Bouddhisme et dérives sectaires

Croyances issu des enseignements de Siddhartha Gautama, considéré comme le Bouddha historique.
Règles du forum
Le bouddhisme est une pratique, une philosophie de vie fondée par un sage de l'inde antique vers -600 avant JC, ce sage appelé "Bouddha" ce qui veut dire Éveillé, atteint l'Éveil vers 40 ans puis il enseigna durant toute sa vie, il mourut vers 80 ans en ayant établi une communauté de sa doctrine.
Répondre
algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 887
Enregistré le : 17 mai 2015, 13:59

Re: Bouddhisme et dérives sectaires

Ecrit le 28 mars 2018, 07:27

Message par algol-x »

Ichinen29 a écrit :Hahahahaha!!...quel délire!...Allez vviennnttdonc boire un coup à a la maisonn,...allez vient,...on....hic!
Aucun arguments, mais des réactions: affirmations non valides, spam, propos grossiers etc...

:levitation:
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Ichinen29

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 185
Enregistré le : 25 oct. 2017, 14:57

Re: Bouddhisme et dérives sectaires

Ecrit le 28 mars 2018, 08:42

Message par Ichinen29 »

ben voyons,....parce que vous vous n'êtes pas grossier dans vos allégations?...

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 887
Enregistré le : 17 mai 2015, 13:59

Re: Bouddhisme et dérives sectaires

Ecrit le 28 mars 2018, 10:40

Message par algol-x »

Ichinen29 a écrit :ben voyons,....parce que vous vous n'êtes pas grossier dans vos allégations?...
Je n'allègue rien, la victimisation trouble vos perceptions !

Rapport Miviludes 2017

« Dans le domaine de la spiritualité «orientale» – pseudo-bouddhisme ou pseudo-hindouisme –, on observe peu d’évolution dans les interrogations. Ce sont en effet toujours les mêmes mouvements qui suscitent des inquiétudes, liées à des ruptures de comportement et de socialisation, un changement d’attitude de l’adepte à l’égard de ses proches. Souvent sur la défensive quand les proches expriment des interrogations, les adeptes déclarent que c’est leur choix libre et éclairé. Deux mouvements ont fait particulièrement l’objet d’interrogations : l’Association cultuelle Soka du bouddhisme Nichiren, anciennement Soka Gakkai (19 interrogations) [...]

"Je voudrais avoir votre avis sur la Soka Gakkai. 2 personnes de ma famille y sont rentrées et elles pensent avoir trouvé les clés du bonheur et ont perdu tout esprit critique. Elles sont maintenant entourées de personnes du même groupe et font des prières répétitives. Faut-il s'inquiéter pour elles ?" [Enregistré le 13/12/2016]

http://www.derives-sectes.gouv.fr/sites ... b_v2_0.pdf

:levitation:
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Ichinen29

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 185
Enregistré le : 25 oct. 2017, 14:57

Re: Bouddhisme et dérives sectaires

Ecrit le 28 mars 2018, 16:18

Message par Ichinen29 »

PRRRooouuutt!....'ho zut,ça c'est grossier...)...Que dire d'autre...?

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 887
Enregistré le : 17 mai 2015, 13:59

Re: Bouddhisme et dérives sectaires

Ecrit le 02 avr. 2018, 15:34

Message par algol-x »

Ichinen29 a écrit :PRRRooouuutt! Que dire d'autre...?
Que vous devez avoir mauvaise haleine ! :sourcils:

:levitation:
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Ichinen29

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 185
Enregistré le : 25 oct. 2017, 14:57

Re: Bouddhisme et dérives sectaires

Ecrit le 02 avr. 2018, 16:09

Message par Ichinen29 »

seulement quand je vous lit,...

zeste de savoir

* [ Aucun rang ] *

Messages : 517
Enregistré le : 19 déc. 2017, 04:13

Re: Bouddhisme et dérives sectaires

Ecrit le 02 avr. 2018, 16:24

Message par zeste de savoir »

Ichinen29 a écrit :PRRRooouuutt! Que dire d'autre...?
algol-x a écrit : Que vous devez avoir mauvaise haleine ! :sourcils:

:levitation:
Dans une prochaine vie, grâce a sa dévotion au sutra du lotus, Ichi sentira meilleur et sera beau, ce qui le changera ! :sourcils:
Et il ne sera non plus ni africain, ni arabe, manquerait plus que ça ! :Bye:


Il n'aura pas mauvaise haleine. Sa langue sera toujours saine, tout comme sa bouche; ses dents ne seront pas noircies, ni jaunies, ni cariées, elles ne se déchausseront ni ne tomberont, elles ne seront pas inégales, ni de travers. Il n'aura pas les lèvres pendantes, ni retroussées, ni gercées ni pustuleuses; elles ne seront ni abîmées ni tordues, ni épaisses ni grandes, pas plus qu'elles ne seront noircies, ni avec aucun autre défaut. Il n'aura pas le nez aplati ou tordu, ni le visage basané, allongé, étroit ou concave; il n'aura aucune marque rébarbative. Ses lèvres, sa langue, ses dents seront toutes magnifiques, il aura le nez long, haut et droit, la figure parfaite, les sourcils hauts et longs, le front large et plat; sa physionomie sera totalement accomplie.

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 887
Enregistré le : 17 mai 2015, 13:59

Re: Bouddhisme et dérives sectaires

Ecrit le 02 avr. 2018, 16:31

Message par algol-x »

Ichinen29 a écrit :seulement quand je vous lit,...
Certes, tout miel quand il s'agit d'essayer d’embringuer des gens dans votre organisation qui rends malade, et face à la critique, vous vomissez vos déjections, cela ne me gène guère bien au contraire, vous contribuez ainsi à ce que certains membres de votre "organisation" saisissent la vraie nature de Gakkai, qui ne fleure pas la rose ! vous êtes un "idiot utile" ! :)

:levitation:
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Ichinen29

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 185
Enregistré le : 25 oct. 2017, 14:57

Re: Bouddhisme et dérives sectaires

Ecrit le 03 avr. 2018, 03:57

Message par Ichinen29 »

"...le royaume des cieux leur appartient?..."...Aux innocents les mains pleines....Quand à "vomir"...il est certain que vous susciter ce spasm...e!...

vic

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar du membre

Messages : 12621
Enregistré le : 07 juil. 2013, 16:15

Re: Bouddhisme et dérives sectaires

Ecrit le 13 avr. 2018, 08:35

Message par vic »

Personnellement je déteste les religions politiques , comme l'islam politique . La soka gakkaÏ est une nouvelle religion politique .
C'est un mélange politico religieux .
Et je comprends les inquiétudes quand on voit ce mauvais mélange s'avancer .
On a eu un mélange similaire avec la secte AUM qui s'affirmait bouddhiste .Les mélanges politico religieux finissent toujours mal , les gens deviennent souvent instrumentalisés à travers le religieux dans un but détourné politique .
Tout ce qu'on sait c'est que Bouddha n'a jamais baigné dans la politique , et que tout ça c'est de la récupération .
Il est plus simple d'instrumentaliser des gens politiquement à travers le religieux , l'irrationnel .
Ca permet de faire faire aux gens des choses irrationnelles qu'on ne pourrait pas justifier seulement politiquement et de détourner la raison des peuples .
On le voit très bien au cours de l'histoire et notamment avec l'islam politique à notre époque .
Moi c'est essentiellement ça qui me gène dans la soka gakkaï , je trouve ce mouvement très malsain .
Tant qu'un mouvement religieux se contente de croire en des superstitions non dangereuses mais qu'il n'essait pas de manipuler les gens dans un but détourné politique , je respecte ses croyances, même si je n'y crois pas . Mais quand le religieux n'est que le paravent pour autre chose de masqué , de politique là je m'y oppose .
Très honnêtement qu'est ce que ce mélange vient foutre là dans le bouddhisme ? C'est quand même là la vrai question , comme ça l'était pour la secte AUM .
Ca n'est pas en apprenant à prendre des vessies pour des lanternes qu'on apprend à voir clair en soi

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2105
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Bouddhisme et dérives sectaires

Ecrit le 13 avr. 2018, 15:29

Message par Yvon »

Il n'y a pas de politique dans la Soka gakkai . Faut le dire comment ?
Modifié en dernier par Yvon le 14 avr. 2018, 06:53, modifié 1 fois.
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

zeste de savoir

* [ Aucun rang ] *

Messages : 517
Enregistré le : 19 déc. 2017, 04:13

Re: Bouddhisme et dérives sectaires

Ecrit le 14 avr. 2018, 03:18

Message par zeste de savoir »

Si vous le dites... (face)

Cette énorme secte japonaise (la plus grosse de l’archipel), partie d’une poignée d’adeptes dans les années 30, s’est constituée en Etat dans l’Etat, sur un mode mafieux, et s’est implantée dans environ 190 pays, avec une logistique qui sert de support à des activités de renseignement. L’étude replace les grandes étapes du développement de cette secte dans le contexte historique, économique, politique, culturel de ces différentes époques et souligne son adaptation légendaire au changement de paradigme international (dont l’auteur livre une analyse) en cours. Elle insiste beaucoup sur les déterminants culturels sous-jacents aux stratégies. Elle est articulée autour de 5 parties qui abordent : 1/ les tenants et aboutissants de la problématique sectaire contemporaine 2/ l’imposture spirituelle que constitue la SG par rapport au bouddhisme en général et à celui de Nichiren en particulier 3/ les mécanismes et enjeux de l’emprise développée sur les adeptes 4/ l’Etat dans l’Etat qu’elle est devenue au Japon 5/ Son expansion à l’étranger, ses stratégies internationales et les accointances de celles-ci avec Etats, sociétés et système international. Cette thèse est réellement interdisciplinaire ; elle s’inscrit à l’articulation, notamment, des sciences religieuses, de la sociologie et des relations internationales, de l’histoire et de la géopolitique, de la criminologie, de la psychologie, de la politologie, de l’économie, de la philosophie.

http://www.theses.fr/2011EPHE5​004

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2105
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Bouddhisme et dérives sectaires

Ecrit le 14 avr. 2018, 06:53

Message par Yvon »

Comme tout citoyen au sein d’un système démocratique, les pratiquants du bouddhisme de
Nichiren reconnaissent pleinement le rôle légitime des autorités publiques et s’évertuent à promouvoir le
bien commun, l’intérêt général au sein de la société.
M. Aruga, politologue japonais, précise à cet égard que : « La croissance du nombre de
pratiquants (du culte du bouddhisme de Nichiren) au Japon a suscité une augmentation analogue de leur
capacité à exercer, en qualité de citoyens, une influence sociale et politique, en raison de leur nombre »,
à savoir, près de 12 millions de pratiquants1
.
Les pratiquants du culte du bouddhisme de Nichiren, s’exprimant comme tout un chacun selon les
voies et les garanties démocratiques, participent de la sorte à la vie politique et civile des pays
démocratiques où ils résident.
Si certains pratiquants sont appelés, en qualité de citoyens, à remplir des mandats politiques, c’est
à titre strictement personnel au terme d’une décision libre et individuelle. Par ailleurs, la Soka Gakkai
Internationale, association japonaise dont le siège est fixé à Tokyo, a toujours précisé que les associations
du mouvement hors du Japon « ne s’impliqueront dans aucune activité politique quelle qu’elle soit ».

En France, ni le mouvement religieux ni ses dirigeants, indépendants et apolitiques,
n’appellent à voter pour un parti politique, ni à prendre position pour tel ou tel élu. Aucune
formation politique en France n’est le fait du mouvement religieux, ni en est son émanation.
Chacun reste libre de ses choix politiques même lorsque des pratiquants exercent des mandats ou
des fonctions politiques ou sociales ; et si au sein de la démocratie japonaise, le parti politique
« Komeito » est composé de certains pratiquants de la Soka Gakkai, cela ne diffère en rien de la
situation en France où certains partis politiques d’inspiration démocrate chrétienne rassemblent des
chrétiens. Le mouvement s’interdit en outre de faire usage d’outils politiques pour propager ses
croyances bouddhistes et n’est en aucun cas financé par la Soka Gakkai, dont il est indépendant sur
le plan juridique et financier.
Par ailleurs, au Japon, est prohibé le cumul de responsabilités au sein de la Soka Gakkai et du
Komeito, qualifié improprement de « parti bouddhiste ». Mr Aruga compare la situation du Komeito au
Japon, à l’Union Démocratique Chrétienne dite CDU en Allemagne2
. Karel Dobbelaere, sociologue des
religions, évoque à titre comparatif la situation en Belgique du Parti Populaire Chrétien



Dans les 192 pays où est implanté la Sokka Gakkai , il n'y a aucune implication politique de celle ci .
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

zeste de savoir

* [ Aucun rang ] *

Messages : 517
Enregistré le : 19 déc. 2017, 04:13

Re: Bouddhisme et dérives sectaires

Ecrit le 14 avr. 2018, 12:23

Message par zeste de savoir »

Yvon a écrit : « Komeito » est composé de certains pratiquants de la Soka Gakkai.
Le mouvement s’interdit en outre de faire usage d’outils politiques pour propager ses
croyances bouddhistes et n’est en aucun cas financé par la Soka Gakkai, dont il est indépendant sur
le plan juridique et financier.
Par ailleurs, au Japon, est prohibé le cumul de responsabilités au sein de la Soka Gakkai et du
Komeito, qualifié improprement de « parti bouddhiste ». Mr Aruga compare la situation du Komeito au
Japon, à l’Union Démocratique Chrétienne dite CDU en Allemagne2
. Karel Dobbelaere, sociologue des
religions, évoque à titre comparatif la situation en Belgique du Parti Populaire Chrétien

Dans les 192 pays où est implanté la Sokka Gakkai , il n'y a aucune implication politique de celle ci .
C'est beau la dialectique ! :sourcils:



Non, la soka gakkai n'aime pas la critique, pour ces aficionados il faut donner l' image d'un groupe principalement préoccupé du bonheur et du bien être de l'humanité.

La réalité, quand elle arrive à émerger, est parfois plus surprenante, ainsi il aura fallu plus de 10 ans de luttes juridiques et de lutte contre les pressions à junya yano, ancien membre et ex président du new komeito, le groupe politique de la soka gakkai, pour voir enfin reconnu les méfaits a son encontre.

Les adeptes sur les blogs a la gloire de la cause sont pendant ce temps, entretenus dans l'idée que l'organisation n'a jamais perdu aucun procès, et davantage invités à s'extasier sur la dernière médaille ou le dernier diplôme de doctora honoris causa de Daisaku ikeda, qu'informés de ces faits qui déparent dans le paysage !

Finalement ceux qui en parlent le mieux, sont ceux qui en sont revenu, sachant que parfois, il faut aller au fond de l'aliénation pour en sortir... !



Membre de la Soka Gakkai (SG) pendant plus de 50 ans, Junya Yano a quitté le mouvement en 2008 après des difficultés longues et répétées qui l’ont conduit à porter plainte contre l’organisation.
J. Yano a été Secrétaire général du Nouveau Komeito de 1967 à 1986, puis Président de 1986 à 1989. Commentateur politique, il a écrit une série d’articles, publiés dans le journal Bugei Shunju entre 1993 et 1994, dans lesquels il dénonce certaines positions de la SG amalgamant politique et religion. La SG n’a pas admis d’être critiquée : elle a réagi en exerçant des pressions violentes sur J. Yano et sa famille, leur rendant la vie difficile durant 14 années.
En 1994, l’organisation contraint J. Yano à présenter des excuses et à rectifier les articles incriminés lors de leur prise en compte dans un livre qu’il est en train de terminer.
Il s’exécute et l’affaire semble close.
Mais en avril 2005, plus de 10 ans plus tard, J. Yano , toujours membre du mouvement, est convoqué et informé de la colère de la section jeunesse de la SG qui exige son expulsion ; on exige de lui une lettre d’excuses (texte pré-rédigé). Tenant compte de sa longue relation avec le mouvement, il s’exécute. La presse du mouvemement s’en fait l’écho.
Cependant, la section jeunesse ne désarme pas, exige une réunion avec J. Yano, au cours de laquelle des propos violents et des menaces sont proférés à son encontre. Les membres présents essayent de le forcer à arrêter son activité de commentateur politique. On exige de lui qu’il signe un texte préparé.
Le lendemain, trois anciens élus du Komeito se rendent, sans le prévenir, au domicile de J. Yano, le menacent et obtiennent de lui qu’il s’engage à leur donner ses carnets de notes. Plus tard, dans la nuit, ils retournent chez lui et lui confisquent non seulement ses carnets de notes mais aussi des documents personnels. Et, quelques jours plus tard encore, ils se rendent de nouveau au domicile de J. Yano et emmènent tout le reste des documents personnels (carnets et agendas).
Quelques jours plus tard, au cours d’un « entretien », plusieurs membres de la SG redisent à J. Yano la colère de la section jeunesse et l’incitent à faire un don de… 200 à 300 millions de Yen (entre 1,3 et 2 millions d’euros).
D’août à décembre 2005, la SG fait paraître des articles à répétition, diffamant J. Yano.
A partir de mai 2006 des caméras sont installées permettant de surveiller la maison de J. Yano, les membres de la famille sont fréquemment pris en filature et tous se sentent souvent en danger physique.
J. Yano dépose plainte contre X auprès de la police et demande une protection policière.
En décembre 2007, le tribunal local de Tokyo rejette la plainte, considérant qu’il a remis « librement » ses carnets de notes et autres documents.
Entre 2006 et 2008, la SG a maintenue sa pression sur J. Yano avec de nouveaux articles dans la presse du mouvement.
Début 2008, lors d’une conférence au club des correspondants de presse étrangers, J. Yano déclare à nouveau que dans son conflit avec la SG cette dernière a conduit des actions qui ne respectent ni sa personne ni ses droits de citoyen.
En mai de cette même année, il quitte le mouvement et intente un procès en dommages et intérêts contre la SG et sept de ses responsables : il considère que ces derniers ont exercé sur lui et sa famille des pressions pour qu’il abandonne son activité de commentateur politique.
Le tribunal local de Tokyo rejette à nouveau les arguments du plaignant. J. Yano fait appel et gagne en deuxième instance. Enfin, le 1er septembre 2009, la Cour de Cassation (Saikô Saibansho) prononce la non recevabilité du pourvoi engagé par la SG : le jugement en faveur de J. Yano est définitif.
La Soka Gakkai n’aime pas les critiques… même venant d’un adepte fidèle de longue date. Il aura fallu 15 longues années et beaucoup de ténacité pour qu’il retrouve son honneur et sa liberté d’action.

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2105
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Bouddhisme et dérives sectaires

Ecrit le 14 avr. 2018, 14:17

Message par Yvon »

Comme tout citoyen au sein d’un système démocratique, les pratiquants du bouddhisme de
Nichiren reconnaissent pleinement le rôle légitime des autorités publiques et s’évertuent à promouvoir le
bien commun, l’intérêt général au sein de la société.
M. Aruga, politologue japonais, précise à cet égard que : « La croissance du nombre de
pratiquants (du culte du bouddhisme de Nichiren) au Japon a suscité une augmentation analogue de leur
capacité à exercer, en qualité de citoyens, une influence sociale et politique, en raison de leur nombre »,
à savoir, près de 12 millions de pratiquants1
.
Les pratiquants du culte du bouddhisme de Nichiren, s’exprimant comme tout un chacun selon les
voies et les garanties démocratiques, participent de la sorte à la vie politique et civile des pays
démocratiques où ils résident.
Si certains pratiquants sont appelés, en qualité de citoyens, à remplir des mandats politiques, c’est
à titre strictement personnel au terme d’une décision libre et individuelle. Par ailleurs, la Soka Gakkai
Internationale, association japonaise dont le siège est fixé à Tokyo, a toujours précisé que les associations
du mouvement hors du Japon « ne s’impliqueront dans aucune activité politique quelle qu’elle soit ».

En France, ni le mouvement religieux ni ses dirigeants, indépendants et apolitiques,
n’appellent à voter pour un parti politique, ni à prendre position pour tel ou tel élu. Aucune
formation politique en France n’est le fait du mouvement religieux, ni en est son émanation.
Chacun reste libre de ses choix politiques même lorsque des pratiquants exercent des mandats ou
des fonctions politiques ou sociales ; et si au sein de la démocratie japonaise, le parti politique
« Komeito » est composé de certains pratiquants de la Soka Gakkai, cela ne diffère en rien de la
situation en France où certains partis politiques d’inspiration démocrate chrétienne rassemblent des
chrétiens. Le mouvement s’interdit en outre de faire usage d’outils politiques pour propager ses
croyances bouddhistes et n’est en aucun cas financé par la Soka Gakkai, dont il est indépendant sur
le plan juridique et financier.
Par ailleurs, au Japon, est prohibé le cumul de responsabilités au sein de la Soka Gakkai et du
Komeito, qualifié improprement de « parti bouddhiste ». Mr Aruga compare la situation du Komeito au
Japon, à l’Union Démocratique Chrétienne dite CDU en Allemagne2
. Karel Dobbelaere, sociologue des
religions, évoque à titre comparatif la situation en Belgique du Parti Populaire Chrétien



Dans les 192 pays où est implanté la Sokka Gakkai , il n'y a aucune implication politique de celle ci .
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Bouddhisme »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités