Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Croyances issu des enseignements de Siddhartha Gautama, considéré comme le Bouddha historique.
Règles du forum
Le bouddhisme est une pratique, une philosophie de vie fondée par un sage de l'inde antique vers -600 avant JC, ce sage appelé "Bouddha" ce qui veut dire Éveillé, atteint l'Éveil vers 40 ans puis il enseigna durant toute sa vie, il mourut vers 80 ans en ayant établi une communauté de sa doctrine.
Répondre
Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2105
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Ecrit le 03 janv. 2016, 17:36

Message par Yvon »

Je remarque qu'il est facile de critiquer et de faire des affirmations à l'emporte pièces , sans étayer ses propos .
vic a écrit : C'est un discours complètement affabulatoire d'un partisan du mahayana que tu nous fais là , il n'a jamais été question pour un pratiquant du théravada d'autre chose que d'atteindre l'état de bouddhéïté . C'est dingue les inventions que tu nous fait , ça sonne bien la secte sokka gakkaï ton histoire .
Celà n'a rien d'affabulatoire , et n'a rien à voir avec la Sokka Gakkai . Ne prenez pas la SG comme bouc émissaire quand vous ne savez pas .

On retrouve cette quête de l'arhat dans le Theravada :
" La petite histoire du Bouddhisme " de Jean Noel Robert .

De même dans : Le Bouddhisme de Quentin Ludwig on peut lire ceci :

"Dans le bouddhisme premier (Theravada), l'arhat est un saint qui devient un bouddha mais il parvient seul à l'éveil. Pour devenir arhat, I'une des rares voies possibles est Ia vie monacale ainsi, dans le bouddhisme premier, les laics n'ont aucune chance de devenir arhat, ni de parvenir au nirvana. Leur seule possibilite est d'accumuler des mérites (par exemple en aidant les moines et les monastères) pour renaitre dans de meilleures conditions, lesquelles leur permettront, après quelques renaissances, d'entrer dans la vie monacale.
On le voit, dans le Petit Véhicule, l'arhat est un personnage dont le principal but de ('existence est d'atteindre I'Eveil pour lul-même ; c'est donc une vie non seulement élitiste mais aussi egoiste.
On notera que Bouddha n'avait pas le comportement egoiste qui, par la suite, a été reproché aux moines uniquement soucieux de leur propre sort. Pour illustrer cela, on pourrait, bien entendu, tirer quelques elements de sa vie mais on sait que ce qu'en a transmis la legende n'est guère fidèle. Par contre, personne ne contestera qu'il a enseigné pendant plus de quarante ans alors qu'il aurait pu se contenter de garder paisiblement pour lui seul ce qu'il avait découvert sous I'arbre de I'Eveil (ce fut d'ailleurs, rappelons-le, sa première intention)."

Dire que le Théravada ne recherche pas l'atteinte de l'état d'arhat c'est nier l'enseignement du Théravada lui même .
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2105
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Ecrit le 03 janv. 2016, 17:57

Message par Yvon »

Autre source .


Le Pr. Hirotomo Mizuno (Qui n'a rien à voir avec la Soka Gakkai ) dénombre six distinctions notables entre Mahasanghika et Theravada :

L'idéal visé. Pour le Theravada, l'état d'éveil atteint par Shakyamuni est hors d'atteinte. En se soumettant rigoureusement aux règles de discipline, un moine peut aspirer au stade d'arhat, ou saint. Un arhat est une personne qui est parvenue à se libérer du cycle de naissance et de mort lié au karma.
Pour le Mahasanghika, en revanche, Shayamuni n'est pas considéré comme le seul bouddha. En accomplissant la pratique de bodhisattva comme il l'a fait, il est possible de parvenir au même stade que lui : la bouddhéité.

La conception de la souffrance. Le Théravada souligne la loi du karma pour expliquer les divers effets négatifs affligeant les êtres humains, alors que le Mahasanghika met en avant « le voeu et la pratique ». Cela caractérise deux attitudes différentes face à l'existence : la première consiste à considérer la souffrance comme une fatalité dont on ne peut s'échapper qu'en se libérant du cycle des renaissances, afin d'atteindre le nirvana. Le Mahasanghika expose la voie du bodhisattva. Un bodhisattva n'essaie pas d’échapper au monde et ses souffrances mais, au contraire, s’y plonge délibérément, par compassion. Ayant fait le vœu d’aider les autres à atteindre l’illumination, il endosse les souffrances de tous les êtres vivants et cherche activement à les soulager.

Soi et les autres. Le Theravada offre avant tout un entraînement pour le perfectionnement individuel, alors que le Mahasanghika se soucie de l'amélioration de la société dans son ensemble et du salut de tous les êtres.

La place des écrits. Le Theravada attache une grande importance aux écrits et tend à en donner une interprétation littérale. Par contraste, le Mahasanghika a une approche plus souple des écrits. Ces deux approches ayant toute deux leurs avantages et leurs inconvénients.

La place de la théorie. Le Theravada tend à favoriser l'aspect théorique des enseignements, alors que le Mahasanghika valorise la foi et la pratique religieuse. Les tenants du Mahasanghika critiquèrent ceux du Theravada pour leur penchant excessif pour la spéculation, et s'engagèrent dans d'intenses débats doctrinaux avec eux. Paradoxalement, cela mes amena à développer une théorie d'une très grande profondeur, qui devint la caractéristique du Mahayana.

La place des moines. Le Theravada considère que l'enseignement bouddhique concerne essentiellement les moines, spécialistes de la doctrine, alors que le Mahasanghika vise à instruire l'ensemble de la population, moines aussi bien laïcs.
Ces points de comparaison permettent de comprendre pourquoi le courant du Mahasanghika a pu bénéficier d'un si grand soutien populaire au fil des siècles et réussit à passer outre les critiques des courants plus conservateurs.

Le Theravada était devenue une institution repliée sur elle-même et isolée de la société, mettant entièrement l’accent sur la vie monastique et privilégiant le retrait de la vie ordinaire. Ce groupe était lié à la tradition et offraient un point de vue élitiste de la pratique du bouddhisme.

En revanche, les moines du Mahasanghika soulignaient l’importance d’œuvrer parmi les personnes ordinaires, même si l’on devait pour cela sacrifier ses propres chances d’atteindre l’illumination. Cette deuxième approche mena, finalement, au grand mouvement connu sous le nom de Mahayana.
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

vic

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar du membre

Messages : 12999
Enregistré le : 07 juil. 2013, 16:15

Re: Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Ecrit le 04 janv. 2016, 07:08

Message par vic »

Le Pr. Hirotomo Mizuno (Qui n'a rien à voir avec la Soka Gakkai ) dénombre six distinctions notables entre Mahasanghika et Theravada :
Ce Monsieur est totalement inconnu , il est professeur de quoi ?
Lorsqu'un scientifique est connu trouve son nom ses qualités et ses réfèrences , mon frangin par exemple est physicien et directeur de recherche et on trouve toutes ses réfèrences sur le net pour savoir ce qu'il fait et ses travaux .
Vous savez le type que vous citez a un nom japonais et le thérévada n'existe pas au japon , en fait ce sont des fanas du mahayana là bas , vous avez aussi tout un tas de sectes japonaises radicales comme la sokka gakkaï et d'autres qui cherchent à se valoriser en inventant des trucs abracadabrants sur l'histoire du bouddhisme et valoriser des types un peu zinzins et radicaux comme Nichiren etc ....
Donc oui en rabaissant le théravada c'est toujours la méthode pour essayer de faire croire que le mahayana a raison .
Yvon a dit :Pour le Theravada, l'état d'éveil atteint par Shakyamuni est hors d'atteinte.
N'importe quoi , dans le Théravada on y trouve déjà des noms de bouddhas du passé ayant atteint l'éveil , rien de nouveau avec le mahayana , votre professeur à l'air bien bidon .On y trouve aussi des noms de bouddhas du futur .

https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q= ... kQkv0qi_0Q

Dans le Theravāda

Maitreya, le bouddha du futur, avec la fiole contenant le nectar du dharma dans la main gauche ; art du Gandhara, iie siècle.
Le bouddhisme ancien ou le bouddhisme theravāda considère que seuls de rares individus emprunteront la voie du bodhisattva, dont l'aboutissement est l'éveil pur et parfait du samyaksambuddha, qui permet de « faire tourner la roue du dharma » et de répandre la bonne doctrine dans le monde. Ils en ont fait le vœu de nombreuses existences auparavant devant un bouddha du passé. Les détails de la carrière de bodhisattva ont pu varier d’école à école. Le Buddhavamsa décrit un processus comprenant trois grands kalpas avant d’accéder à l'existence où le bodhisattva deviendra bouddha. Ayant atteint le nirvāna, le bouddha (comme l'arhat) vit sa dernière existence ; la mort signale l'extinction totale (parinirvana).

Dès l'origine, le bouddhisme reconnaît, outre le Bouddha de notre ère, plusieurs bouddhas du passé qui l'ont précédé. Le Digha Nikaya et le Samyutta Nikaya en mentionnent six, d’autres textes vingt-quatre, le Buddhavamsa vingt-sept ; l’Apadana du Khuddaka-Nikaya va jusqu'à trente-cinq. En ce qui concerne les bouddhas à venir, Maitreya, annoncé par Gautama lui-même, est le seul connu du canon pāli, mais des textes post-canoniques comme le Dasabodhisattuppattikatha et le Dasabodhisattaddesa en comptent neuf, dont sept sont nommés avec leur lieu de résidence : Metteyya (Maitreya), Rama, Pasena, Vibhuti vivent au paradis Tusita, Subhuuti, Nalagiri, Parileyya résident au paradis Tavatimsa .


Yvon , votre propagande affabulatoire contre le théravada est totalement construite sur des inventions , et des mensonges .
Yvon a dit : Le Theravada offre avant tout un entraînement pour le perfectionnement individuel, alors que le Mahasanghika se soucie de l'amélioration de la société dans son ensemble et du salut de tous les êtres.
Mais non puisque la notion d'individu n'existe pas dans le bouddhisme quelque soit l'école , toutes prônent l'idée de "non existence propre" ou "non" soi , "anatman" .
Il est donc tout à fait impossible que le théravada ait pu revendiquer l'éveil indivduel .
Simplement la voie médiane du bouddha est celle du sans appui et le sans appui conduit naturellement à l'action juste , le coté passionnel du mahayana est une caricature de ce qu'est le boddhisatva , c'est surtout ça le problème .
La voie médiane n'a rien à voir avec ce type de passion pour la compassion ,aider les autres n'a pas besoin de volonté passionnelle pour être où alors c'est que c'est quelque chose de fabriqué et de forcé .
je ne pense pas que la passion tout court puisse aider quiconque , même dans le mot compassion vous avez passion , hors dans la passion on chavire , on y perd son discernement .
C'est surtout parce que les écoles mahayana n'ont jamais compris la subtilité de l'éveil qu'ils sont arrivé avec leur gros sabots d'exagération sur la notion de compassion comme source de sagesse pour aider les autres , hors il n'y a pas besoin de ce truc forcé moralement et artificiellement pour aider autrui mais de travailler à la vue juste , à la pleine conscience c'est tout .
Voilà pourquoi il y a divergeance de point de vue entre les écoles mahayanas et théravada , mais il n'y a pas d'histoire d'éveil individuel là dedans . :non:
Ca n'est pas en apprenant à prendre des vessies pour des lanternes qu'on apprend à voir clair en soi

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2105
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Ecrit le 04 janv. 2016, 08:14

Message par Yvon »

Vous critiquez mes sources et prétendez que mes réfs sont des inventions et des mensonges .

Donc vous accusez de menteur , Jean Noel Robert , Burton Watson , Quentin Ludwig,Hirotomo Mizuno, Jonathan Landaw , Stephan Bodian sont des menteurs .

Moi ce que je vois c'est que vous êtes incapable de prouvez ce que vous avancez . La seule réf que vous mettez est Wikipédia c'est dire le sérieux de vos réfs :D

Le Theravada et le Mahayana

Extrait de "La petite histoire du Bouddhisme " de Jean Noel Robert .

"Le schisme semble être le mode de croissance de toutes les grandes religions. On a l'impression que les principaux mouvements spirituels, a mesure qu'ils s'eloignent dans le temps et l'espace de leur fondateur, de fait incapable de répondre aux nouvelles interrogations, sont condamnés a la divergence.
Elles apparaissent relativement tôt, puis se développent et se durcissent en d'irréconciliables confrontations. On connait le résultat de ce processus pour les religions monothéistes : le christianisme divisé en catholicisme, orthodoxie et protestantisme, l'islam sous ses formes sunnite, chiite, ou même alawi.
Le bouddhisme n'a pas échappé a la règle, il la subit même de façon sans doute plus profonde et continue que les autres, au point de présenter un aspect intellectuel extraordinairement bigarré.
Au contraire d'autres religions strictement définies soit par la doctrine, soit par la pratique, on pourrait dire du bouddhisme que toutes les doctrines possibles ont été soutenues a un moment ou a un autre de son histoire, et il serait difficile de trouver une pratique sur laquelle tous s'accordent.
Même ce qui passe en Europe pour des traits inséparables de la voie du Bouddha : la « non-violence >> (c'est-a-dire le refus de supprimer quelque vie que ce soit), le végetarianisme, la pratique continue de techniques complexes de méditation, par exemple, ne sont en rien universels dans le monde bouddhique.
Les sources bouddhiques font état de divisions trés anciennes de la communauté monastique, notamment entre une faction dite << Majoritaire » (Mahayana) et une « Minoritaire » (Theravada). Elles ne s'accordaient pas sur le statut qu'il fallait donner a l'Arhat. La secte des Majoritaires s'est a son tour scindée en de nombreux courants, celle des Minoritaires survit jusqu'a nos jours en Asie du Sud-Est.


La multiplication des courants et des sectes alla grandissant autour des premiers siecles de l'ère chretienne. Surtout, elle s'accompagna d'un phénomene remarquable de création continue de nouveaux textes scripturaires, de soutras presque révolutionnaires qui avaient tous un but manifeste : supplanter l'ancien Canon des Trois Corbeilles et apporter la révelation d'une dimension nouvelle du bouddhisme. Ce mouvement faisait éclater le cadre moralement restreint du Samgha traditionnel, marqué par son ideal de l'Auditeur et du moine pratiquant strictement les préceptes et la meditation pour parvenir un jour au plus haut degré auquel puisse prétendre un homme, l'Arhat (Concept Theravada);
on accordait dans le Mahayana désormais la primauté à une autre figure : le Bodhisattva.
Ce nouveau courant est appelé, dans les textes qui le pronent, le Mahayana, ou « Grand Vehicule faut bien voir
qu'il s'agit d'un terme polemique, adresse a son adversaire direct, le Petit Vehicule » (Hinayana), ainsi qu'il appelle de façon pejorative ceux qui s'attachent encore a l'enseignement traditionnel.
Ces derniers récusent bien sur une telle appellation. Il ne faut pas non plus exagerer la rupture entre les deux ; il est evident que, dans la pensée de ses tenants, le Grand Vehicule represente davantage un depassement du Petit Vehicule que son abolition.
Il semble que l'importance de l'ecriture dans la formation du Grand Véhicule ne soit pas à negliger : avec la géneralisation de l'ecrit dans la civilisation indienne, qui s'en mefiait auparavant, it fut possible de diffuser des doctrines nouvelles et audacieuses qui seraient auparavant restees circonscrites a leur auteur et son entourage et auraient eu beaucoup plus de difficultés a se repandre.
Il est en effet une idee que l'on retrouve partout dans le bouddhisme, c'est que tout enseignement donné par le Bouddha est adapte aux facultés d'intelligence de celui a qui il est destiné.
Il existe certainement une verite absolue, mais elle est inexprimable, et tout ce qui est presenté, en notre monde phénomenal, comme vérité n'est seulement qu'un aspect de la verite absolue. Une consequence de cette idée est que, s'il n'existe pas de doctrine parfaitement vraie, il n'en est pas non plus de completement fausse.
Le Petit Vehicule n'est donc pas entièrement faux, mais il devient insuffisant, il peut au mieux representer une bonne entrée dans la voie du salut pour ceux qui n'ont pas la capacité d'aller au principal.

Avec l'apparition du Grand Véhicule , on assiste à un rééquilibrage des Trois Joyaux : alors qur l'idéal du Théravada l'état d'arhat était de réaliser le Dharma , et donc d'arriver au Nirvana , l'accent est mis désormais sur le premier Joyau :
Le but ultime du pratiquant n'est plus d'entrer dans l'extinction mais d'accéder soi même à l'état de Boudda .
Le pratiquant ne se veut plus Auditeur mais boddhisattva "L'être promis à l'éveil" : alors que dans le bouddhisme ancien ce terme ne s'apliquait guère qu'au Bouddha Shakyamuni dans ces vies passées et dans la période précédent son éveil.
Modifié en dernier par kaboo le 04 janv. 2016, 13:57, modifié 2 fois.
Raison : Fusion de 2 messages.
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

vic

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar du membre

Messages : 12999
Enregistré le : 07 juil. 2013, 16:15

Re: Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Ecrit le 04 janv. 2016, 14:42

Message par vic »

Yvon a dit :Donc vous accusez de menteur , Jonathan Landaw , Stephan Bodian sont des menteurs .
C'est vous qui leur faites dire ce qu'ils n'ont jamais dit , je connais ces deux auteurs par exemple , "le bouddhisme pour les nuls" et dans leur ouvrage ils disent eux même que de forts doutes sur l'authenticité des soutras mahayanas existent chez les historiens spécialistes du bouddhisme tout en disant que cela ne prouve pas pour autant que les soutras du mahayanas sont des faux . Simplement les soutras du mahayanas n'ont pas la même solidité en terme de preuve quand à leur authenticité que les soutras plus anciens , voilà ce que ces auteurs soulèvent dans leur ouvrage et vous le savez très bien .

La preuve est sur ce lien extrait de l'ouvrage "le bouddhisme pour les nuls" de Johanthan Landraw et stephan bodian :

https://books.google.fr/books?id=plH5Ag ... AQ6AEIODAF
Ca n'est pas en apprenant à prendre des vessies pour des lanternes qu'on apprend à voir clair en soi

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2105
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Ecrit le 04 janv. 2016, 14:54

Message par Yvon »

Alors ça c'est la meilleure ! C'est complètement faux , c'est vous qui niez les propos des auteurs que je cite .

Je ne fais qu'à longueur de messages, que de retranscrire fidèlement les propos des auteurs citez ci dessus , et vous vous dites que ce sont des mensonges , des inventions de toute pièce .

Par exemple tous ces auteurs affirment que le but de l'écolle Théravadda est l'atteinte de l'état d'arhat et non de bouddha , et vous sans aucune source , juste sur votre propre opinion vous dites que c'est faux .

Alors s'il vous plait , Arrétez votre cinéma , et faites preuve pour une fois d'honnêteté intellectuelle .
Et quand vous êtes dans l'accusation merci d'appuyer vos propos par des réfs sérieuses , ce que vous ne faites jamais .
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2105
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Ecrit le 04 janv. 2016, 15:08

Message par Yvon »

Vic à écrit
lien extrait de l'ouvrage "le bouddhisme pour les nuls" de Johanthan Landraw et stephan bodian :

https://books.google.fr/books?id=plH5Ag ... AQ6AEIODAF[/quote]


Lien que j'ai déjà cité auparavant sur ce même forum , et livre qu'apparament vous n'avez pas lû car vous oubliez également ceci (dans le même ouvrage ):
Dans quelle mesure le "bouddhisme d'origine" est il vraiment d'origine ?

Certains adeptes de la tradition theravada se plaisent à parler de cette tradition comme du « bouddhisme d'origine », ce qui implique qu'elle est exempte d'additions ultérieures (et donc de possibles distorsions) qui affectent d'autres traditions (en particulier la tradition mahayana). Personne ne peut nier Le fait que le canon pali que suivent les adeptes du Theravada est la version écrite la plus ancienne au monde de l'enseignement du Bouddha.
Et même les bouddhistes des diverses traditions du Mahayana reconnaissent que ces écritures en pali constituent une réflexion précise de ce que le Bouddha pensait. — souvenez-vous tout de même que le Bouddha ne parlait en fait pas en pali -

Est-ce que cela signifie pour autant que le canon pali est tout ce que le Bouddha eut à dire ?

Souvenez-vous que le Bouddha enseigna durant quarante-cinq ans une très grande diversité de disciples, et que ses discours furent mémorisés et transmis sous forme orale uniquement pendant plusieurs centaines d'années. Au vu de ces facteurs complexes, certains érudits se sont demandés si l'on peut véritablement être certain de ce que le Bouddha a enseigné. Des désaccords et une polémique semblables font encore rage au sujet de l'enseignement du Christ.
Mais attendez, ce n'est pas tout. Le Theravada n'est qu'une des dix-huit écoles au moins qui ont transmis leur version des enseignements du Bouddha pendant de nombreux siècles, Faites la somme de tous ces facteurs, et vous verrez qu'il est improbable qu'aucune des traditions bouddhiques, aussi ancienne soit-elle, puisse avoir réussi à conserver et à préserver l'ensemble de l'enseignement original de Shakyamuni.
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 887
Enregistré le : 17 mai 2015, 13:59

Re: Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Ecrit le 05 janv. 2016, 07:32

Message par algol-x »

Yvon a écrit :Alors ça c'est la meilleure ! C'est complètement faux , c'est vous qui niez les propos des auteurs que je cite .

Je ne fais qu'à longueur de messages, que de retranscrire fidèlement les propos des auteurs citez ci dessus , et vous vous dites que ce sont des mensonges , des inventions de toute pièce .

Par exemple tous ces auteurs affirment que le but de l'écolle Théravadda est l'atteinte de l'état d'arhat et non de bouddha , et vous sans aucune source , juste sur votre propre opinion vous dites que c'est faux .

Alors s'il vous plait , Arrétez votre cinéma , et faites preuve pour une fois d'honnêteté intellectuelle .
Et quand vous êtes dans l'accusation merci d'appuyer vos propos par des réfs sérieuses , ce que vous ne faites jamais .
Votre lecture est bien sélective, ensuite votre réaction à l'intervention de Vic "Arrétez votre cinéma , et faites preuve pour une fois d'honnêteté intellectuelle . " pourrait s'appliquer à vous même ...
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

vic

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar du membre

Messages : 12999
Enregistré le : 07 juil. 2013, 16:15

Re: Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Ecrit le 05 janv. 2016, 10:54

Message par vic »

Yvon ,

Ces auteurs sont adeptes du mahyana , landaw est dans le tibétain et bodian dans le zen , ils défendent leur beurre, le mahayana .
Tous les historiens disent que les soutras anciens qui ont été récité depuis la mort du bouddha ne font pas de doute dans leur authenticité , ces deux auteurs pour se défendre parce qu'ils sont adeptes du zen utilisent la méthode habituelle , essayer de discréditer sans aucun fondement les opposants en prétendant que les anciens textes pourraient ne pas être plus authentiques pour défendre leur marchandise de soutras arrivés comme par enchantement 400 ans après la mort du bouddha alors que les textes des conons pali étaient fort connu de l'époque de bouddha et jusqu'a maintenant et ne font pas de doute .Pour les canons pali même si ils ont été couché par écrit 200 après la mort du bouddha des tonnes de gens les ont récité et il n'y a jamais eu de polémique sur des modifications éventuelles dues à des erreurs de mémorisation alors que ça aurait été le cas vu le nombre de pratiquants qui les ont récité si on des erreurs avaient été commise .
Des monastères par exemple se seraient retrouvés avec des variantes par rapport aux autres monastères et il y aurait eu débat , ce qui ne s'est pas produit . Quand on est seul à réciter quelque chose et à le mémoriser , des années plus tard on peut se tromper et avoir modifié quelque chose et ne pouvant pas le vérifier de façon comparative avec quelqu'un d'autre on est dans les choux . Hors là on voit bien que ça n'est pas le cas .
Les canons pali depuis l'époque du bouddha ont été des textes très connus et n'ont jamais varié , ils ne sont pas arrivés comme par enchantement comme les textes du mahayana 400 ans après la mort du boudha .C'est pourquoi les canons pali et les textes les plus anciens sont sans conteste considérés comme les textes les plus sûrs du bouddhisme dans leur authenticité quoi que tu en dises .
Yvon , prendre des auteurs pratiquants du mahayana pour défendre ta thèse , tu ne trouves pas ça un peu partisan par hasard ?
Ca n'est pas en apprenant à prendre des vessies pour des lanternes qu'on apprend à voir clair en soi

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2105
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Ecrit le 05 janv. 2016, 13:48

Message par Yvon »

Jean Noel Robert, Burton Watson , Quentin Ludwig,Hirotomo Mizuno ne sont pas partisans du Mahayana puisqu'il ne pratiquent rien , ce ne sont que des Historiens , Journaliste ou traducteur .

Il ya quand même plus grâve : Vous affirmez que le bouddhisme de la Terre Pure est un néo Bouddhisme sans aucune preuve .

Vous vous faites des affirmations qui ne sont étayés par rien , c'est juste votre opinion personnelle .

Que vous le vouliez ou non , il n'existe pas un seul et vrai Bouddhisme mais 2 Courants Bouddhiste :
Le Théravada (Dont vous êtes partisan)
Le Mahayana (Dont je suis partisan )

Dans ces 2 courants existe une multitudes d'écoles des dizaines . Il n'y a donc pas un bouddhisme mais des Bouddhismes .
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 887
Enregistré le : 17 mai 2015, 13:59

Re: Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Ecrit le 06 janv. 2016, 10:32

Message par algol-x »

Yvon a écrit :Que vous le vouliez ou non , il n'existe pas un seul et vrai Bouddhisme mais 2 Courants Bouddhiste :
Le Théravada (Dont vous êtes partisan)
Le Mahayana (Dont je suis partisan )

Dans ces 2 courants existe une multitudes d'écoles des dizaines . Il n'y a donc pas un bouddhisme mais des Bouddhismes .
La soka gakkai dénigre tout les courants bouddhiques sans exception, y compris les écoles Nichiren traditionnelles...

Concernant "le vrai bouddhisme" force est de constater que la soka gakkai est intolérante et exclusiviste:

"cette secte est l'une des plus tardives du bouddhisme japonais, l'une de celles dont les croyances sont les plus éloignées du bouddhisme indien, celle aussi qui se distingue par son intolérance à l'égard des autres. Par conséquent, les idées présentées ici par M. Ikeda comme étant celles du vrai bouddhisme, du seul, ne sont en réalité que les interprétations données par lui, Japonais du xxe siècle, des dogmes de Nichiren, et n'ont en général qu'un lointain rapport avec la doctrine prêchée par le Bouddha, puis expliquée et commentée par les grands maîtres anciens du bouddhisme."

André Bareau, Persée.
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

vic

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar du membre

Messages : 12999
Enregistré le : 07 juil. 2013, 16:15

Re: Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Ecrit le 06 janv. 2016, 11:20

Message par vic »

La soka gakkai dénigre tout les courants bouddhiques sans exception, y compris les écoles Nichiren traditionnelles...

Concernant "le vrai bouddhisme" force est de constater que la soka gakkai est intolérante et exclusiviste:

"cette secte est l'une des plus tardives du bouddhisme japonais, l'une de celles dont les croyances sont les plus éloignées du bouddhisme indien, celle aussi qui se distingue par son intolérance à l'égard des autres. Par conséquent, les idées présentées ici par M. Ikeda comme étant celles du vrai bouddhisme, du seul, ne sont en réalité que les interprétations données par lui, Japonais du xxe siècle, des dogmes de Nichiren, et n'ont en général qu'un lointain rapport avec la doctrine prêchée par le Bouddha, puis expliquée et commentée par les grands maîtres anciens du bouddhisme."

André Bareau, Persée.
C'est une des raisons essentielle qu'évoque l'union bouddhiste europénne qui refuse de reconnaitre la sokka gakkaï comme du bouddhisme , parce que le bouddhisme c'est un ensemble , pas un enfermement dans un seul soutra ni cette sorte de passion intégriste qui n'est pas la voie médiane du bouddha .
Ca n'est pas en apprenant à prendre des vessies pour des lanternes qu'on apprend à voir clair en soi

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2105
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Ecrit le 06 janv. 2016, 11:31

Message par Yvon »

Hors Sujet :

Le Sujet et le bouddhisme Théravada et Mahayana pas la Soka Gakkai .
Merci de respecter ce post .

Pour revenir sur ledit sujet on peut lire également ceci :

1) le bouddhisme "ancien"

Le bouddhisme ancien se réfère avant tout à l'enseignement des "Quatre Nobles Vérités" et insiste surtout sur la connaissance directe et systématique des phénomènes (les dharma), afin de les reconnaître, grâce à la "connaissance pénétrante" (prajñâ), comme non-permanents (anitya), insatisfaisants (duhkha) et non "existant-en-soi" (anâtman). Il met l'accent sur la discipline, l'importance du détachement et du renoncement, la valeur de la vie monastique.
Pour le bouddhisme ancien, le Bouddha historique est un être humain, mais tout à fait exceptionnel ; il ne peut donc pas être proposé en modèle à l'ensemble des disciples ; seules quelques très rares personnes peuvent, comme lui, s'engager sur la voie du bodhisattva, qui nécessite de cheminer seul, sans aide ni enseignement, afin de redécouvrir par soi-même le chemin qui mène à l'Eveil parfait et complet (samyaksam-bodhi) qui permet de venir en aide à tous les êtres.
Aussi le bouddhisme ancien propose-t-il plutôt de s'engager sur la Voie du disciple "Auditeur" (sravaka) qui, grâce aux enseignements délivrés par le Bouddha historique, mène à la Libération individuelle du cycle des renaissances (samsâra) et à l'état d'Arhat - le "Méritant".
Ces enseignements ont été conservés dans plusieurs "canons", selon les langues "vulgaires" (les prakrit) dans lesquelles ils étaient transmis. Il n'en reste aujourd'hui qu'un seul qui nous soit parvenu complet (les autres ont été détruits, en partie ou complètement...), celui qui a été mis par écrit au Sri-Lanka (Ceylan), aux alentours de l'ère chrétienne, dans le prakrit "pâli" - on l'appelle donc le canon pâli.
Les enseignements du bouddhisme ancien se sont diffusés dans toute l'Asie et constituent en quelque sorte la "base" commune à toutes les écoles actuelles, surtout en ce qui concerne le "code de vie" des moines, le Vinaya. Du point de vue des doctrines et des pratiques, il est resté surtout prépondérant dans l'école actuelle du Theravâda, qui s'est développée au Sri-Lanka (Ceylan) et est aujourd'hui présente dans toute l'Asie du sud-est (Sri-Lanka, Birmanie, Thaïlande, Laos et Cambodge), dont les enseignements sont suivis par environ 100 à 150 millions de fidèles.


2) le "Grand Véhicule" (Mahâ-yâna)

Le "Grand (mahâ) Véhicule (yâna)" fait référence à des enseignements du Bouddha historique qui auraient été tenus secrets durant plusieurs siècles avant d'être diffusés au plus grand nombre aux environs de l'ère chrétienne. Ces enseignements insistent beaucoup sur le fait que tous les phénomènes sont "vides de nature propre" (ce qu'on appelle la "vacuité", sunyatâ), ce dont on peut faire l'expérience grâce à la "connaissance pénétrante" (prajñâ) ; mais mettent aussi beaucoup l'accent sur la motivation altruiste (karuna, la "compassion") et ont développé, en plus des pratiques centrées sur la connaissance, de nombreuses pratiques de dévotion (bhakti).
Dans les enseignements du Mahâyâna, le Bouddha historique n'est pas un être humain ordinaire, mais la "manifestation" (nirmana-kâya ou "corps d'apparition") d'un Buddha transcendant, depuis toujours éveillé, qui est apparu aux humains afin de pouvoir les libérer. Son apparition et sa disparition n'ont été que des "moyens habiles" (upaya) utilisés par compassion.
Le Mahâyâna considère la voie du "disciple Auditeur" comme insuffisante (hîna-yâna, un "véhicule inférieur"), acceptable seulement comme un "prélude" à la seule voie méritant d'être empruntée, celle du bodhisattva (mahâ-yâna, "grand véhicule") qui mène, non seulement à la Libération mais aussi à l'Eveil parfait et complet (samyaksam-bodhi). S'il propose cette voie à tous c'est parce qu'il affirme aussi que de nombreux Buddha transcendants ne cessent d'enseigner, sous d'autres formes ou dans d'autres univers, à tous ceux qui s'y engagent.
Son canon de référence regroupe certains textes du canon ancien (comme ceux du canon pâli) mais surtout de nombreux textes "nouveaux", les Mahâyâna-sûtra, rédigés dans la langue savante et sacrée de l'Inde, le sanskrit.
Le Mahâyâna est à l'origine de nombreuses écoles d'Extrême-Orient, notamment le Bouddhisme de la "Terre Pure" (parfois aussi appelé "Amidisme") et les écoles du Dhyâna ("Chan" en Chinois, "Zen" en japonais). On estime le nombre de leurs fidèles de 200 à 350 millions. Mais le Mahâyâna est aussi à l'origine d'un nouveau dévloppement des pratiques : le Vajra-yâna ou "Véhicule de Diamant".

http://www.bouddhismes.net/courants
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 887
Enregistré le : 17 mai 2015, 13:59

Re: Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Ecrit le 06 janv. 2016, 12:43

Message par algol-x »

Yvon a écrit :Le Sujet et le bouddhisme Théravada et Mahayana pas la Soka Gakkai .
Merci de respecter ce post .
Comme vous affirmez à qui veut l'entendre que le "bouddhisme soka gakkai" est Mahayaniste, mes propos de ce fait ne me semblent pas H.S, quand à "respecter ce post", cela voudrais dire incidemment que je ne le respecte pas ce qui est faux :) de plus mes interventions et celle d'autre intervenants, vous permettent de vous exprimez...
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2105
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Le Bouddhisme Théravada et le Bouddhisme Mahayana

Ecrit le 06 janv. 2016, 13:03

Message par Yvon »

Le sujet est le Bouddhisme Théravadda et le bouddhisme Mahayana .

Si vous voulez débattre sur la Soka Gakkaî il y a un post pour celà :

http://www.forum-religion.org/bouddhism ... 36367.html

Merci bien .
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Bouddhisme »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités