JW - Les Témoins de Jéhovah

medico

Christianisme [Témoins_de_Jéhovah]
Avatar du membre

Messages : 64473
Enregistré le : 27 juin 2005, 13:23
Localisation : FRANCE

Re: En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Ecrit le 10 nov. 2020, 09:03

Message par medico »

Privés de messe, les catholiques s’organisent autrement

Nicolas Guyonnet / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP


Agnès Pinard Legry - Publié le 09/11/20

Alors que le Conseil d’État a confirmé la suspension des messes publiques compte tenu de la situation sanitaire, les prêtres sont contraints de s’organiser différemment afin de permettre aux fidèles de continuer leur vie de foi.
Face à l’interdiction des messes publiques, confirmée par l’ordonnance du Conseil d’État du 7 novembre, de nombreux catholiques oscillent entre désarroi et incompréhension. Des sentiments largement partagés à en croire le hashtag #RendezNousLaMesse sur Twitter.

À Nantes comme à Versailles ou à Lyon, des rassemblements de fidèles ont eu lieu ce week-end devant la cathédrale de chacun de ces diocèses afin de réclamer la possibilité de retourner physiquement à la messe. Si celui de Versailles est parti d’un appel lancé le jour même sur les réseaux sociaux par des étudiants, celui de Nantes a fait l’objet au préalable d’une demande à la préfecture.

Si certaines paroisses parisiennes ont laissé les portes des églises ouvertes ce dimanche à l’heure de la messe pour permettre à ceux qui le désiraient de s’y recueillir à titre individuel, d’autres, comme lors du premier confinement, se sont remises à diffuser leur messe en direct. N’étaient alors physiquement dans l’église que ceux dont la présence était nécessaire à la bonne diffusion de la célébration. D’autres encore, comme à Lyon, ont proposé des messes limitées à dix personnes « sur inscription préalable ».

Faire en fonction de ce qui nous est donné pour vivre ce qui nous paraît essentiel.

« On ne peut pas s’amuser à être à la marge, à jouer avec les frontières », assure à Aleteia le père Leraitre, curé de Sainte Marie des Batignolles dans le XVIIe arrondissement parisien. « Le but n’est pas d’aller contre une décision officielle mais de faire en fonction de ce qui nous est donné pour vivre ce qui nous paraît essentiel ». Diffusée en direct, la messe y a donc été célébrée à huis clos ce dimanche. Pour permettre aux fidèles de vivre le côté sacramentel de l’eucharistie, il a et va continuer de proposer à ceux qui le désirent une heure d’adoration à l’issue de la messe « afin de s’unir et faire corps ». Au cours de cette adoration, un accompagnement personnel sacramentel est possible, « que ce soit pour une discussion, le sacrement de la réconciliation ou la communion ». À Lyon également, plusieurs paroisses ont proposé à ceux ayant suivi la messe en ligne le matin de se rendre l’après-midi à la paroisse afin d’y vivre un temps d’adoration et de recevoir le sacrement de réconciliation. « Nous avons également eu la possibilité de communier, cinq par cinq, dans une chapelle attenante », raconte une paroissienne.


PRÊTRE TENANT UNE EUCHARISTIE

Lire aussi :
Comprendre ceux qui ne comprennent pas l’Eucharistie


Dans les Yvelines, plusieurs paroisses proposent d’ores et déjà des plages horaires afin de permettre aux fidèles de communier malgré la suspension des messes publiques. Le diocèse de Versailles a en effet rappelé que dans le cadre de l’accueil individuel des fidèles, les prêtres doivent évaluer, « selon le contexte pastoral qui est le leur », la meilleure façon d’assurer le lien des fidèles à l’Eucharistie, le dimanche comme en semaine : « par des temps d’adoration du Saint-Sacrement exposé, ou par la distribution de la communion en dehors de la messe. On se réfèrera alors au rite bref proposé dans le « rituel de l’Eucharistie en dehors de la messe » (cf n°42 ss.) ».

L’eucharistie est un don, pas un dû.

« J’appelle mes prêtres à laisser la porte de leurs églises ouvertes, y compris lorsqu’ils célèbrent la messe privément », explique pour sa part à Aleteia Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron. « Des fidèles peuvent être présents bien sûr mais leur nombre doit être limité afin de garantir le respect des règles sanitaires ». Le prêtre célébrant la messe privément, il n’y a donc pas de chant appelant une réponse de l’assemblée ou d’homélie. Dans ce cas précis, les personnes présentes dans l’église ne reçoivent pas la communion lors de la messe mais peuvent la demander à la fin, lorsque le prêtre a fini de célébrer. Plus globalement, il invite les fidèles « à participer à un rendez-vous liés à l’eucharistie » tel que l’adoration ou un temps de recueillement en lien avec la parole de Dieu ». Interdire l’eucharistie ? « Certainement pas ! », reprend Mgr Marc Aillet. Reconnaissant volontiers que dans son diocèse il y a moins de risque d’une surpopulation des églises que dans d’autres, il assure comprendre « que des fidèles en aient besoin ». « Mais l’eucharistie n’est pas un acte hors sol auquel on a droit. C’est un don, pas un dû ».
https://fr.aleteia.org/2020/11/09/prive ... tent=NL_fr
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance . AM - JW - Les Témoins de Jéhovah

medico

Christianisme [Témoins_de_Jéhovah]
Avatar du membre

Messages : 64473
Enregistré le : 27 juin 2005, 13:23
Localisation : FRANCE

Re: En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Ecrit le 15 nov. 2020, 09:07

Message par medico »

(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance . AM - JW - Les Témoins de Jéhovah

medico

Christianisme [Témoins_de_Jéhovah]
Avatar du membre

Messages : 64473
Enregistré le : 27 juin 2005, 13:23
Localisation : FRANCE

Re: En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Ecrit le 19 nov. 2020, 14:04

Message par medico »

Un rassemblement catholique de 190 personnes dans l’Orne à l’origine de plusieurs cas de Covid
Les responsables de cette retraite spirituelle, organisée avant le reconfinement fin octobre, n’ont prévenu ni l’Agence régionale de Santé ni la CPAM pour assurer le traçage.
Par L'Obs

Publié le 19 novembre 2020 à 10h57 Mis à jour le 19 novembre 2020 à 11h10
Temps de lecture 1 min
La basilique de La Chapelle-Montligeon, petite commune de la région du Perche, dans le sud-est du département de l’Orne. (Jimmy Beunardeau / Hans Lucas via AFP)La basilique de La Chapelle-Montligeon, petite commune de la région du Perche, dans le sud-est du département de l’Orne. (Jimmy Beunardeau / Hans Lucas via AFP)

A l’heure où les catholiques demandant la reprise rapide des cultes en public, les révélations tombent mal. Selon les informations de « Ouest-France », des catholiques se sont rassemblés dans le village de La Chapelle-Montligeon (Orne) du 22 au 25 octobre à l’occasion d’une retraite spirituelle organisée par la communauté de l’Emmanuel. Les participants venant du Grand Ouest sont ensuite rentrés chez eux à Brest, Angers ou encore Nantes.
https://www.nouvelobs.com/coronavirus-d ... ]-20201119
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance . AM - JW - Les Témoins de Jéhovah

medico

Christianisme [Témoins_de_Jéhovah]
Avatar du membre

Messages : 64473
Enregistré le : 27 juin 2005, 13:23
Localisation : FRANCE

Re: En Europe, les lieux de culte se reconfinent petit à petit

Ecrit le 22 nov. 2020, 11:42

Message par medico »

Image
Source: Le Dauphiné Libéré.
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance . AM - JW - Les Témoins de Jéhovah

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Actualité religieuse »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités